Projet de la ligne d’interconnexion des Appalaches-Maine par Hydro-Québec

La Nation W8banaki ne reconnaît aucun chevauchement de territoire avec la Nation Huronne-Wendat

Le 18 août dernier, lors d’une séance du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) tenue à Thetford Mines, le Chef de la communauté d’Odanak, M. Rick O’Bomsawin, s’est prononcé au nom de la Nation W8banaki sur la position que cette dernière adoptait face au projet de la ligne d’interconnexion des Appalaches-Maine d’Hydro-Québec. Étant situé au cœur du Ndakina, le territoire ancestral de la Nation W8banaki, ce projet de ligne électrique, tel qu’exprimé par M. O’Bomsawin, reçoit l’entier appui de la communauté abénakise, mais à certaines conditions.  

En effet, le Chef fut sans équivoque sur la question du positionnement politique de la Nation W8banaki en lien avec les soi-disant chevauchements territoriaux avec la Nation Huronne-Wendat. La Nation W8banaki n’accorde aucune reconnaissance aux prétentions de la Nation Huronne-Wendat concernant les secteurs du Nionwentsïo chevauchant le Ndakina. Advenant le cas où cette position ne serait pas prise en considération par les différentes instances, le message du porte-parole de la Nation W8banaki est clair : « si une autre Nation revendique des droits sur ce territoire qui nous appartient à 100%, y compris le Maine, nous allons bloquer le projet ».

Le 19 août 2020, Me Simon Picard, porte-parole de la Nation Huronne-Wendat dans le cadre de la séance quotidienne du BAPE, a affirmé que la Nation Huronne-Wendat souhaite que le BAPE reconnaisse l’occupation passée et actuelle de leur Nation au sein du territoire sur lequel se tiendra le projet de la ligne d’interconnexion. Toujours au nom de la Nation, il a également prétendu que les dirigeants de la Nation Huronne-Wendat étaient ouverts à discuter avec ceux des Abénakis. La Nation W8banaki tient à préciser que cette déclaration est erronée. En effet, au cours des dernières années, plusieurs tentatives ont été initiées par la Nation W8banaki afin d’aborder les prétentions territoriales huronnes-wendat. Une dernière correspondance a été envoyée à Wendake en octobre 2019 de la part de la Nation W8banaki afin de leur offrir l’opportunité de préciser officiellement leur territoire, correspondance qui n’aura finalement jamais eue suite. (Consultez cette lettre en cliquant sur le lien précédent.)

La Nation W8banaki tient également à invalider l’argument apporté par Me Picard concernant le traité Huron-Britannique (traité Murray) signé en 1760. En effet, toujours selon les dires de Me Picard, ce traité démontrerait que la Nation Huronne-Wendat était établie sur le territoire concerné par les travaux du projet d’Hydro-Québec. Cet argument n’a aucune valeur puisque ce traité n’a pas de portée territoriale. Jusqu’à présent, aucune carte n’a été retrouvée pour indiquer la portée territoriale de ce traité. Même chose pour le protocole sur la consultation et l’accommodement convenu en janvier 2019 entre cette Nation et le gouvernement fédéral. Le Fédéral ne reconnait pas de territoire ancestral dans le cadre de tels protocoles, mais prend plutôt acte de la perspective d’une Nation par rapport aux droits ancestraux ou issus de traités qu’elle affirme détenir sur un territoire.

En résumé, la Nation Huronne-Wendat n’a, jusqu’à présent, pas été en mesure de fournir les éléments requis afin de démontrer leur soi-disant occupation dudit territoire. C’est pourquoi la Nation W8banaki considère leurs prétentions comme une tentative de réécriture de l’histoire à leur avantage. La Nation W8banaki est absolument en désaccord avec l’inclusion de la Nation Huronne-Wendat dans ce processus et réitère qu’elle assume déjà très bien l’intendance de ce secteur du Ndakina.

Tags: No tags

Comments are closed.