Publications – Babillard

/Publications – Babillard

TOUTES LES PUBLICATIONS

« La langue qui ne voulait pas mourir » | La Fabrique culturelle.tv

En cette Année internationale des langues autochtones, on ne peut imaginer une langue plus menacée que l’abénakis, qui n’est aujourd’hui parlée que par cinq personnes dans le monde. Parmi celles-ci, nous en avons réuni trois: Monique Nolett-Ille, enseignante à la retraite qui a tenu à bout de bras sa langue pendant 12 ans, jusqu’à ce qu’arrive Philippe Charland, un non-autochtone s’étant épris de cette langue au point de devenir l’enseignant de référence. Et puis il y a Daniel G. Nolett, directeur général du Conseil des Abénakis d’Odanak, pilier essentiel de la culture abénakise. Grâce à eux, le miracle de la survie de cette langue belle et complexe se poursuit.

Quant à la relève, elle s’incarne à travers Bianca Gill et Sigwanis Lachapelle, deux jeunes femmes qui continuent leur apprentissage, donnant ainsi espoir que, encore une fois, l’abénakis survivra et continuera de se faire entendre.

Mais pourquoi donc s’obstiner à garder vivante une langue qui n’est plus parlée que par une poignée de personnes? La question ne devrait même pas se poser:

«La langue, c’est la base de la culture. Si on perd la langue, on perd une grosse partie de la culture.» (Daniel G. Nolett)

http://www.kiuna-college.com

CRÉDITS

Coordination: Patrick Douville
Technicienne en production régionale: Stéphanie Collins
Réalisation, montage et caméra: Jean-Luc Daigle
Caméra: Renaud De Repentigny
Prise de son: Pierre Brouillette-Hamelin

Merci à Prudence Hannis et à tout le personnel de l’Institution Kiuna, à Odanak.

Une programmation culturelle diversifiée pour le Musée des Abénakis

Le Musée des Abénakis est heureux d’annoncer le lancement de sa programmation culturelle printanière et estivale 2019. Les activités proposées ont des thématiques diversifiées et surtout, elles sauront satisfaire petits et grands.

W8banaki sawaw8ganal; entre tradition et modernité
Le 18 mai, grâce à l’activité W8banaki sawaw8ganal; entre tradition et modernité, vous découvrirez les particularités des vêtements abénakis à travers le temps, de l’arrivée des Européens à aujourd’hui. Animée par le spécialiste du vêtement, Sylvain Rivard, cette activité vous permettra de comprendre comment les Pow-Wow d’aujourd’hui transforment l’esthétisme des vêtements et comment la symbolique des différentes Nations finit par s’entremêler.

Il s’agit d’une activité gratuite pour tous.

Le 60e Pow-Wow d’Odanak
Les 5, 6 et 7 juillet, profitez du site aménagé dans le quadrilatère historique de la communauté pour échanger avec des membres des Premières Nations. Venez admirer de magnifiques régalias, écouter les chants et la musique de groupes autochtones d’ici et d’ailleurs, regarder des danseurs en action et déguster certains mets traditionnels. De plus, le dimanche 7 juillet, le Musée offre l’entrée à demi-prix pour tous! Saisissez cette occasion et visitez l’exposition l’Indien au-delà d’Hollywood!

L’accès au site du Pow-Wow est gratuit.

Contes et légendes sous un ciel d’Alakwsak
Le 9 août en soirée, lors des Perséides, venez observer les étoiles filantes lors de l’activité de contes et légendes sous un ciel d’Alakwsak « étoiles » en plein air. En compagnie de Nicole O’Bomsawin, vous passerez une agréable soirée près du feu. Vous découvrirez la culture immatérielle des Abénakis, riche en histoire, en anecdotes et en légendes.

Des coûts sont liés à cette activité : 10 $ par adulte (8 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak), 8 $ pour les étudiants de 13 à 18 ans et 5 $ pour les enfants de 5 à 12 ans.

Maalhakws : les Abénakis et le frêne
Finalement, le 14 septembre, l’activité Maalhakws : les Abénakis et le frêne vous plongera dans la vie d’un jeune frêne. Voyez la place occupée par la nature et l’importance de cet arbre dans la culture des w8banakis. Apprenez comment repérer un frêne en forêt, comment en extraire sa fibre et comment travailler avec sa matière. Pour conclure l’activité, tous pourront confectionner de jolies œuvres à partir d’éclisses de frêne.

Des coûts sont liés à cette activité : 15 $ par adulte (12 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak), 8 $ pour les étudiants de 13 à 18 ans et 5 $ pour les enfants de 5 à 12 ans.

Pour l’ensemble de ces activités (sauf pour le Pow-Wow), les inscriptions sont obligatoires, communiquez avec la réception du Musée des Abénakis au 450 568-2600 ou par courriel au [email protected] pour vous inscrire.

« Passionnés de région » : Suzie O’Bomsawim d’Odanak

Découvrez Suzie O’Bomsawin, directrice du Bureau du Ndakinna du GCNWA, et passionnée de sa région: la communauté d’Odanak.

CLIQUEZ ICI pour écouter la chronique complète.

INVITATION : Penser le lac Saint-Pierre de demain

Citoyens et citoyennes de la communauté d’Odanak, c’est le temps de parler de vos idées de projets pour le lac Saint-Pierre! Pour ce faire, le Comité ZIP et la Table de concertation régionale du lac Saint-Pierre vous invitent à leur forum « Penser le lac Saint-Pierre de demain : usages et biodiversité » les 17 et 18 avril prochain au centre municipal de Sainte-Ursule.

DÉROULEMENT DE L’ÉVÉNEMENT

  • La première journée, des conférenciers dresseront un portrait de l’offre d’activités actuelle autour du lac Saint-Pierre. Parce qu’il y a bien plus que la chasse et la pêche à faire dans cet environnement exceptionnel!
  • La deuxième journée, ce sera à vous de prendre la parole pour partager vos idées, vos commentaires et vos besoins. Les organisateurs seront là pour vous entendre. Tout ce que vous direz servira à élaborer les prochains projets du milieu, de manière à ce que votre vision de l’avenir du lac Saint-Pierre prenne vie!

COMMENT PARTICIPER?
Pour participer, vous pouvez vous procurer des billets à un coût minime à partir du site web ou de l’événement Facebook. Les dîners et pauses-cafés sont inclus.

POUR PLUS D’INFORMATION
Vous pouvez communiquer en tout temps avec le Comité ZIP du lac Saint-Pierre à propos du forum, de vos préoccupations ou de vos idées pour le lac Saint-Pierre au 819 228-1384 ou par courriel à [email protected]

Au plaisir de vous y rencontrer pour planifier activement l’avenir de votre lac Saint-Pierre!

L’équipe du Comité ZIP du lac Saint-Pierre et de la Table de concertation régionale du lac Saint-Pierre

UNE RENCONTRE ENRICHISSANTE POUR LE BUREAU ENVIRONNEMENT ET TERRE DE WÔLINAK

Le bureau Environnement et terre de Wôlinak est fier d’avoir accueilli des membres de la communauté d’Ekuanitshit (située à Mingan, à environ 200 km à l’est de Sept-Iles) pour une visite-conseil en lien avec leur projet Compostage W.

Des dialogues constructifs, un partage d’information et la rencontre d’une équipe dynamique!

L’équipe du Bureau heureux d’avoir fait leur connaissance et espèrent que leurs échanges favoriseront l’essor de leur projet de compostage dans leur communauté.

La 8e édition du cocktail-bénéfice du Musée des Abénakis sous le signe de la réussite

Plus de 100 amis et partenaires du Musée des Abénakis se sont réunis le 21 mars dernier pour participer à la plus récente édition de son cocktail-bénéfice annuel. Grâce à la présence des convives ainsi qu’à la généreuse contribution de 25 commanditaires, le Musée des Abénakis est enchanté d’annoncer que la somme amassée frôle les 29 000 $ (19 000 $ de profit net). Celle-ci permettra de contribuer aux missions éducatives et culturelles de l’institution.

À nouveau cette année, les participants de la soirée ont pu découvrir la richesse artistique et culinaire des Premières Nations et plonger dans la culture contemporaine des Abénakis. Une fois de plus cette année, la découverte culinaire de la soirée a été confiée au chef Steve Bissonnette du restaurant-pub le D’Orsay, de Québec. Les invités ont pu découvrir des bouchées peu communes composées de saumon fumé, de boudin noir, de wapitis ou encore de cerf. Le DJ Inuk, Geronimo Inutiq, était à nouveau de la partie pour animer cette soirée festive à l’aide de ses disques de vinyle 33 tours.

Notre réputé encan silencieux était également de retour. En effet, les 13 pièces d’artistes et d’artisans autochtones et allochtones proposées ont toutes trouvé preneur; c’est près de 4
000 $ qui ont été amassés grâce à la vente d’œuvres! En fin de soirée, des tirages et des prix de présence ont permis à 10 personnes chanceuses de remporter de magnifiques prix, dont un voyage à Essipit comprenant deux nuitées en condo ainsi qu’une croisière aux baleines, une nuitée à l’hôtel Montfort de Nicolet avec accès au spa nordique, deux nuitées en prêt-à-camper « Étoile » ou en chalet Écho dans l’un des parcs nationaux de la SÉPAQ, un forfait séjour en O’tentik au Parc national de la Mauricie, gracieuseté de Parcs Canada ainsi qu’un chèque-cadeau du restaurant-pub le d’Orsay.

Le Musée des Abénakis tient à remercier cordialement tous ses partenaires – plus particulièrement ses commanditaires majeurs RBC, BLG, Desjardins caisse de Nicolet, Groupe 132, Dionne Schulze, Construction G. Therrien et la SAQ – ainsi que l’ensemble de ses convives, sans qui cet événement n’aurait pas connu un tel succès!

COMMUNIQUÉS ET AVIS

Un regard synthèse sur l’histoire de la forêt et des Abénakis de Wôlinak

De gauche à droite: Alain O’Bomsawin, conseiller au Conseil des Abénakis d’Odanak; Daniel G. Nolett, directeur général du Conseil des Abénakis d’Odanak; Dave Bernard, directeur général du Conseil des Abénakis de Wôlinak; Pierre St-Yves, producteur-cinéaste et Mario Marchand, historien.

Le Conseil des Abénakis de Wôlinak, en association avec le Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, ainsi que la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour, Parcs Canada, le Secrétariat aux affaires autochtones, l’honorable Donald Martel, le CN, Culture Centre-du-Québec et les Productions HDS présentaient le tout nouveau projet de capsules vidéo historiques intitulées « Les Abénakis de Bécancour d’hier à aujourd’hui », ce vendredi 14 septembre, à la Petite Chapelle Ste-Thérèse de Wôlinak.

Depuis près de deux décennies, les Abénakis de Wôlinak sont associés à différents projets de recherches scientifiques en lien avec la mise en valeur de la culture autochtone. Tout récemment, avec la création d’un centre d’interprétation portant sur l’histoire de la mission de Bécancour et la publication du livre La forêt des deux mondes : Représentations collectives et transformation du paysage (1534-1934), le Conseil des Abénakis de Wôlinak s’est résolument inscrit dans la diffusion de son patrimoine.

Pour donner suite à ces réalisations et grâce à un financement de l’ordre de 12 000$ provenant des différents partenaires nommés précédemment, le lancement d’aujourd’hui présentait les deux premières capsules vidéo d’une série de quatre portant sur l’histoire des Autochtones de la région, en particulier celle des Abénakis de Wôlinak. Pour la réalisation de ce projet, les Abénakis ont fait appel à deux professionnels reconnus dans leur domaine respectif. Il s’agit de l’historien Mario Marchand et du producteur-cinéaste Pierre St-Yves. Outre la participation de professionnels de la culture autochtone, le documentaire met de l’avant des témoignages de membres de la communauté de Wôlinak. D’une durée totale d’environ 20 minutes, la production prend la forme de capsules vidéo, chacune d’elle portant sur un thème en particulier :

  •  Les Abénakis des premiers temps
  • Les Abénakis et les missions
  • Le troc des cultures
  • La forêt des deux mondes

Une fois l’ensemble du documentaire complété en novembre prochain, il sera possible de visionner les quatre capsules historiques en intégralité sur le web.

Un mois de septembre rempli au Musée des Abénakis!

Au Musée des Abénakis, le mois de septembre rime avec films, documentaires et courts métrages autochtones! En lien direct avec sa mission muséale, quatre activités de projections sont prévues en septembre afin d’engager et de permettre le développement d’un dialogue entre la culture autochtone et les visiteurs.

Ayant amorcé sa grande tournée estivale le 26 juin dernier, le Wapikoni mobile sera de passage au Musée des Abénakis le mercredi 5 septembre prochain, de 11 h à 17 h. Les visiteurs sont invités à venir découvrir des courts métrages de réalisateurs autochtones de la relève!

Les jeudi 13, 20 et 27 septembre à 19 h, il y aura des présentations extérieures de documentaires et de films autochtones. Apportez vos chaises et laissez-vous émouvoir par ces présentations! De plus, suite à ces projections, vous serez invités à échanger avec les réalisateurs ou cinéastes de ces films et documentaires percutants!

Le 13 septembre sera présenté le film « Le Dep », réalisé par Sonia Bonspille-Boileau, membre de la nation mohawk de la Confédération Haudenosaunee. Ce drame psychologique raconte l’histoire d’une jeune femme innue qui est victime d’un vol à main armée, alors qu’elle travaille dans le dépanneur de son père, dans une petite communauté autochtone. Le 20 septembre, nous découvrirons, à travers le documentaire « Ce silence qui tue », de la cinéaste abénakise Kim O’Bomsawin, la réalité troublante du silence qui entoure le phénomène des femmes autochtones assassinées ou disparues au Canada. Les projections se termineront le 27 septembre avec la présentation du documentaire « Waseskun » du réalisateur Steve Patry qui dévoile le quotidien de cet établissement de détention alternatif unique pour hommes ayant un passé trouble et violent, provenant de différentes communautés autochtones.

Ces activités sont entièrement gratuites, mais nous vous suggérons fortement de réserver votre place en communiquant rapidement avec la réception du Musée des Abénakis au 450 568-2600 ou par courriel au [email protected].

 

Renouvellement de l’exposition permanente | Musée des Abénakis

Le Musée des Abénakis est fier d’annoncer que le Ministère de la Culture et des Communications lui a octroyé 350 000 $ pour le renouvellement de son exposition permanente en vertu du programme Appel de projets pour le soutien des expositions permanentes et itinérantes. L’exposition permanente actuelle Wôbanaki : peuple du soleil levant est présentée au Musée depuis 2006.

Démarrage d’un processus de consultation en vue d’une exposition authentique et actuelle

L’objectif premier de ce projet est de faire du Musée des Abénakis un véritable lieu d’échange, de transmission et de mise en valeur de la culture abénakise. Ce projet devient donc une opportunité de créer un mouvement de mobilisation des communautés abénakises d’Odanak et de Wôlinak ainsi que des Abénakis résidants à l’extérieur de la province et aux États-Unis. Dès les premières étapes de ce projet, un processus d’innovation ouverte sera mis en place : les Abénakis et la communauté scientifique seront invités à participer activement à la conception et à la réalisation de l’exposition ; des assemblées de cuisine aux différents comités de travail en passant par la création d’une œuvre participative à l’été 2019. Cette approche mettra de l’avant les échanges et la recherche de consensus. Le Musée souhaite ainsi que cet espace devienne le lieu de rassemblement et de référence de toutes les personnes ayant une appartenance à la culture abénakise. Prévue en juin 2020, la nouvelle exposition sera accompagnée d’une programmation d’activités et d’événements permettant de découvrir et de vivre la culture abénakise.

PRESSE

La 8e édition du cocktail-bénéfice du Musée des Abénakis sous le signe de la réussite

Plus de 100 amis et partenaires du Musée des Abénakis se sont réunis le 21 mars dernier pour participer à la plus récente édition de son cocktail-bénéfice annuel. Grâce à la présence des convives ainsi qu’à la généreuse contribution de 25 commanditaires, le Musée des Abénakis est enchanté d’annoncer que la somme amassée frôle les 29 000 $ (19 000 $ de profit net). Celle-ci permettra de contribuer aux missions éducatives et culturelles de l’institution.

À nouveau cette année, les participants de la soirée ont pu découvrir la richesse artistique et culinaire des Premières Nations et plonger dans la culture contemporaine des Abénakis. Une fois de plus cette année, la découverte culinaire de la soirée a été confiée au chef Steve Bissonnette du restaurant-pub le D’Orsay, de Québec. Les invités ont pu découvrir des bouchées peu communes composées de saumon fumé, de boudin noir, de wapitis ou encore de cerf. Le DJ Inuk, Geronimo Inutiq, était à nouveau de la partie pour animer cette soirée festive à l’aide de ses disques de vinyle 33 tours.

Notre réputé encan silencieux était également de retour. En effet, les 13 pièces d’artistes et d’artisans autochtones et allochtones proposées ont toutes trouvé preneur; c’est près de 4
000 $ qui ont été amassés grâce à la vente d’œuvres! En fin de soirée, des tirages et des prix de présence ont permis à 10 personnes chanceuses de remporter de magnifiques prix, dont un voyage à Essipit comprenant deux nuitées en condo ainsi qu’une croisière aux baleines, une nuitée à l’hôtel Montfort de Nicolet avec accès au spa nordique, deux nuitées en prêt-à-camper « Étoile » ou en chalet Écho dans l’un des parcs nationaux de la SÉPAQ, un forfait séjour en O’tentik au Parc national de la Mauricie, gracieuseté de Parcs Canada ainsi qu’un chèque-cadeau du restaurant-pub le d’Orsay.

Le Musée des Abénakis tient à remercier cordialement tous ses partenaires – plus particulièrement ses commanditaires majeurs RBC, BLG, Desjardins caisse de Nicolet, Groupe 132, Dionne Schulze, Construction G. Therrien et la SAQ – ainsi que l’ensemble de ses convives, sans qui cet événement n’aurait pas connu un tel succès!

Par |mars 25th, 2019|Catégories: Actualités, Presse|Commentaires fermés sur La 8e édition du cocktail-bénéfice du Musée des Abénakis sous le signe de la réussite

Une expérience saisissante pour sensibiliser les jeunes à la violence amoureuse

Dominique Bélanger, la coordonnatrice du projet au Conseil des Abénakis de Wôlinak. Photo : Sébastien Lacroix

Près de 500 jeunes sont passés par «les couloirs de la violence amoureuse» au cours des derniers jour à l’institut Kiuna. Un labyrinthe interactif où ont circulé les élèves de 4e et 5e secondaire pour être sensibilisés aux différentes étapes qui mènent à la violence amoureuse.

Une expérience immersive saisissante, qui se déroule dans un univers multimédia et qui a pour but de leur faire prendre conscience des signes précurseurs. En place du 4 au 21 février, l’activité a accueilli les étudiants des trois écoles secondaires de la Riveraine, du CNDA et quelques groupes communautaires.

En tout, ce sont 16 tableaux qui sont présentés aux jeunes. On traite d’abord des débuts idylliques d’une relation qui s’envenime rapidement par la manipulation et qui va en escalade jusqu’aux menaces et aux voies de fait.

Le tout se termine en présence de deux vrais policiers qui sont sur place pour discuter avec les jeunes. Un premier qui fait une simulation d’une vraie arrestation et un second qui le fait comparaître devant un juge qui prononcera sa sentence.

Les jeunes discuteront ensuite de l’impact de la sentence, mais également sur la vie de la victime et de la réputation de l’agresseur qui sont par la suite à rebâtir.

Une fois que les jeunes ont passé par les couloirs, il y a un court bilan qui est fait pour ne pas les laisser partir comme ça. Une période au cours de laquelle on fait un retour sur la visite et on y présente du vidéo «24 heures texto».

Un suivi se fait aussi dans les écoles avec les intervenants. Dans certains cas, des dénonciations sont enregistrées à la police par la suite. Ça d’ailleurs été le cas d’au moins une jeune fille qui a enregistré une plainte après être passé par l’activité présentée à Odanak, a-t-on pu apprendre sur place.

Les «couloirs de la violence amoureuse» font en tout 35 pieds par 24 pieds. On y trouve des décors qui présentent la réalité des jeunes. Que ce soit la chambre de la jeune fille, sa garde-robe, son journal intime, des casiers, ou encore différents objets tel que des miroirs déformants, des téléphones, des stroboscopes, et des téléviseurs où sont projetées des mises en situation.

Le projet a été implanté en 2008 au Lac Saint-Jean et il se promène un peu partout au Québec depuis ce temps-là. Sa venue dans la région a été financée par le Conseil des Abénakis de Wôlinak et d’Odanak, la Riveraine et le député Louis Plamondon.

«Il y en a que ça les pognes vraiment, ça les déstabilise. D’autres qui trouvent ça plus comique, mais qui rient jaune. En général, ils sortent de là en étant bien au fait de ce qu’est la violence. Il y en a souvent qui vont nous dire, “je connais ça”, “j’ai vécu ça” ou “J’ai été agresseur un moment donné et je me rends compte que ce n’était pas correct ce que je faisais”. D’autres nous ont dit “on vit ça à la maison. Ce sont nos parents qui font ça”.», raconte Dominique Bélanger, la coordonnatrice du projet au Conseil des Abénakis de Wôlinak, qui a fait venir les Couloirs dans la région. Je considère que c’est un succès, autant pour les jeunes que pour les enseignants qui les accompagnent qui seront plus à l’affût de voir si un étudiant va moins bien.»

Source: Le Courrier Sud

 

Par |février 19th, 2019|Catégories: Actualités, Presse|Commentaires fermés sur Une expérience saisissante pour sensibiliser les jeunes à la violence amoureuse

MME MONIQUE NOLETT-ILLE REÇOIT LA CROIX DU SERVICE MÉRITOIRE

Une résidente d’Odanak, Monique Nolett-Ille, sera décorée jeudi par la Gouverneure générale du Canada, la très honorable Julie Payette. Elle recevra la Croix du service méritoire (division civile) pour son engagement à promouvoir et à protéger l’héritage culturel de son peuple, la Nation abénakise.

En effet, en tant que professeure et consultante en langue abénakise, Monique Nolett-Ille a sensibilisé la communauté d’Odanak à réapprendre sa langue maternelle, alors en voie d’extinction.

En participant à la formation d’une nouvelle génération d’enseignants et en leur transmettant sa passion de la langue, elle a encouragé toute une communauté à préserver ses liens avec le passé.

Rappelons que la Croix du service méritoire (division civile) reconnaît les contributions remarquables de citoyens canadiens dans différents domaines d’activité, des initiatives de défense des intérêts aux soins de santé, en passant par la recherche et les efforts humanitaires.

Ces contributions méritoires sont souvent novatrices. Elles sont un exemple à suivre et améliorent la qualité de vie d’une communauté.

 

Source: Le Courrier Sud

Par |février 14th, 2019|Catégories: Actualités, Presse|Commentaires fermés sur MME MONIQUE NOLETT-ILLE REÇOIT LA CROIX DU SERVICE MÉRITOIRE

L’édition hivernale du W8banaki Pilaskw est en ligne!

Vous pouvez désormais consulter la dernière édition du journal W8banaki Pilaskw en ligne en CLIQUANT ICI.

 

Bonne lecture!

Par |janvier 31st, 2019|Catégories: Actualités, Presse|Commentaires fermés sur L’édition hivernale du W8banaki Pilaskw est en ligne!

Levée du moratoire sur la perchaude: les Abénakis disent non, mais…

Une article de BRIGITTE TRAHAN, paru dans Le Nouvelliste – 30 janvier 2019

© Archives – Le Nouvelliste

Le Conseil des Abénakis d’Odanak dit non à la levée du moratoire sur la perchaude que demande l’Association des pêcheurs du lac Saint-Pierre. Il estime toutefois qu’une étude sur l’impact réel des cormorans à aigrette sur la ressource représenterait une donnée fort intéressante à explorer dans ce dossier.

Rappelons que l’Association des pêcheurs a fait parvenir aux municipalités riveraines du lac Saint-Pierre de même qu’au Conseil des Abénakis d’Odanak, il y a quelques semaines, une demande d’appui par résolution visant à réclamer au gouvernement du Québec la levée du moratoire sur la pêche à la perchaude. Cette demande est assortie d’une étude réalisée par un biologiste à la retraite de Nicolet, Raymond Faucher, qui contredit complètement les études réalisées par un groupe de scientifiques dirigés par le professeur Pierre Magnan de l’UQTR, une sommité en matière d’écosystèmes aquatiques en eau douce.

Les municipalités riveraines ont commencé à répondre à cette requête et il appert que les opinions sont présentement partagées parmi les élus. Certaines municipalités préfèrent suivre les recommandations officielles du Comité aviseur scientifique, comme c’est le cas de Trois-Rivières et Nicolet. Bécancour est en analyse, ne se sentant pas en mesure de trancher dans ce qu’elle considère comme un débat d’experts et Louiseville a dit oui étant donné l’impact dévastateur du moratoire sur son économie de tourisme de plein air.

Les Abénakis d’Odanak, de Wôlinak de même que le Grand conseil de la nation Waban-Aki ont demandé à leurs biologistes respectifs de lire le rapport Faucher. Dans les trois cas, les biologistes ont indépendamment recommandé de ne pas demander la levée du moratoire et préfèrent s’en tenir aux conclusions du comité scientifique mené par le professeur Magnan, indique le directeur général du Conseil des Abénakis d’Odanak, Daniel G. Nolett. « Les trois sont arrivés à la même conclusion », dit-il.

« Même si les chiffres datent, on veut prendre l’approche de la prudence », explique-t-il.

Les Abénakis sont toutefois sensibles à certaines conclusions qui se trouvent dans le rapport Faucher, en particulier la question des cormorans à aigrette qui, selon le rapport Faucher, représenteraient « le principal vecteur du déclin et de la rupture du stock de la perchaude » au lac Saint-Pierre. Ce rapport indique que le cormoran à aigrette a consommé à lui seul 30 % et 50 % du recrutement du stock au lac Saint-Pierre.»

« On ne dit pas non pour dire non », assure M. Nolett. « On est sensible à certains des arguments de M. Faucher. » Le directeur général croit qu’il y a peu de documentation concernant l’effet des cormorans sur les jeunes perchaudes.

« La Nation souhaiterait être partenaire », dit-il, si le ministère ou un autre porteur de ballon veut pousser la recherche à ce sujet. Les Abénakis, qui font déjà de nombreux travaux en matière de protection de l’environnement, sont prêts à «l’assister dans un projet de recherche. »

M. Nolett précise toutefois que la situation actuelle de la perchaude découle d’une combinaison de plusieurs facteurs, dont la dégradation de l’environnement. «Ce n’est pas juste un élément. C’est le cumul de différents facteurs», dit-il.

Le Conseil d’Odanak attend la résolution du Conseil de Wôlinak afin « qu’une lettre soit envoyée par le bureau de Suzie O’Bomsawin du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki aux autorités pour faire part de la décision et de la volonté d’explorer les autres points », dit-il.

Rappelons qu’un deuxième moratoire de 5 ans sur la pêche à la perchaude au lac Saint-Pierre a été imposé en 2017 afin de protéger cette ressource qui vit un important déclin. Les pêches sportive et commerciale s’en trouvent toutes deux très affectées.

Dans une entrevue accordée au Nouvelliste en décembre dernier, le professeur Pierre Magnan avait expliqué que la pression exercée par les cormorans ne peut expliquer à elle seule l’absence des jeunes perchaudes qui devraient poursuivre la reproduction. Selon lui, l’écosystème du lac Saint-Pierre est présentement tellement dégradé que les larves de perchaudes ne survivent pas à l’hiver. « Elles n’atteignent pas la taille limite pour pouvoir vivre de leurs réserves », avait-il expliqué. Rappelons que la culture intensive sur les rives du lac Saint-Pierre est un des facteurs pointés du doigt par les scientifiques pour expliquer cette situation.

En mars 2018, le gouvernement du Québec avait annoncé l’injection de 14 millions $ afin de restaurer les habitats fauniques et de rechercher des pratiques agricoles durables. En juillet, Québec créait également le Pôle d’expertise multidisciplinaire en gestion durable du littoral du lac Saint-Pierre en collaboration avec l’UQTR, l’Université McGill et l’Université Laval. Son mandat consiste à développer des pratiques agricoles durables sur les rives du lac Saint-Pierre.

Les Abénakis d’Odanak, pour leur part, ont déjà réalisé avec succès, depuis 2014, plusieurs aménagements fauniques qui ont favorisé la perchaude.

Source: https://www.lenouvelliste.ca/actualites/levee-du-moratoire-sur-la-perchaude-les-abenakis-disent-non-mais-77dc82b6cf6ce058e62aa72c75de2845

Par |janvier 30th, 2019|Catégories: Actualités, Presse|Commentaires fermés sur Levée du moratoire sur la perchaude: les Abénakis disent non, mais…

Partenariat entre le Musée des Abénakis et la Maison Merry de Magog

L’entente a été signée en présence de Denyse Desjardins (Maison Merry), Geneviève Treyvaud (Grand conseil de la Nation Waban-Aki), Patricia Lachapelle (Musée des Abénakis), Sophie Charbonneau (Maison Merry), Suzie O’Bomsawin (Grand conseil de de la Nation Waban-Aki), Geneviève Dorion Bélisle (Maison Merry) et Vicky Desfossés-Bégin (Musée des Abénakis).

L’équipe de la Maison Merry de Magog a conclu une entente avec le Grand conseil de la Nation Waban-Aki et le Musée des Abénakis, le 20 novembre dernier, concernant sa prochaine exposition temporaire.

Celle-ci sera consacrée à la nation abénakise et sera inaugurée au printemps 2020.

Il faudra environ deux ans pour le mettre sur pied puisque les partenaires seront impliqués dans toutes les étapes du processus, dont la recherche, l’élaboration du concept, la scénarisation, le design et la rédaction des textes.

« Nous souhaitons mettre en valeur la contribution de la nation abénakise à l’histoire de Magog », affirme la directrice générale de la Maison Merry, Sophie Charbonneau. Cette dernière explique que les Cantons-de-l’Est font partie du territoire ancestral de ce peuple. Les fouilles archéologiques sur le site de la Maison Merry en 2013, 2015 et 2017 ont mis à jour plusieurs artefacts témoignant de la présence autochtone à Magog. Cet emplacement, situé à l’intersection des rues Principale Ouest et Merry Nord, se révèle comme un endroit de choix pendant des milliers d’années pour les Autochtones sur la route menant du Nord au Sud.

Source: Le Courrier Sud 

Par |janvier 14th, 2019|Catégories: Actualités, Presse|Commentaires fermés sur Partenariat entre le Musée des Abénakis et la Maison Merry de Magog

ACTUALITÉS

« La langue qui ne voulait pas mourir » | La Fabrique culturelle.tv

En cette Année internationale des langues autochtones, on ne peut imaginer une langue plus menacée que l’abénakis, qui n’est aujourd’hui parlée que par cinq personnes dans le monde. Parmi celles-ci, nous en avons réuni trois: Monique Nolett-Ille, enseignante à la retraite qui a tenu à bout de bras sa langue pendant 12 ans, jusqu’à ce qu’arrive Philippe Charland, un non-autochtone s’étant épris de cette langue au point de devenir l’enseignant de référence. Et puis il y a Daniel G. Nolett, directeur général du Conseil des Abénakis d’Odanak, pilier essentiel de la culture abénakise. Grâce à eux, le miracle de la survie de cette langue belle et complexe se poursuit.

Quant à la relève, elle s’incarne à travers Bianca Gill et Sigwanis Lachapelle, deux jeunes femmes qui continuent leur apprentissage, donnant ainsi espoir que, encore une fois, l’abénakis survivra et continuera de se faire entendre.

Mais pourquoi donc s’obstiner à garder vivante une langue qui n’est plus parlée que par une poignée de personnes? La question ne devrait même pas se poser:

«La langue, c’est la base de la culture. Si on perd la langue, on perd une grosse partie de la culture.» (Daniel G. Nolett)

http://www.kiuna-college.com

CRÉDITS

Coordination: Patrick Douville
Technicienne en production régionale: Stéphanie Collins
Réalisation, montage et caméra: Jean-Luc Daigle
Caméra: Renaud De Repentigny
Prise de son: Pierre Brouillette-Hamelin

Merci à Prudence Hannis et à tout le personnel de l’Institution Kiuna, à Odanak.

Par |avril 11th, 2019|Catégories: Actualités, Autres Publications|Commentaires fermés sur « La langue qui ne voulait pas mourir » | La Fabrique culturelle.tv

Une programmation culturelle diversifiée pour le Musée des Abénakis

Le Musée des Abénakis est heureux d’annoncer le lancement de sa programmation culturelle printanière et estivale 2019. Les activités proposées ont des thématiques diversifiées et surtout, elles sauront satisfaire petits et grands.

W8banaki sawaw8ganal; entre tradition et modernité
Le 18 mai, grâce à l’activité W8banaki sawaw8ganal; entre tradition et modernité, vous découvrirez les particularités des vêtements abénakis à travers le temps, de l’arrivée des Européens à aujourd’hui. Animée par le spécialiste du vêtement, Sylvain Rivard, cette activité vous permettra de comprendre comment les Pow-Wow d’aujourd’hui transforment l’esthétisme des vêtements et comment la symbolique des différentes Nations finit par s’entremêler.

Il s’agit d’une activité gratuite pour tous.

Le 60e Pow-Wow d’Odanak
Les 5, 6 et 7 juillet, profitez du site aménagé dans le quadrilatère historique de la communauté pour échanger avec des membres des Premières Nations. Venez admirer de magnifiques régalias, écouter les chants et la musique de groupes autochtones d’ici et d’ailleurs, regarder des danseurs en action et déguster certains mets traditionnels. De plus, le dimanche 7 juillet, le Musée offre l’entrée à demi-prix pour tous! Saisissez cette occasion et visitez l’exposition l’Indien au-delà d’Hollywood!

L’accès au site du Pow-Wow est gratuit.

Contes et légendes sous un ciel d’Alakwsak
Le 9 août en soirée, lors des Perséides, venez observer les étoiles filantes lors de l’activité de contes et légendes sous un ciel d’Alakwsak « étoiles » en plein air. En compagnie de Nicole O’Bomsawin, vous passerez une agréable soirée près du feu. Vous découvrirez la culture immatérielle des Abénakis, riche en histoire, en anecdotes et en légendes.

Des coûts sont liés à cette activité : 10 $ par adulte (8 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak), 8 $ pour les étudiants de 13 à 18 ans et 5 $ pour les enfants de 5 à 12 ans.

Maalhakws : les Abénakis et le frêne
Finalement, le 14 septembre, l’activité Maalhakws : les Abénakis et le frêne vous plongera dans la vie d’un jeune frêne. Voyez la place occupée par la nature et l’importance de cet arbre dans la culture des w8banakis. Apprenez comment repérer un frêne en forêt, comment en extraire sa fibre et comment travailler avec sa matière. Pour conclure l’activité, tous pourront confectionner de jolies œuvres à partir d’éclisses de frêne.

Des coûts sont liés à cette activité : 15 $ par adulte (12 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak), 8 $ pour les étudiants de 13 à 18 ans et 5 $ pour les enfants de 5 à 12 ans.

Pour l’ensemble de ces activités (sauf pour le Pow-Wow), les inscriptions sont obligatoires, communiquez avec la réception du Musée des Abénakis au 450 568-2600 ou par courriel au [email protected] pour vous inscrire.

Par |mars 28th, 2019|Catégories: Actualités|Commentaires fermés sur Une programmation culturelle diversifiée pour le Musée des Abénakis

« Passionnés de région » : Suzie O’Bomsawim d’Odanak

Découvrez Suzie O’Bomsawin, directrice du Bureau du Ndakinna du GCNWA, et passionnée de sa région: la communauté d’Odanak.

CLIQUEZ ICI pour écouter la chronique complète.

Par |mars 28th, 2019|Catégories: Actualités|Commentaires fermés sur « Passionnés de région » : Suzie O’Bomsawim d’Odanak

INVITATION : Penser le lac Saint-Pierre de demain

Citoyens et citoyennes de la communauté d’Odanak, c’est le temps de parler de vos idées de projets pour le lac Saint-Pierre! Pour ce faire, le Comité ZIP et la Table de concertation régionale du lac Saint-Pierre vous invitent à leur forum « Penser le lac Saint-Pierre de demain : usages et biodiversité » les 17 et 18 avril prochain au centre municipal de Sainte-Ursule.

DÉROULEMENT DE L’ÉVÉNEMENT

  • La première journée, des conférenciers dresseront un portrait de l’offre d’activités actuelle autour du lac Saint-Pierre. Parce qu’il y a bien plus que la chasse et la pêche à faire dans cet environnement exceptionnel!
  • La deuxième journée, ce sera à vous de prendre la parole pour partager vos idées, vos commentaires et vos besoins. Les organisateurs seront là pour vous entendre. Tout ce que vous direz servira à élaborer les prochains projets du milieu, de manière à ce que votre vision de l’avenir du lac Saint-Pierre prenne vie!

COMMENT PARTICIPER?
Pour participer, vous pouvez vous procurer des billets à un coût minime à partir du site web ou de l’événement Facebook. Les dîners et pauses-cafés sont inclus.

POUR PLUS D’INFORMATION
Vous pouvez communiquer en tout temps avec le Comité ZIP du lac Saint-Pierre à propos du forum, de vos préoccupations ou de vos idées pour le lac Saint-Pierre au 819 228-1384 ou par courriel à [email protected]

Au plaisir de vous y rencontrer pour planifier activement l’avenir de votre lac Saint-Pierre!

L’équipe du Comité ZIP du lac Saint-Pierre et de la Table de concertation régionale du lac Saint-Pierre

Par |mars 26th, 2019|Catégories: Actualités|Commentaires fermés sur INVITATION : Penser le lac Saint-Pierre de demain

UNE RENCONTRE ENRICHISSANTE POUR LE BUREAU ENVIRONNEMENT ET TERRE DE WÔLINAK

Le bureau Environnement et terre de Wôlinak est fier d’avoir accueilli des membres de la communauté d’Ekuanitshit (située à Mingan, à environ 200 km à l’est de Sept-Iles) pour une visite-conseil en lien avec leur projet Compostage W.

Des dialogues constructifs, un partage d’information et la rencontre d’une équipe dynamique!

L’équipe du Bureau heureux d’avoir fait leur connaissance et espèrent que leurs échanges favoriseront l’essor de leur projet de compostage dans leur communauté.

Par |mars 26th, 2019|Catégories: Actualités|Commentaires fermés sur UNE RENCONTRE ENRICHISSANTE POUR LE BUREAU ENVIRONNEMENT ET TERRE DE WÔLINAK

La 8e édition du cocktail-bénéfice du Musée des Abénakis sous le signe de la réussite

Plus de 100 amis et partenaires du Musée des Abénakis se sont réunis le 21 mars dernier pour participer à la plus récente édition de son cocktail-bénéfice annuel. Grâce à la présence des convives ainsi qu’à la généreuse contribution de 25 commanditaires, le Musée des Abénakis est enchanté d’annoncer que la somme amassée frôle les 29 000 $ (19 000 $ de profit net). Celle-ci permettra de contribuer aux missions éducatives et culturelles de l’institution.

À nouveau cette année, les participants de la soirée ont pu découvrir la richesse artistique et culinaire des Premières Nations et plonger dans la culture contemporaine des Abénakis. Une fois de plus cette année, la découverte culinaire de la soirée a été confiée au chef Steve Bissonnette du restaurant-pub le D’Orsay, de Québec. Les invités ont pu découvrir des bouchées peu communes composées de saumon fumé, de boudin noir, de wapitis ou encore de cerf. Le DJ Inuk, Geronimo Inutiq, était à nouveau de la partie pour animer cette soirée festive à l’aide de ses disques de vinyle 33 tours.

Notre réputé encan silencieux était également de retour. En effet, les 13 pièces d’artistes et d’artisans autochtones et allochtones proposées ont toutes trouvé preneur; c’est près de 4
000 $ qui ont été amassés grâce à la vente d’œuvres! En fin de soirée, des tirages et des prix de présence ont permis à 10 personnes chanceuses de remporter de magnifiques prix, dont un voyage à Essipit comprenant deux nuitées en condo ainsi qu’une croisière aux baleines, une nuitée à l’hôtel Montfort de Nicolet avec accès au spa nordique, deux nuitées en prêt-à-camper « Étoile » ou en chalet Écho dans l’un des parcs nationaux de la SÉPAQ, un forfait séjour en O’tentik au Parc national de la Mauricie, gracieuseté de Parcs Canada ainsi qu’un chèque-cadeau du restaurant-pub le d’Orsay.

Le Musée des Abénakis tient à remercier cordialement tous ses partenaires – plus particulièrement ses commanditaires majeurs RBC, BLG, Desjardins caisse de Nicolet, Groupe 132, Dionne Schulze, Construction G. Therrien et la SAQ – ainsi que l’ensemble de ses convives, sans qui cet événement n’aurait pas connu un tel succès!

Par |mars 25th, 2019|Catégories: Actualités, Presse|Commentaires fermés sur La 8e édition du cocktail-bénéfice du Musée des Abénakis sous le signe de la réussite

BULLETIN D’INFORMATION

« La langue qui ne voulait pas mourir » | La Fabrique culturelle.tv

En cette Année internationale des langues autochtones, on ne peut imaginer une langue plus menacée que l’abénakis, qui n’est aujourd’hui parlée que par cinq personnes dans le monde. Parmi celles-ci, nous en avons réuni trois: Monique Nolett-Ille, enseignante à la retraite qui a tenu à bout de bras sa langue pendant 12 ans, jusqu’à ce qu’arrive Philippe Charland, un non-autochtone s’étant épris de cette langue au point de devenir l’enseignant de référence. Et puis il y a Daniel G. Nolett, directeur général du Conseil des Abénakis d’Odanak, pilier essentiel de la culture abénakise. Grâce à eux, le miracle de la survie de cette langue belle et complexe se poursuit.

Quant à la relève, elle s’incarne à travers Bianca Gill et Sigwanis Lachapelle, deux jeunes femmes qui continuent leur apprentissage, donnant ainsi espoir que, encore une fois, l’abénakis survivra et continuera de se faire entendre.

Mais pourquoi donc s’obstiner à garder vivante une langue qui n’est plus parlée que par une poignée de personnes? La question ne devrait même pas se poser:

«La langue, c’est la base de la culture. Si on perd la langue, on perd une grosse partie de la culture.» (Daniel G. Nolett)

http://www.kiuna-college.com

CRÉDITS

Coordination: Patrick Douville
Technicienne en production régionale: Stéphanie Collins
Réalisation, montage et caméra: Jean-Luc Daigle
Caméra: Renaud De Repentigny
Prise de son: Pierre Brouillette-Hamelin

Merci à Prudence Hannis et à tout le personnel de l’Institution Kiuna, à Odanak.

Une programmation culturelle diversifiée pour le Musée des Abénakis

Le Musée des Abénakis est heureux d’annoncer le lancement de sa programmation culturelle printanière et estivale 2019. Les activités proposées ont des thématiques diversifiées et surtout, elles sauront satisfaire petits et grands.

W8banaki sawaw8ganal; entre tradition et modernité
Le 18 mai, grâce à l’activité W8banaki sawaw8ganal; entre tradition et modernité, vous découvrirez les particularités des vêtements abénakis à travers le temps, de l’arrivée des Européens à aujourd’hui. Animée par le spécialiste du vêtement, Sylvain Rivard, cette activité vous permettra de comprendre comment les Pow-Wow d’aujourd’hui transforment l’esthétisme des vêtements et comment la symbolique des différentes Nations finit par s’entremêler.

Il s’agit d’une activité gratuite pour tous.

Le 60e Pow-Wow d’Odanak
Les 5, 6 et 7 juillet, profitez du site aménagé dans le quadrilatère historique de la communauté pour échanger avec des membres des Premières Nations. Venez admirer de magnifiques régalias, écouter les chants et la musique de groupes autochtones d’ici et d’ailleurs, regarder des danseurs en action et déguster certains mets traditionnels. De plus, le dimanche 7 juillet, le Musée offre l’entrée à demi-prix pour tous! Saisissez cette occasion et visitez l’exposition l’Indien au-delà d’Hollywood!

L’accès au site du Pow-Wow est gratuit.

Contes et légendes sous un ciel d’Alakwsak
Le 9 août en soirée, lors des Perséides, venez observer les étoiles filantes lors de l’activité de contes et légendes sous un ciel d’Alakwsak « étoiles » en plein air. En compagnie de Nicole O’Bomsawin, vous passerez une agréable soirée près du feu. Vous découvrirez la culture immatérielle des Abénakis, riche en histoire, en anecdotes et en légendes.

Des coûts sont liés à cette activité : 10 $ par adulte (8 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak), 8 $ pour les étudiants de 13 à 18 ans et 5 $ pour les enfants de 5 à 12 ans.

Maalhakws : les Abénakis et le frêne
Finalement, le 14 septembre, l’activité Maalhakws : les Abénakis et le frêne vous plongera dans la vie d’un jeune frêne. Voyez la place occupée par la nature et l’importance de cet arbre dans la culture des w8banakis. Apprenez comment repérer un frêne en forêt, comment en extraire sa fibre et comment travailler avec sa matière. Pour conclure l’activité, tous pourront confectionner de jolies œuvres à partir d’éclisses de frêne.

Des coûts sont liés à cette activité : 15 $ par adulte (12 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak), 8 $ pour les étudiants de 13 à 18 ans et 5 $ pour les enfants de 5 à 12 ans.

Pour l’ensemble de ces activités (sauf pour le Pow-Wow), les inscriptions sont obligatoires, communiquez avec la réception du Musée des Abénakis au 450 568-2600 ou par courriel au [email protected] pour vous inscrire.

« Passionnés de région » : Suzie O’Bomsawim d’Odanak

Découvrez Suzie O’Bomsawin, directrice du Bureau du Ndakinna du GCNWA, et passionnée de sa région: la communauté d’Odanak.

CLIQUEZ ICI pour écouter la chronique complète.

AUTRES PUBLICATIONS

« La langue qui ne voulait pas mourir » | La Fabrique culturelle.tv

En cette Année internationale des langues autochtones, on ne peut imaginer une langue plus menacée que l’abénakis, qui n’est aujourd’hui parlée que par cinq personnes dans le monde. Parmi celles-ci, nous en avons réuni trois: Monique Nolett-Ille, enseignante à la retraite qui a tenu à bout de bras sa langue pendant 12 ans, jusqu’à ce qu’arrive Philippe Charland, un non-autochtone s’étant épris de cette langue au point de devenir l’enseignant de référence. Et puis il y a Daniel G. Nolett, directeur général du Conseil des Abénakis d’Odanak, pilier essentiel de la culture abénakise. Grâce à eux, le miracle de la survie de cette langue belle et complexe se poursuit.

Quant à la relève, elle s’incarne à travers Bianca Gill et Sigwanis Lachapelle, deux jeunes femmes qui continuent leur apprentissage, donnant ainsi espoir que, encore une fois, l’abénakis survivra et continuera de se faire entendre.

Mais pourquoi donc s’obstiner à garder vivante une langue qui n’est plus parlée que par une poignée de personnes? La question ne devrait même pas se poser:

«La langue, c’est la base de la culture. Si on perd la langue, on perd une grosse partie de la culture.» (Daniel G. Nolett)

http://www.kiuna-college.com

CRÉDITS

Coordination: Patrick Douville
Technicienne en production régionale: Stéphanie Collins
Réalisation, montage et caméra: Jean-Luc Daigle
Caméra: Renaud De Repentigny
Prise de son: Pierre Brouillette-Hamelin

Merci à Prudence Hannis et à tout le personnel de l’Institution Kiuna, à Odanak.

Programmation estivale 2017 | Musée des Abénakis

Le Musée des Abénakis propose trois nouvelles expositions temporaires à visiter à compter du 15 juin, et ce, jusqu’au 17 septembre 2017, ainsi qu’une application numérique innovante à découvrir dès cet été !

Les expositions temporaires

D’abord, l’exposition Enfant de la terre de l’artiste d’origine algonquine Samian propose une trentaine de photographies, en noir et blanc, d’enfants et d’aînés, qui ont été prises lors de ses multiples voyages aux quatre coins du globe: Égypte, Maroc, Nicaragua, Nouvelle-Calédonie, Costa Rica, mais également au Canada, à Mingan, plus précisément. Les clichés de l’artiste placent l’humain au cœur de sa démarche artistique et rappellent ainsi que nous sommes tous des enfants de la terre. L’exposition Enfant de la terre, est une production Place des Arts qui est rendue possible grâce au soutien financier de la fondation de la Place des Arts.

Également, grâce au projet Mawita’jig — Art et vision autochtones, mis sur pied par le Centre d’artistes vaste et vague, le Musée des Abénakis est fier de présenter deux expositions qui en sont issues.  Mawita’jig vise un rapprochement entre les communautés autochtones et non-autochtones en misant sur la force du langage artistique.

La première exposition, Offrandes, est une installation multimédia qui propose une réflexion sur la valeur et le sens des offrandes. Elle explore la complexité et la diversité des différentes pratiques liées au geste d’offrir. Elle constitue également une occasion innovatrice pour les artistes et les membres des communautés autochtones et non autochtones de collaborer à la création d’une œuvre en constante évolution.

La seconde exposition, Territoires partagés, offre une incursion dans un univers où la vision du monde autochtone, l’inter connectivité et l’oralité jouent un rôle de premier plan. Le but de cette exposition : favoriser une compréhension et une appréciation accrue de l’art autochtone contemporain.

L’application numérique

Afin de donner accès aux musées québécois à de nouvelles technologies, le ministère de la Culture et des Communications a octroyé une aide financière de 140 000 $ au Musée des Abénakis pour permettre la création d’une nouvelle application numérique innovante : Mémoire d’un peuple. Cette application permettra de mieux faire connaître à la population la présence et l’héritage culturel des Abénakis. Celle-ci se décline en trois activités sur tablette numérique, se déroulant tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Musée.

De plus, en accordant au Musée des Abénakis un don de 30 000 $, la fondation RBC s’est associée à ce projet pour favoriser davantage la transmission de la culture abénakise aux générations futures de même que le partage des connaissances culturelles et patrimoniales entre autochtones et allochtones. Grâce à ce don supplémentaire, cela  permettra la mise en valeur et la préservation du patrimoine culturel de la Première Nation des Abénakis ainsi que l’éducation de l’ensemble des clientèles du Musée des Abénakis à la réalité des autochtones.

Le Musée des Abénakis

Depuis 1965, le Musée assure la promotion du développement culturel de la Première Nation des Abénakis et la conservation de ses traditions millénaires. Ayant accueilli plusieurs milliers de visiteurs depuis son ouverture, le Musée des Abénakis est un lieu dynamique de diffusion et d’animation éducative et culturelle.

Le Musée des Abénakis est subventionné par le ministère de la Culture et des Communications du Québec ainsi que par le Conseil des Abénakis d’Odanak.

Lancement de Compostage W

Un texte de Marc Rochette pour Le Nouvelliste

Le Traiteur W de Wôlinak vient de lancer officiellement le projet Compostage W.

Sur la photo: Karine Richard, chargée de projet en environnement, Émilie Charest, conseillère en gestion des matières résiduelles, Manon-Lyne Trottier, directrice des opérations pour Traiteur W, le député Marc H. Plante et Stéphane Greffard, du ministère des Affaires autochtones et du Nord Canada. © François Gervais, Le Nouvelliste

Depuis novembre 2015, l’équipe du Bureau environnement et terre du Conseil des Abénakis de Wôlinak, conjointement avec le Défi On recycle de la Chambre de commerce et d’industrie du Coeur-du-Québec, travaillent à l’élaboration de ce projet novateur en développement durable.

Depuis sa création, le Défi souhaitait réaliser des activités de formation et de sensibilisation qui mènent à l’action du compostage dans les écoles du territoire. Or, considérant que le Traiteur W offre le service de cafétéria dans onze écoles de la Commission scolaire de La Riveraine, cette entreprise était une porte ouverte pour l’intégration du compostage des résidus alimentaires issus des cafétérias.

C’est donc lors de la conférence de presse annonçant le nouveau service traiteur de Wôlinak que l’idée de départ a émergé tout naturellement. Ce projet étant le premier de ce genre au Québec, aucune ligne directrice n’était établie.

«Par conséquent, c’est avec une immense fierté que nous pouvons affirmer que ce sont plus de 1500 élèves répartis dans trois écoles ainsi que 20 % de la population de Wôlinak qui ont décidé de participer à ce projet pilote sur une base volontaire. La collecte se fait depuis un peu plus d’un mois dans les écoles et commencera sous peu dans la communauté», ont annoncé Karine Richard et Émilie Charest.

L’amorce de ce projet d’une valeur de près de 160 000 $ a été rendue possible grâce au financement majeur du ministère des Affaires autochtones et du Nord Canada ainsi que celui du Développement durable de l’Environnement et de la Lutte au changement climatique.

De plus, une aide financière non négligeable a été octroyée par le Secrétariat aux Affaires autochtones ainsi que par le Fonds Aluminerie de Bécancour pour les collectivités durables. Finalement, la Régie intermunicipale de gestion intégrée des déchets Bécancour-Nicolet-Yamaska financera pendant une période de trois ans les activités d’information, de sensibilisation et d’éducation dans les écoles.

Dans une optique d’inclusion de la collectivité, le compost récolté sera mis à profit, entre autres, dans des projets de verdissement par les écoles et de la communauté selon la disponibilité et les besoins, le tout gratuitement.

«Nous sommes convaincus que la réalisation de ce projet aura une incidence au-delà de la gestion des matières résiduelles organiques. Il favorisera un sentiment de fierté auprès des jeunes qui participeront, tout d’abord au compostage dans leurs écoles et par la suite à la réalisation de projets verts.

Les initiatives environnementales étant de plus en plus au coeur de la conscience sociale, les jeunes des écoles touchées par le projet auront le sentiment d’accomplir quelque chose d’important pour la communauté centricoise et les générations futures», ont-elles conclu.

Source: http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/affaires/201705/17/01-5099080-lancement-de-compostage-w.php