Publications – Job Offers

/Publications – Job Offers

JOB OFFERS

SECRÉTAIRE-ADJOINT(E) ADMINISTRATIF(IVE) – Département des services techniques (In French only)

TECHNICIEN INFORMATIQUE (In French only)

INTERVENANT(E) JEUNESSE – SEFPN (In French only)

AGENT DE PROJET – Bureau Environnement et Terre de Wôlinak (In French only)

STAGE D’ÉTÉ EN ARCHÉOLOGIE – Bureau du Ndakinna (In French only)

COORDONNATEUR(RICE) DE L’AGRÉMENT  – Centre de santé d’Odanak (In French only)

KINÉSIOLOGUE – Centre de santé d’Odanak (In French only)

MÉDECIN GÉNÉRALISTE – Centre de santé d’Odanak (In French only)

JOBS OFFERS AND GRANTS – EXTERNAL ORGANIZATIONS

VARIOUS JOB OFFERS – CN Rail Services

2811, 2018

LE GRAND TROC DE NOËL ( In French only)

2111, 2018

NOUVELLE CAPSULE DE LA SÉRIE « LES ABÉNAKIS DE BÉCANCOUR D’HIER À AUJOURD’HUI » EN LIGNE (In French only)

La troisième capsule vidéo historique intitulée Les Abénakis de Bécancour d’hier à aujourd’hui, réalisée par le producteur-cinéaste Pierre St-Yves, en collaboration avec l’historien Mario Marchand, est maintenant disponible sur le web!

Visionnez-la dès maintenant!

2011, 2018

UN MARCHÉ DE NOËL AU MUSÉE DES ABÉNAKIS (In French only)

Un tout premier marché de Noël autochtone prendra place au Musée des Abénakis le 24 novembre. Ce marché mettra en vedette les artisans et artistes d’Odanak et d’ailleurs.

Ceux-ci proposeront des cadeaux de toutes sortes, comme des paniers, des tambours, des bijoux, des mocassins, des dessins au graphite et plus encore. C’est à découvrir le 24 novembre de 12h à 17h au 108, Waban-Aki, à Odanak.

1510, 2018

Un jardin en l’honneur des Abénakis (In French only)

Saviez-vous que bien avant sa fondation, les terres qui constituent la municipalité de Richelieu faisaient partie du territoire traditionnel des Abénakis? Dans le cadre des célébrations de son 150e anniversaire, la Ville de Richelieu a tenu à souligner cette présence en inaugurant son Jardin des Abénakis, en présence de monsieur Jacques T. Watso, membre du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, à la halte routière de Richelieu, le 6 octobre dernier.

Le commerce et la pêche

L’emplacement de ce nouvel aménagement a été choisi afin de souligner l’importance de la rivière Richelieu pour les Abénakis, qui vivaient de ce côté-ci du cours d’eau. Cette situation leur permettait de traverser pour commercer aux forts Chambly et Saint-Jean ainsi qu’avec les nations autochtones situées à l’ouest du Richelieu. Le lieu est reconnu comme site de rassemblement pour les Abénakis, pour la pêche et la chasse à la sauvagine.

Des plantes comestibles

En plus d’un panneau d’interprétation, le Jardin des Abénakis consiste en un ensemble de plantes et de fleurs utilisées pour l’alimentation et l’herboristerie issues des connaissances des Premières Nations. Leur choix, ainsi que la rédaction des textes historiques, ont été réalisés en consultation avec le Grand Conseil de la Nation Waban-Aki et le Musée des Abénakis.

Pour le maire de Richelieu, monsieur Jacques Ladouceur, il s’agissait d’une démarche essentielle. « Je suis très fier de cette collaboration. Il était impensable pour nous de faire ce projet sans consulter la Nation Waban-Aki. C’est de toute façon toujours comme ça que nous travaillons. Nous l’avions aussi fait avec les organismes en début d’année de même qu’en recevant les citoyens lors d’une causerie, en mars dernier. »

3e phase du circuit patrimonial

Conçu dans le cadre du 150e anniversaire de Richelieu, le Jardin des Abénakis sera aussi intégré à la 3e phase du circuit patrimonial de Richelieu, sous la thématique « Le milieu des affaires ». Les 8 autres panneaux à venir seront dévoilés lors d’un événement, le 13 décembre prochain.

Source : http://www.chamblymatin.com/environnement/environnement/un-jardin-en-l-honneur-des-abenakis.html

2409, 2018

Deux capsules de la série « Les Abénakis de Bécancour d’hier à aujourd’hui » désormais en ligne (In French only)

Les deux premières capsules vidéo historiques intitulées Les Abénakis de Bécancour d’hier à aujourd’hui, réalisées par le producteur-cinéaste Pierre St-Yves, en collaboration avec l’historien Mario Marchand, sont maintenant disponibles sur le web!
Visionnez-les dès maintenant!

Épisode 1 | Les premiers temps

Épisode 2 | La première mission

1709, 2018

Un regard synthèse sur l’histoire de la forêt et des Abénakis de Wôlinak (In French only)

De gauche à droite: Alain O’Bomsawin, conseiller au Conseil des Abénakis d’Odanak; Daniel G. Nolett, directeur général du Conseil des Abénakis d’Odanak; Dave Bernard, directeur général du Conseil des Abénakis de Wôlinak; Pierre St-Yves, producteur-cinéaste et Mario Marchand, historien.

Le Conseil des Abénakis de Wôlinak, en association avec le Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, ainsi que la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour, Parcs Canada, le Secrétariat aux affaires autochtones, l’honorable Donald Martel, le CN, Culture Centre-du-Québec et les Productions HDS présentaient le tout nouveau projet de capsules vidéo historiques intitulées « Les Abénakis de Bécancour d’hier à aujourd’hui », ce vendredi 14 septembre, à la Petite Chapelle Ste-Thérèse de Wôlinak.

Depuis près de deux décennies, les Abénakis de Wôlinak sont associés à différents projets de recherches scientifiques en lien avec la mise en valeur de la culture autochtone. Tout récemment, avec la création d’un centre d’interprétation portant sur l’histoire de la mission de Bécancour et la publication du livre La forêt des deux mondes : Représentations collectives et transformation du paysage (1534-1934), le Conseil des Abénakis de Wôlinak s’est résolument inscrit dans la diffusion de son patrimoine.

Pour donner suite à ces réalisations et grâce à un financement de l’ordre de 12 000$ provenant des différents partenaires nommés précédemment, le lancement d’aujourd’hui présentait les deux premières capsules vidéo d’une série de quatre portant sur l’histoire des Autochtones de la région, en particulier celle des Abénakis de Wôlinak. Pour la réalisation de ce projet, les Abénakis ont fait appel à deux professionnels reconnus dans leur domaine respectif. Il s’agit de l’historien Mario Marchand et du producteur-cinéaste Pierre St-Yves. Outre la participation de professionnels de la culture autochtone, le documentaire met de l’avant des témoignages de membres de la communauté de Wôlinak. D’une durée totale d’environ 20 minutes, la production prend la forme de capsules vidéo, chacune d’elle portant sur un thème en particulier :

  •  Les Abénakis des premiers temps
  • Les Abénakis et les missions
  • Le troc des cultures
  • La forêt des deux mondes

Une fois l’ensemble du documentaire complété en novembre prochain, il sera possible de visionner les quatre capsules historiques en intégralité sur le web.

3008, 2018

Un mois de septembre rempli au Musée des Abénakis! (In French only)

Au Musée des Abénakis, le mois de septembre rime avec films, documentaires et courts métrages autochtones! En lien direct avec sa mission muséale, quatre activités de projections sont prévues en septembre afin d’engager et de permettre le développement d’un dialogue entre la culture autochtone et les visiteurs.

Ayant amorcé sa grande tournée estivale le 26 juin dernier, le Wapikoni mobile sera de passage au Musée des Abénakis le mercredi 5 septembre prochain, de 11 h à 17 h. Les visiteurs sont invités à venir découvrir des courts métrages de réalisateurs autochtones de la relève!

Les jeudi 13, 20 et 27 septembre à 19 h, il y aura des présentations extérieures de documentaires et de films autochtones. Apportez vos chaises et laissez-vous émouvoir par ces présentations! De plus, suite à ces projections, vous serez invités à échanger avec les réalisateurs ou cinéastes de ces films et documentaires percutants!

Le 13 septembre sera présenté le film « Le Dep », réalisé par Sonia Bonspille-Boileau, membre de la nation mohawk de la Confédération Haudenosaunee. Ce drame psychologique raconte l’histoire d’une jeune femme innue qui est victime d’un vol à main armée, alors qu’elle travaille dans le dépanneur de son père, dans une petite communauté autochtone. Le 20 septembre, nous découvrirons, à travers le documentaire « Ce silence qui tue », de la cinéaste abénakise Kim O’Bomsawin, la réalité troublante du silence qui entoure le phénomène des femmes autochtones assassinées ou disparues au Canada. Les projections se termineront le 27 septembre avec la présentation du documentaire « Waseskun » du réalisateur Steve Patry qui dévoile le quotidien de cet établissement de détention alternatif unique pour hommes ayant un passé trouble et violent, provenant de différentes communautés autochtones.

Ces activités sont entièrement gratuites, mais nous vous suggérons fortement de réserver votre place en communiquant rapidement avec la réception du Musée des Abénakis au 450 568-2600 ou par courriel au [email protected].

 

2808, 2018

POSSIBILITÉS INTÉRESSANTES D’EMPLOI

Cliquez sur le lien suivant afin de consulter tous les postes disponibles: https://cn360.csod.com/ats/careersite/search.aspx?site=1&c=cn360

2008, 2018

LA NATION W8BANAKI EN ESTRIE: UN HÉRITAGE MILLÉNAIRE ET UNE COHABITATION HARMONIEUSE (In French only)

« Malgré les changements ayant survenus depuis son établissement, la Nation W8banaki perpétue son mode de vie distinct et protège son riche patrimoine archéologique et culturel. Toutefois, sur un territoire appartenant majoritairement à des propriétaires privées, un enjeu demeure : comment faire pour respecter les volontés de chacune des parties prenantes? »

Un article de l’équipe du Bureau du Ndakinna du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki paru dans la dernière édition du magazine « Progrès Forestier »

CLIQUEZ ICI pour lire l’article en entier.

1508, 2018

Wapikoni, Cinema on Wheels is stopping in Wôlinak

Wapikoni, Cinema on Wheels is stopping in the community of Wôlinak with its amazing, award-winning shorts directed by Indigenous youth from Canada!

Wapikoni Mobile is a travelling audiovisual and musical creation studio dedicated to Indigenous youth. Since 2004, Wapikoni has visited 28 Nations and accompanied thousands of participants who worked to direct over 1,000 short films translated into several languages. These films have received 160 awards and honours at national and international festivals.

The screenings will be in English, French and Indigenous languages with English or French subtitles.

Wapikoni On Wheels – trailer 2018
https://vimeo.com/275860959

Facebook: https://www.facebook.com/wapikoni/

Twitter: https://twitter.com/wapikoni

Instagram: https://www.instagram.com/wapikonimobile/

108, 2018

Renouvellement de l’exposition permanente | Musée des Abénakis (In French only)

Le Musée des Abénakis est fier d’annoncer que le Ministère de la Culture et des Communications lui a octroyé 350 000 $ pour le renouvellement de son exposition permanente en vertu du programme Appel de projets pour le soutien des expositions permanentes et itinérantes. L’exposition permanente actuelle Wôbanaki : peuple du soleil levant est présentée au Musée depuis 2006.

Démarrage d’un processus de consultation en vue d’une exposition authentique et actuelle

L’objectif premier de ce projet est de faire du Musée des Abénakis un véritable lieu d’échange, de transmission et de mise en valeur de la culture abénakise. Ce projet devient donc une opportunité de créer un mouvement de mobilisation des communautés abénakises d’Odanak et de Wôlinak ainsi que des Abénakis résidants à l’extérieur de la province et aux États-Unis. Dès les premières étapes de ce projet, un processus d’innovation ouverte sera mis en place : les Abénakis et la communauté scientifique seront invités à participer activement à la conception et à la réalisation de l’exposition ; des assemblées de cuisine aux différents comités de travail en passant par la création d’une œuvre participative à l’été 2019. Cette approche mettra de l’avant les échanges et la recherche de consensus. Le Musée souhaite ainsi que cet espace devienne le lieu de rassemblement et de référence de toutes les personnes ayant une appartenance à la culture abénakise. Prévue en juin 2020, la nouvelle exposition sera accompagnée d’une programmation d’activités et d’événements permettant de découvrir et de vivre la culture abénakise.

907, 2018

L’Indien au-delà d’Hollywood – La nouvelle exposition du Musée des Abénakis (In French only)

Le Musée des Abénakis est fier d’annoncer l’ouverture de sa nouvelle exposition temporaire : l’Indien au-delà d’Hollywood, réalisée grâce à une subvention de Patrimoine canadien de 120 000 $. Cette exposition sera présentée au Musée des Abénakis du 29 juin 2018 au 22 décembre 2019.

Le guerrier galopant dans la plaine sauvage et la jolie princesse indienne dans un tipi, vous connaissez? Ces images imprègnent l’imaginaire collectif, figées à l’époque du Far West américain. Les films d’Hollywood ont créé ces personnages stéréotypés, ici appelés « Indiens », réduisant à quelques clichés la riche diversité des Autochtones.

L’Indien au-delà d’Hollywood, c’est une exposition étonnante sur l’image des Autochtones dans la culture populaire qui se décline en trois zones. Dans la première, sont présentées les images d’Autochtones inventées et véhiculées par le cinéma du 20 e siècle, particulièrement dans les westerns de la première moitié du siècle, alors que se met en place une iconographie stéréotypée de « l’Indien » : l’Indien noble, l’indien traître, la princesse indienne. La seconde zone illustre à quel point ces images stéréotypées, diffusées par les films hollywoodiens, se retrouvent partout autour de nous, et ce, dès l’enfance. Les produits de consommation affichent des images d’Indiens à plumes, les jouets également, inspirés du cinéma et d’émissions de télévision populaires. On y rassemble une profusion de ces images caricaturales familières, afin de mettre en lumière leur présence récurrente. Le visiteur y trouvera une abondance d’objets montrant une iconographie « kitch » d’Indiens et d’Indiennes à toutes les sauces. Finalement, la troisième zone aborde le sujet d’un point de vue actuel. À la suite de ce qu’il a vu dans les deux zones précédentes, le visiteur découvre, d’un point de vue autochtone, comment cette longue histoire amène aujourd’hui les membres des Premières Nations à prendre la parole, à se réapproprier leur propre image culturelle et à dénoncer l’utilisation erronée de leur image pour que cessent la généralisation et les stéréotypes encore véhiculés de nos jours.

En somme, l’exposition souhaite une meilleure compréhension et une plus grande connaissance des réalités actuelles des Premières Nations, contribuant ainsi au processus de réconciliation et de rapprochement entre les cultures, et vise à créer un lieu d’échanges entre allochtones et Autochtones.

907, 2018

KIUNA INSTITUTION LAUNCHES ITS NEW WEB SITE

The Kiuna Institution is proud to announce the official launch of its new bilingual website.

 

This platform will allow any web user, indigenous or non-indigenous, to learn more about Kiuna, its educational project, its mission, its team, its services, its campus, its programs and its
graduates, notably.

You can now access the new website through this link : www.kiuna-college.com

 

1806, 2018

SUMMER SCHEDULE | STATUTORY HOLIDAYS

1306, 2018

CONSULTATION SUR L’AVENIR MINIER : LE COMITÉ DE CITOYENS DÉPOSE SES RECOMMANDATIONS À LA MRC DES SOURCES (In French only)

Le comité de citoyens de la MRC des Sources a dévoilé aujourd’hui ses recommandations visant à déterminer des zones d’exclusion minière et les conditions d’encadrement des activités à caractère minier, incluant la valorisation des haldes de l’ancienne mine Jeffrey. Par ces recommandations, le comité a cherché à favoriser un milieu de vie dynamique et résilient, un climat social harmonieux et la vitalité économique de la région.

Recommandations des citoyens

Pour émettre ses recommandations, le comité formé de neuf citoyennes et citoyens s’est basé sur une vision d’une société durable et résiliente, et les objectifs de l’Agenda 21 de la MRC.

Parmi les faits saillants, le comité de citoyens accorde à la MRC un rôle de catalyseur et d’initiateur d’un processus concerté pour établir une synergie entre les acteurs du milieu communautaire économique et institutionnel autour d’une vision commune. Le comité lui recommande de créer un processus d’accueil pour étudier et orienter tout nouveau projet à caractère minier à s’harmoniser avec la vision de développement de la MRC. Ce processus inclut l’établissement d’un comité de citoyens permanent pour servir de lieu de réflexion pour poser des questions et réaliser des recherches pertinentes pour évaluer l’acceptabilité sociale des projets potentiels.

L’accès à l’eau potable est une préoccupation importante pour les membres du comité et ils suggèrent des stratégies pour demander un maximum de protection des aires d’approvisionnement en eau potable, non seulement en milieu urbain, mais également en milieu rural.

La protection de l’activité agricole est également une priorité pour le comité, car elle est une partie intégrante de l’identité et de l’économie régionale.

Une autre recommandation du comité de citoyens est d’entamer le processus de demande de statut de conservation de zones riches en biodiversité afin de pouvoir éventuellement les faire reconnaître comme territoire incompatible avec l’activité minière.

Par ailleurs, les citoyens préconisent le développement d’activités de valorisation des haldes minières plutôt que le développement de nouvelles mines étant donné que les infrastructures sont déjà en place et que les ressources minérales sont sorties de terre. Le comité de citoyens perçoit l’exploitation des haldes comme étant respectueuse du développement durable, si elle est assujettie à des conditions claires et un encadrement rigoureux. Selon un citoyen, « il est important qu’on apprenne des erreurs du passé, c’est-à-dire qu’on prenne notre temps et qu’on fasse toutes les analyses nécessaires ». Parmi les conditions, le comité préconise aussi que tout comité de suivi puisse posséder des ressources financières et une autonomie suffisante pour commander des études indépendantes.

Les recommandations seront disponibles au cours des prochains jours sur le site du GRAPPC : www.cegepmontpetit.ca/GRAPPC et de la MRC des Sources : http://www.mrcdessources.com/.

Un processus par consensus informé

Notons que les membres du comité ont été recrutés via un appel public à volontaires et sélectionnés selon des caractéristiques sociodémographiques, géographiques ainsi que leurs disponibilités. Les participants du comité sont Jocelyne Bergeron-Pinard (Saint-George-de-Windsor), John Eggena (Saint-Adrien), Nicole Goudreau (Asbestos), Roger Gratton (Wotton), Timon Janzing-Bachelet (Ham-Sud), Lyne Lamontagne (Saint-Camille), Jocelyn Létourneau (Danville), Caroll McDuff (Danville), Nicolas Soumis (Saint-Camille).

Le comité d’aménagement de la MRC des Sources souhaitait recevoir les recommandations des citoyens concernant l’avenir minier souhaité pour la région, incluant la valorisation des haldes minières et les critères pour la désignation de territoires incompatibles. Suivant la méthode de la consultation par consensus informé, les citoyens ont participé à trois journées d’autoformation et d’échanges, à la suite desquelles ils ont pu poser des questions à des experts et personnes-ressources, en plus de s’informer de manière individuelle. Lors d’un forum public tenu le 9 juin 2108, ces experts ont été à leur tour invités à présenter leur point de vue et à échanger sur ces questions avec les membres du comité, des élus municipaux et des citoyens de la MRC.

Le comité de pilotage

Ce projet est issu d’une collaboration de deux institutions collégiales et des chercheurs universitaires. Le Groupe de recherche appliquée sur les processus participatifs et collaboratifs (GRAPPC) du cégep Édouard-Montpetit dirige le projet, alors que l’animation des rencontres est assurée par le Centre d’étude en responsabilité sociale et écocitoyenneté (CÉRSÉ). Des professeurs de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, de l’Université du Québec à Chicoutimi et de l’Université de Montréal participent au projet en partenariat avec la Fédération des municipalités du Québec. Ce projet est rendu possible grâce au soutien financier du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.

DOCUMENT FINAL: Recommandations issues de la consultation par consensus informé par le comité de citoyens

1206, 2018

Une école d’archéologie à Odanak cet été! (In French only)

1106, 2018

Les Abénakis et la MRC des Sources s’unissent pour mieux faire rayonner le Mont-Ham (In French only)

La MRC des Sources et le Grand Conseil de la Nation Waban-Aki (GCNWA) tenaient le public en haleine depuis la tenue d’une mystérieuse annonce de partenariat faite le 30 octobre dernier au Parc régional du Mont-Ham. Près de huit mois plus tard, les deux organisations ont à nouveau convié invités et médias au même endroit pour mettre fin au suspense en dévoilant leurs nouveaux projets et la toute nouvelle image du Parc régional du Mont-Ham.

C’est dans un souci de mise en commun de leurs ressources, et grâce à une contribution non remboursable de 146 850 $ accordée par Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC) en vertu du l’Initiative canadienne de diversification économique des collectivités tributaires du chrysotile et à une subvention du Secrétariat aux affaires autochtones, que le GCNWA et la MRC des Sources ont décidé d’élaborer et de concrétiser un projet porteur pour leurs deux communautés.

Cette collaboration se traduit principalement sous la forme de quatre volets: la création d’un espace multifonctionnel d’interprétation de la présence abénakise sur le territoire; le développement d’un secteur d’hébergement d’inspiration autochtone; la création d’un parcours de découverte en montagne à l’aide de panneaux d’interprétation; et l’élaboration d’outils éducatifs pour les visiteurs.

Cette entente de partenariat a permis l’émergence de ce projet majeur au Parc régional, bonifiant ainsi le caractère actuel du lieu touristique tout en lui donnant une couleur autochtone. Sur place, il est déjà possible de constater plusieurs améliorations d’infrastructures aux accents abénakis. Cette mise en valeur culturelle se distingue entre autres par une nouvelle annexe –l’Espace Abénakis– que les visiteurs pourront venir découvrir dès maintenant. On la retrouve également dans chaque action de promotion grâce à la nouvelle image du Parc régional inspirée de l’étymologie du nom « waban-aki » (ou « abénakis »), qui signifie « Peuple du soleil levant ».

« Je suis très heureux d’annoncer qu’un nouveau jour vient de se lever sur le Parc régional du Mont-Ham. Dans les derniers mois, la MRC des Sources et le Grand Conseil de la Nation Waban-Aki ont réalisé des actions concrètes visant à bonifier l’offre actuelle du Parc régional. Cette offre abénakise est sans conteste une valeur ajoutée à l’ensemble de l’offre touristique de la MRC des Sources et même des Cantons-de-l’Est », affirme M. Hugues Grimard, préfet de la MRC des Sources et maire de la Ville d’Asbestos.

M. Daniel G. Nolett, directeur général du Conseil des Abénakis d’Odanak

M. Denys Bernard, directeur général du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki

Pour M. Daniel G. Nolett, directeur général du Conseil des Abénakis d’Odanak, ce partenariat est une opportunité que la nation abénakise ne pouvait refuser. « C’est un honneur pour les Abénakis de prendre part à un projet représentant fièrement leur Nation. D’autant plus que cette touche traditionnelle rend l’offre touristique unique. » Dave Bernard, directeur général du Conseil des Abénakis de Wôlinak, est tout aussi enthousiaste. « Cette collaboration a déjà des retombées positives pour le développement économique de la Nation. Maintenant que le projet est dévoilé, nous sommes très enthousiastes à l’idée de voir jusqu’où nous mènera ce partenariat. »

L’honorable Navdeep Bains, ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique et responsable de DEC, a souligné sa satisfaction de voir le gouvernement du Canada participer au projet. « Nous sommes déterminés à travailler de près avec tous les ordres de gouvernement – y compris ceux représentants les peuples autochtones. C’est avec fierté que le gouvernement du Canada s’est associé à ce projet d’envergure régionale, dont le succès rejaillira sur l’ensemble de l’économie de la région, mais aussi l’économie canadienne dans son ensemble.  »

Le tout nouvel « Espace Abénakis »

L’honorable Marie-Claude Bibeau, députée de Compton-Stanstead et ministre du Développement international et de la Francophonie, se réjouit également de cette annonce. « En alliant la richesse de la culture abénakise à la beauté naturelle du Parc régional du Mont-Ham, le Grand Conseil de la Nation Waban-Aki et la MRC des Sources démontrent à la fois leur dynamisme, mais aussi la valeur du travail en partenariat pour valoriser la région et ainsi favoriser son développement touristique et économique. »

Un aperçu du futur sentier Waban-Aki aménagé.

En terminant, comme le dit le slogan du Parc régional du Mont-Ham, tous ceux et celles qui désirent constater le fruit de ce nouveau partenariat sont invités à « monter pour voir | Spig8dawa wji namiha »!

805, 2018

PÉRIODE DE RECRUTEMENT POUR LE PROJET « FABLAB ONAKI » (In French only)

Le Centre d’Innovation des Premiers Peuples met sur pied un FabLab autochtone qui offrira une formation rémunérée de cinq mois à Gatineau financé par Emploi et Développement Canada.

Le FabLab est considéré par certains comme une « troisième révolution industrielle » avec son imprimante 3D, sa découpe laser et sa fraiseuse numérique. Il permet à chacun d’innover, créer, produire, distribuer, réparer et recycler.

Le FabLab ONAKI est ouvert aux jeunes autochtones âgés entre 16 et 30 ans. Les participants pourront y trouver différents outils, des plus traditionnels (menuiserie, perlage, couture) aux plus modernes (machines de prototypage, découpe laser, imprimantes 3D, etc.)

Les quatre premières semaines seront consacrées à la reconstruction et la fierté identitaire à l’aide d’ateliers d’animation culturelle. Les douze semaines suivantes seront consacrées à des ateliers sur l’employabilité les avant-midis et les après-midis se dérouleront au FabLab. Il s’agit de journées de 6 heures.

À la fin des douze semaines, les jeunes prendront part à un stage rémunéré d’une durée de quatre semaines au sein d’une entreprise ou d’un organismes de la région. Puis, à la fin du programme, les participants recevront une certification au moyen de badges numériques.

Pour plus d’information, rendez-vous au www.cipp-fpic.com.

1904, 2018

2018 POW WOW OF ODANAK

1704, 2018

REPORTAGE | Michelle O’Bonsawin, la plus jeune juge à la Cour supérieure de justice (In French only)

À 43 ans, Michelle O’Bonsawin est la plus jeune juge à la Cour supérieure de justice. Graduée de l’ École secondaire catholique Champlain, elle est la première femme Abénakise à accéder à la magistrature au pays!

– Un reportage du groupe média TFO

 

Michelle O'Bonsawin: Première juge Abénakise à la cour supérieure – J'viens d'ici

J'VIENS D'ICI | À 43 ans, Michelle O'Bonsawin est la plus jeune juge à la Cour supérieure de justice. Graduée de l' École secondaire catholique Champlain, elle est la première femme Abénakise à accéder à la magistrature au pays! CSCNO👩‍⚖Tu connais d'autres Franco-Ontariens comme elle qui se démarquent et que l'on doit découvrir? Écris-nous, on veut des noms!👋

Posted by TFO 24.7 on Monday, April 16, 2018

904, 2018

DÉFILÉ W | BILLETS EN VENTE MAINTENANT! (In French only)

LE DÉCOMPTE EST COMMENCÉ! Il reste moins d’un mois avant le jour J… ou plutôt le jour « W ».

Vous pouvez procurer vos billets dès maintenant au coût de 8$ en prévente! Voici comment faire:

EN VOUS PRÉSENTANT EN PERSONNE:
À WÔLINAK: À la réception du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki situé au 10175 rue Kolipaïo, Wôlinak.

À ODANAK: Au Grand Conseil de la Nation Waban-Aki situé au 102 rue Sibosis, Odanak.

*À noter que les billets seront vendus 10$ à la porte, le soir de l’événement.

PARTAGEZ EN GRAND NOMBRE!

904, 2018

« Méchant Trip » est actuellement en recrutement! (In French only)

L’équipe de tournage de Méchant Trip est actuellement en recrutement !

Ils sont à la recherche de jeunes autochtones âgés entre 13 et 17 ans qui souhaitent vivre une expérience télé tout en s’amusant!

Pour t’inscrire ou pour avoir plus d’information: 
 Écris à: [email protected]
 Visite leur page Facebook ou le site web www.mechanttrip.com

404, 2018

Le Bureau du Ndakinna – Lauréat du Prix Droits et Libertés 2017 | CDPDJ (In French only)

Dans cette vidéo, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse présente le Bureau du Ndakinna du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, une des initiatives lauréates du Prix Droits et Libertés 2017, qui honorait l’excellence d’initiatives ayant favorisé la reconnaissance et le respect des droits des Autochtones à travers le Québec.

304, 2018

MINI-ÉCOLE DE MÉDECINE – PRINTEMPS 2018 (In French only)

L’équipe du Centre des Premières Nations Nikanite (CPNN) est fière de vous inviter à participer à la troisième édition de la Mini-école de médecine qui aura lieu les 29 et 30 mai 2018 à Chicoutimi. Au cours de ces deux journées d’activités, les élèves de 3e, 4e et 5e secondaire, auxquels s’adresse la Mini-école, auront la chance de vivre une immersion dans le milieu fascinant de la médecine, notamment avec la collaboration d’étudiants universitaires dans ce domaine.

La Mini-école de médecine est offerte au coût de 200 $, qui peuvent être réglés par chèque ou par mandat postal libellé à l’ordre du Centre des Premières Nations Nikanite – UQAC. Les frais d’inscription incluent toutes les activités, les dîners et les collations. Les déjeuners, les soupers, le transport et l’hébergement sont à la charge des participants. Les jeunes devront être accompagnés d’un adulte : les dîners et les collations seront offerts aux accompagnateurs qui choisiront de demeurer sur place pour assister aux activités. Il faudra cependant nous en informer au moment de l’inscription afin que nous puissions prévoir nourriture et places en quantité suffisante. Nous demandons aussi aux accompagnateurs de nous fournir, lors de l’envoi des documents, leur numéro de téléphone et leur adresse courriel.

Si vous désirez plus d’informations, rendez-vous sur le site Internet du CPNN et visitez la page de la Mini-école de médecine en CLIQUANT ICI ou communiquez avec Mme Sophie Riverin, chargée de gestion, au 418 545‑5011, poste 2554 ([email protected]).

2703, 2018

Une année record pour la 7e édition du cocktail-bénéfice du Musée des Abénakis! (In French only)

Plus de 125 amis et partenaires du Musée des Abénakis se sont réunis le 22 mars dernier pour participer à la septième édition de son cocktail-bénéfice annuel. Grâce à la présence des convives ainsi qu’à la généreuse contribution de 30 commanditaires, le Musée des Abénakis est très heureux d’annoncer qu’il a amassé la somme de 33 500 $ (24 000$ de profit net) qui permettra de contribuer à ses missions éducatives et culturelles. Il s’agit du plus gros montant amassé par le Musée des Abénakis lors d’une activité- bénéfice.

À nouveau cette année, les participants de la soirée ont pu découvrir la richesse artistique et culinaire des Premières Nations et se sont plongés dans la culture contemporaine des Abénakis. Pour une septième année, la découverte culinaire de la soirée a été confiée au chef Steve Bissonette du restaurant La Sagamité, de Wendake. Les invités ont pu découvrir des hors-d’oeuvre peu communs tels qu‘un carpaccio de bison fumé sur taro, un tartare de cerf au paprika fumé et un magret de canard fumé au physalis, pour ne nommer que ces trois bouchées! Ils ont également eu l’occasion d’échanger entre eux au rythme de la musique électro de Geronimo Inutiq, un DJ inuk, qui a su égayer, pour la seconde année consécutive, la soirée.

Notre célèbre encan silencieux était également de retour – et sa réputation n’est plus à faire! En effet, les 14 pièces d’artistes et artisans autochtones et allochtones proposées ont ravi l’ensemble des invités ; c’est plus de 6 000$ qui ont été amassés grâce à la vente d’œuvres ! En fin de soirée, des tirages ont permis à 13 personnes chanceuses de remporter de magnifiques prix, dont un voyage à Essipit comprenant deux nuitées en condo ainsi qu’une croisière aux baleines, un souper 5 services au restaurant La Sagamité pour deux personnes, une nuitée à l’hôtel Montfort de Nicolet avec accès au spa nordique, deux nuitées en chalet EXP dans l’un des parcs nationaux de la SÉPAQ ainsi qu’un casque d’écoute Bose.

Le Musée des Abénakis tient à remercier chaleureusement tous ses partenaires – plus particulièrement ses commanditaires majeurs BLG, Desjardins caisse de Nicolet, RBC, Conseil des Abénakis de Wôlinak et la SAQ – ainsi que ses convives, sans qui cet événement n’aurait pas connu un aussi grand succès!

Le Musée des Abénakis est subventionné par le ministère de la Culture et des Communications et le Conseil des Abénakis d’Odanak.

2303, 2018

Une piscine intérieure est maintenant accessible au Gym Formule Fitness de Wôlinak (In French only)

Ce vendredi après-midi, le Conseil des Abénakis de Wôlinak inaugure officiellement l’agrandissement du Gym Formule Fitness au sein duquel on retrouve désormais une piscine intérieure chauffée ainsi qu’un spa de nage. Cette infrastructure a pu voir le jour grâce, entre autres, aux subventions accordées par le Secrétariat aux affaires autochtones (SAA) et Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC).

Les travaux d’agrandissement du Gym Formule Fitness afin d’accueillir les nouvelles installations, au coût de de 434 000$, ont débuté au août 2017. Grâce à ces travaux, les gens peuvent désormais se baigner dans une toute nouvelle piscine intérieure chauffée et tester leur performance de nageur dans un spa de nage à contre-courant.

La réalisation de ces travaux n’aurait pas pu être possible sans la collaboration financière du Secrétariat aux affaires autochtones. « Dans toute communauté, il est important d’offrir des endroits récréatifs agréables pour favoriser le sport et les loisirs afin de promouvoir des saines habitudes de vie » souligne M. Geoffrey Kelley, ministre responsable des Affaires autochtones. « Par le Fonds d’initiatives autochtones III, notre gouvernement est particulièrement fier d’appuyer ce projet puisque cette piscine viendra concrètement améliorer la qualité de vie des Abénakis et des résidents des environs tout en contribuant au renforcement du tissu social de la région. D’ailleurs, l’idée de ce projet a été développée au sein de la communauté de Wôlinak alors je tiens à féliciter tous ceux qui y ont pris part, de sa conception à sa réalisation. »

Le conseil de bande a également pu compter sur une contribution non remboursable de 175 000$ dans le cadre du Programme d’infrastructure communautaire de Canada 150 (PIC150). « Cet investissement s’inscrit dans un projet de construction communautaire visant à célébrer le 150e anniversaire du Canada. Il n’y a pas de meilleure façon de marquer ce jalon que de célébrer les lieux qui nous rassemblent, les endroits qui nous permettent de garder la forme, de nous détendre et d’établir des liens avec nos amis et nos voisins », a tenu à souligner le ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique et ministre responsable de DEC, l’honorable Navdeep Bains.

« Par l’intermédiaire du Programme d’infrastructure communautaire de Canada 150, nous renforçons nos collectivités dans tout le pays afin qu’elles soient encore mieux outillées et plus dynamiques. Je suis heureux que les membres de la communauté de Wôlinak et les citoyens des municipalités avoisinantes puissent profiter de l’agrandissement et de l’amélioration du Gym Formule Fitness par l’ajout d’importantes installations sportives, telle qu’une piscine intérieure, qui auront notamment un impact positif sur leur qualité de vie », a mentionné le député Saint-Maurice — Champlain et ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne.

« Nous sommes fiers d’offrir un tel équipement sportif aux membres de notre communauté, alors que ce genre d’installation est rare dans notre région. La nouvelle piscine intérieure et le spa de nage s’inscrivent parfaitement dans notre objectif qui est de développer les saines habitudes de vie au sein de la communauté. Ces nouvelles installations offriront également une occasion à tous les sportifs et familles des villes et villages avoisinantes de se réunir afin de faire de l’activité physique », déclare le directeur général du Conseil des Abénakis de Wôlinak, monsieur Dave Bernard.

Le chantier étant officiellement terminé, l’heure est maintenant à la découverte. La piscine ainsi que le spa de nage sont accessibles dès maintenant au Gym Formule Fitness situé au 4790 rue Mikowa, à Wôlinak. Pour connaître l’horaire complet du centre de conditionnement physique, consultez leur site web au www.formulefitness.com ou encore rendez-vous sur leur page Facebook. C’est avec une immense fierté que le Conseil des Abénakis de Wôlinak invite tous ceux et celles qui le désirent, du simple curieux au plus grand amateur de sports aquatiques,  à venir essayer leurs toutes nouvelles installations.

1903, 2018

Faire rayonner la Nation Waban-Aki par Le Nouvelliste (In French only)

Faire rayonner la Nation Waban-Aki

BRIGITTE TRAHAN – Le Nouvelliste

Crédit photo: Brigitte Trahan – Le Nouvelliste

Elle est directrice du bureau du Ndakinna du Grand conseil de la Nation Waban-Aki. Elle a œuvré en tant que conseillère aux Affaires autochtones au ministère de l’Éducation du Québec, à Québec, où elle a aussi fait un baccalauréat intégré en économie et en politique de même qu’une maîtrise en administration des affaires, des études qui l’ont amenée à voyager en Europe, aux États-Unis et au Pérou où elle a appris l’anglais et l’espagnol.

Suzie O’Bomsawin, 32 ans, caresse le rêve qu’on enseigne l’histoire de son peuple et des Premières Nations dans les écoles du Québec. C’est ce militantisme désireux de faire fleurir la culture et les traditions des Abénakis qui l’a incitée à quitter son emploi gouvernemental. «J’avais le désir de changer les choses», dit-elle. Cette énergie bouillonnante était toutefois difficilement conciliable avec son travail de fonctionnaire, explique-t-elle. «L’histoire de mon peuple est absente», déplore la jeune Abénakise.

Un poste sur mesure pour elle s’est alors ouvert dans sa communauté. C’est de là qu’elle pourra contribuer davantage à l’épanouissement et à la valorisation de sa culture. Malgré les profondes cicatrices laissées par les conflits historiques entre Blancs et autochtones, il reste encore une langue abénakise, des traditions, des contes et des légendes. Suzie O’Bomsawin entend bien contribuer à leur préservation.

«Il est resté plusieurs pratiques ancestrales», se réjouit-elle. Pour preuve, elle exhibe un magnifique ouvrage de vannerie en frêne et en foin d’odeur, une herbe sacrée chez les autochtones. Le foin d’odeur dégage un parfum subtil très agréable. «Ça, c’est l’odeur de chez nous», dit-elle.

«Il y a tout un travail derrière ça. C’est tout un héritage», assure-t-elle en expliquant la méthode complexe de fabrication.

«Il est aussi resté certaines cérémonies qui sont toujours pratiquées, des chants, des danses, des contes et légendes, qui font référence à la création du monde», dit-elle.

La langue a été très fragilisée avec le temps. Suzie O’Bomsawin avoue qu’elle n’en sait que des bribes, mais des efforts sont mis pour la préserver. «Je la parle plus que ma mère», précise-t-elle. «Il y a des programmes pour les enfants, dans la communauté pour apprendre la langue», dit-elle. «Je ne m’attends pas que mon fils parle l’abénakis, mais au moins qu’il ait un intérêt et une conscience que sa langue maternelle est censée être l’abénakis, pas le français.»

Suzie O’Bomsawin s’implique dans de nombreuses organisations avec l’objectif que les «Premières Nations soient sur le même pied d’égalité que les autres acteurs de la société, qu’on ait une inclusion de nos opinions, de nos connaissances, qu’on soit reconnu pour ce que nous avons», dit-elle.

On la retrouve à la présidence du conseil d’administration de la Société historique d’Odanak, qui représente le Musée des Abénakis, cofondée par son arrière-grand-père, de même que dans l’organisation Femmes autochtones du Québec, au conseil d’administration de la Sépaq, au Comité Solidarité Trois-Rivières et au conseil d’administration de la Maison de la famille Le lien de Pierreville.

Elle veut que cette inclusion ne soit pas que dans les enseignements scolaires, mais aussi au niveau culturel. «Ça s’améliore, mais il y a encore beaucoup d’éducation à faire pour défaire beaucoup de préjugés et de stéréotypes voulant que les autochtones soient dépendants de l’État, soient tous des alcooliques, des drogués, des batteurs de femmes qui vivent dans la pauvreté et qui ne veulent pas s’impliquer dans la société», dit-elle en reconnaissant qu’il y a néanmoins encore beaucoup de «désorganisation» dans certaines communautés.

L’approche du Grand Conseil Waban-Aki, dit-elle, démontre «qu’il peut y avoir une approche collaborative. On tend la main pour faire des projets. On a les compétences. On a les qualifications et on s’attend qu’il y ait une concrétisation de ces partenariats pour que ce soit gagnant-gagnant», explique-t-elle. «On fait avancer la Nation et l’on contribue au développement régional en créant de l’emploi», fait-elle valoir. «C’est une approche qui devrait continuer à être valorisée et à être mise de l’avant», estime-t-elle.

Source: https://www.lenouvelliste.ca/actualites/tete-daffiche/faire-rayonner-la-nation-waban-aki-635e16018f2441faddf71f93cff44f94

603, 2018

Une toute première programmation culturelle pour le Musée (In French only)

Le Musée des Abénakis a fièrement dévoilé sa première programmation culturelle pour le printemps 2018. De mars à juin, le Musée présentera 7 activités ludiques, vivantes, enrichissantes et diversifiées qui plairont à tous. Ces différentes activités où seront invités petits et grands permettront aux participants de vivre une rencontre culturelle captivante.

Le Musée en mode « FAMILLE »

Au Musée des Abénakis : on se relâche!
Le vendredi 9 mars, raquettes aux pieds, venez parcourir le sentier Koak d’Odanak en compagnie d’un biologiste qui vous enseignera à reconnaitre les traces laissées par les animaux. De retour au Musée, réchauffez-vous en cuisinant et dégustant une délicieuse bannique, puis créez un magnifique vitrail coloré que vous pourrez rapporter à la maison. Cette activité familiale est offerte au coût de 10 $ (8 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak).

Mategwas et le sucre!
Le samedi 7 avril, laissez-vous raconter comment les Abénakis ont découvert le sirop d’érable par la conteuse Christine Sioui Wawanoloath et partez à la rencontre de Mategwas, le lièvre. Aidez-le à retrouver les œufs de Pâques qu’il a cachés un peu partout au Musée ! Cette activité adaptée pour les enfants de 2 à 8 ans est offerte au coût de 8 $ (5 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak).

Bec et Museau au Musée
Le dimanche 29 avril, rencontrez de véritables oiseaux de proie vivants ! Apprenez-en davantage sur ces bêtes à plumes grâce à l’animation Chouette à voir! de l’Union québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie (UQROP). Échangez ensuite avec Monsieur Antoine Martineau-Rousseau, un technicien de la faune, biologiste et trappeur professionnel, qui saura vous transmettre sa passion pour les animaux à fourrure du Québec. Cette activité est au coût de 10 $ (8 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak).

Le Musée en mode « TRANSMISSION DE SAVOIR-FAIRE »

Wampum : enfilade de coquillages blancs
Le samedi 24 mars, en compagnie d’un artiste pluridisciplinaire qualifié, découvrez l’importance complexe des wampums ainsi que leur signification. Confectionnez ensuite votre propre bracelet perlé. Un atelier enrichissant pour les gens âgés de 16 ans et plus qui possèdent une fibre créative ou simplement un intérêt envers ces fabuleuses perles tubulaires. Cette activité vous est proposée au coût de 15 $ (10 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak).

Le Musée en mode « SAVEURS DES PREMIÈRES NATIONS »

Nd’adbokwa : je cuisine
Le 20 mai, concoctez en équipe et dégustez des mets inspirés des Premières Nations, de l’entrée au dessert, puis rassemblez-vous avec des membres de Femmes Autochtones du Québec pour participer à un cercle de discussion. Cette activité adaptée pour les gens de 14 ans et plus est offerte au coût de 15 $ (10 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak).

Soirée poésie
Le jeudi 7 juin en soirée, profitez de la vue que vous offre la rivière St-François et assistez à une soirée de poésie autochtone. Musique et apéro vous accompagneront lors de cette soirée extérieure où vous serez plongé dans l’univers des poètes des Premières Nations. Cette activité est offerte au coût de 20 $ (15 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak).

Le Musée en mode « PORTES OUVERTES »

Le samedi 16 juin, profitez de nos portes ouvertes pour découvrir le Musée, ses expositions et son spectacle multimédia « la Création du monde ». Venez à la rencontre d’artistes et d’artisans abénakis et goûtez à des mets traditionnels. Cette activité est ouverte et gratuite pour tous.

Pour l’ensemble des activités (sauf l’activité portes ouvertes), il faut réserver votre place puisqu’elles sont limitées. Si vous souhaitez vous inscrire à une ou plusieurs activités, vous êtes invités à communiquer avec la réception du Musée des Abénakis au 450 568-2600 ou par courriel au [email protected].

1202, 2018

COLLABORATION / WABAN-AKI ET ONAKÌ CRÉATION (In French only)

Le Grand Conseil de la Nation Waban-Aki et Onakì Création sont fiers d’allier leurs forces afin de vous offrir un service clé-en-main d’outils promotionnels de qualité supérieure.
Notre équipe se fera un plaisir de vous guider dans vos différents projets, que ce soit pour la création de votre identité visuelle, le design de vos outils promotionnels, en passant par la conception d’un site web sur mesure et plus encore.
Nous sommes impatients de mettre notre expertise à votre service!
602, 2018

VOUS ÊTES ABÉNAKIS ET VOUS PRATIQUEZ DES ACTIVITÉS DE CHASSE, DE TRAPPE OU DE PÊCHE AU LAC SAINT-PIERRE? (In French only)

Si oui, nous souhaitons vous inviter à prendre part à la recherche sur la cohabitation des usages agricoles et fauniques au lac Saint-Pierre intitulée : Les enjeux de gestion agriculture-faune au lac Saint-Pierre : application de la méthode Q à l’analyse des opinions des acteurs.

Cette recherche est menée par Mme Ann Lévesque et M. Jérôme Dupras, deux chercheurs de l’Université du Québec en Outaouais (UQO). L’objectif de cette recherche est de mieux comprendre les opinions et les préoccupations des acteurs vis-à-vis de l’agriculture au lac Saint-Pierre. Par ce fait même, l’étude vise à soutenir les acteurs du lac Saint-Pierre à mieux comprendre leurs différences et leurs affinités pour favoriser une cohabitation entre les activités agricoles et la conservation des milieux naturels.

Ces 2 chercheurs aimeraient solliciter votre participation à un entretien d’une durée de 60 à 90 minutes qui consistera à classer des énoncés dans une grille graphique d’appréciation et à répondre à quelques questions ouvertes. Si vous souhaitez participer à cette recherche sur une base volontaire, je vous invite à prendre contact avec la chercheuse principale par téléphone au 819-595-3900, poste 2942, ou par courriel à [email protected] pour convenir d’un lieu et d’un moment pour cet entretien.

Vous pouvez aussi contacter David Bernard, agent de recherche du Bureau du Ndakinna, par téléphone au 819-294-1686, poste 1221, ou par courriel à [email protected] pour toute question relative au projet.

Avec votre accord, tous les propos recueillis lors de cet entretien seront enregistrés et une photo de votre classement final sera prise, mais seulement la chercheuse principale, son directeur de recherche et le GCNWA pourront les consulter. Votre nom ne sera jamais divulgué et les bandes enregistrées ainsi que la photo de votre classement seront gardées sous clés dans le bureau de la chercheuse principale à l’UQO, en plus d’être détruites cinq ans après la fin du projet.

Votre participation est essentielle à l’aboutissement de la recherche et vos connaissances et vos opinions pourront grandement aider le Grand Conseil de la Nation Waban-Aki à mieux vous représenter lors de consultations territoriales et dans la réalisation de différents projets de gestion du territoire.

Nous vous remercions pour l’intérêt que vous avez envers ce projet de recherche,

Wlinwi,

Le Bureau du Ndakinna – Grand Conseil de la Nation Waban-Aki

2501, 2018

INVITATION À LA POPULATION – CERP (In French only)

2401, 2018

Consultation – Projet d’agrandissement du terminal portuaire de Contrecoeur (In French only)

Le Bureau du Ndakinna invite les membres de la Nation abénakise à participer à la période de consultation publique et aux sessions d’information concernant le projet d’agrandissement du terminal portuaire de Contrecoeur.

1701, 2018

INVITATION – 7E ÉDITION DU COCKTAIL-BÉNÉFICE DU MUSÉE DES ABÉNAKIS (In French only)

Le 22 mars prochain, le Musée des Abénakis présentera sa septième édition de son cocktail-bénéfice. Ce cocktail dînatoire est une occasion unique de vivre une expérience artistique et culinaire des Premières Nations. Lors de cette soirée, des tirages et un encan silencieux seront proposés afin de permettre aux participants d’acquérir de très belles pièces d’artistes et d’artisans autochtones.

Pour vous procurer votre billet ou pour plus d’information:
[email protected]
– 450-568-2600
www.museedesabenakis.ca

1312, 2017

LANCEMENT DU LIVRE “LA FORÊT DES DEUX MONDES” (In French only)

C’est ce mercredi, à la Petite Chapelle Ste-Thérèse de Wôlinak, que le Conseil des Abénakis de Wôlinak lançait officiellement le livre scientifique La forêt des deux mondes écrit par monsieur Mario Marchand, historien. Grâce à cette publication, le conseil de bande ajoute ainsi une nouvelle dimension à la diffusion de son patrimoine.

Depuis près de deux décennies, le Conseil des Abénakis de Wôlinak est associé à différents  projets de recherches scientifiques en rapport avec la mise en valeur de la culture et du patrimoine  autochtone. Qu’on se souvienne du projet  Forêt Wataban réalisé en collaboration avec des chercheurs de différentes universités et dont l’objectif visait, entres autres, à initier les élèves  des écoles primaires à  la culture traditionnelle des Autochtones. Plus récemment, avec la recherche archéologique sur le territoire des  Abénakis de Bécancour, ce sont des jeunes étudiants de Wôlinak qui ont été sensibilisés au patrimoine et à la culture de leurs ancêtres.

Pour les Abénakis, comme pour la plupart des nations algonkiennes, la forêt représente toujours  le lieu ancestral de leur culture. En s’associant à l’historien Mario Marchand, c’est un regard critique qui est porté sur l’appropriation  de la forêt par la société moderne.

L’auteur du livre n’en est pas à ses débuts comme promoteur de la culture des Premières Nations dans la région. Au cours de sa carrière,  il a participé à des documentaires et publié des articles sur l’histoire des Autochtones de la Mauricie. Par ailleurs, au service du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, il a réalisé une importante recherche portant sur la définition et les limites du territoire ancestral des Abénakis au Québec. De plus, tout récemment, il a été le maître d’œuvre de la transformation de  la petite chapelle de Wôlinak en centre d’interprétation consacré à l’histoire de la mission des Abénakis de  Bécancour.

Son livre,  La forêt des deux mondes,  se situe dans la mouvance de l’anthropologie historique, c’est-à-dire qu’il aborde l’histoire en considérant des enjeux de société qui demeurent d’actualité.  Les Autochtones y trouvent une place prépondérante, car en tout premier lieu c’est bien de leur histoire qu’il est question dans cette publication. Cependant, cet ouvrage scientifique s’adresse également à tous ceux qui ont un intérêt pour la forêt et pour l’histoire de la Mauricie.

Il sera possible de se procurer le livre au coût de 35$ en appelant au Conseil des Abénakis de Wôlinak (819 294-6696) ou encore, au  Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, (819 294-1686). Le tirage du livre est cependant limité à cent exemplaires.

***
Synopsis du livre La forêt des deux mondes 

La forêt des deux mondes, représentations collectives
et transformation du paysage, Algonkiens et Euro-Canadien
en Mauricie (1534 à 1934).

 

L’historien Mario Marchand s’intéresse au changement culturel et à la transformation du paysage en Mauricie. Son livre traite de l’histoire culturelle de l’environnement concernant deux imaginaires sociaux: celui des Algonkiens et celui des Euro-Canadiens. De plus, les représentations collectives de la forêt sont envisagées comme des idées, des perceptions, voire des concepts qui prennent forme dans les mentalités. La transformation du paysage, quant à elle, traduit le rapport à l’environnement de deux mondes différents, et ce, pendant près de 400 ans.

Le principal objet du livre est la forêt des Autochtones, qui en demeure le fil conducteur. En conséquence, la forêt des Allochtones n’est le plus souvent envisagée que par rapport à l’autre. Redonner aux Autochtones une parole en comparaison des écrits des Allochtones (Blancs) est au cœur de la problématique de ce livre. En effet, pour l’auteur, la parole autochtone a une valeur historique indéniable dans la mesure où elle est mise en corrélation avec les écrits de témoins qui ont côtoyé les Autochtones et qui avaient les qualités nécessaires pour décrire le monde de la forêt.

Le livre La forêt des deux mondes se situe dans la mouvance de l’anthropologie historique, c’est-à-dire qu’il aborde l’histoire en considérant des enjeux de société qui demeurent d’actualité. Les Autochtones y trouvent une place prépondérante, car en tout premier lieu c’est bien de leur histoire qu’il est question dans cette publication. Cependant, cet ouvrage scientifique s’adresse également à tous ceux et celles qui ont un intérêt pour la forêt et pour l’histoire de la Mauricie.

712, 2017

2017 Rights and Freedoms Award: the Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse announces the recipients of the Award dedicated to the Rights of Indigenous Peoples

The 2017 Rights and Freedoms Award will be presented to eight initiatives that have promoted the recognition and respect of Indigenous peoples rights throughout Québec, announced today the Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.

The Commission has chosen the theme of Indigenous rights to mark the 10th anniversary of the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples.

We congratulate the eight recipients for their exceptional contribution to the recognition and advancement of Indigenous rights among their communities, their Nations and throughout Québec”, has declared Camil Picard, Acting President of the Commission. “These recipients have been selected by an outstanding jury because of their great involvement. I want to take this opportunity to thank the jury for contributing to the success of the 2017 Rights and Freedoms Award”.

The jury members are Viviane Michel, President of Quebec Native Women, Béatrice Vaugrante, Executive Director of Amnistie internationale Canada francophone, Ghislain Picard, Chief of the Assembly of First Nations of Quebec and Labrador, and Alexandre Bacon, cofounder of Cercle KISIS.

The Award will be presented during a ceremony held on December 10 that will be streamed live on the Commission’s YouTube channel starting at 11:00 am. The recipients are the following :

  • The Ndakinna Office of the Grand Conseil de la Nation Waban-Aki documents traditional uses and occupation of the Ndakinna territory by the W8banakiak people (Abenakis) in order to ensure protection for their ancestral rights. The Office’s consultations have help build constructive dialogue between promoters, organizations and government ministries in favour of Nation members and to be the voice of the W8banakiak people throughout the territorial planning process.
  • The Atikamekw Nehirowisiw Declaration of Sovereignty seeks to raise awareness of and ensure the recognition of Atikamekw Nehirowisiw ancestral rights within the general population of Québec and Canada. This declaration has helped to emphasize Atikamekw presence on the territory during traditional activities and has fostered a new respect from non-Indigenous users.
  • The Centre des Premières Nations Nikanite de l’Université du Québec à Chicoutimi provides Indigenous UQAC students a welcoming place that offers the guidance and educational support they need to foster their academic success, in keeping with their culture. The Nikanite Centre also educates the academic community and the general public about Indigenous realities and cultures.
  • The poetry of Natasha Kanapé Fontaine, poet/performer, actress, visual artist and Indigenous and environmental rights activist. Kanapé Fontaine is an Innu from Pessamit, in Québec’s Côte-Nord region. Her artistic and literary approach aims to bring people from different origins together through dialogue, discussion, sharing of values, and through the “tanning of hides”, a metaphor for scratching below imperfect thoughts and consciences.
  • The Institut Tshakapesh’s Sous le Shaputuan program offers awareness activities are open both to youth in elementary, high schools, colleges, universities, and to the general public throughout Québec. Over the past 10 years, the Institut Tshakapesh’s Sous le Shaputuan program has introduced more than 100,000 young people of all ages to Innu culture.
  • The Montréal First Peoples Festival is an annual ten-day event held on unceded Mohawk territory for the past 27 years. The stated purpose of this annual cultural event is to foster kinship among peoples and respect for differences in a spirit of friendship. It is a place where cultures can meet and reconciliation can occur.
  • Avataq Cultural Institute is a non-profit charity organization incorporated in 1980 with an all-Inuit Board of Directors living in Nunavik. Its mandate is to protect and promote Inuit language and culture so that Inuktitut and Inuit culture may be preserved for present and future generations. Avataq has continually returned to seek out and consult the wisdom and leadership of Inuit Elders, and to this day is guided by the concerns, hopes, and long-term vision expressed by Elders.
  • Sébastien Grammond, judge to the Federal Court, and Christiane Guay, associate professor at the Université du Québec en Outaouais and a social worker, have been working, for nearly ten years, to expand knowledge regarding governance in Indigenous communities in the field of youth protection, an area that remains poorly documented in francophone Indigenous communities. Their work has, among other things, contributed to recognize, for the first time in Québec, Indigenous legal traditions, including customary Aboriginal adoption.

Presented since 1988 on the occasion of International Human Rights Day marking the adoption of the Universal Declaration on Human Rights December 10, 1948, the Rights and Freedoms Award is each year to an organization or an individual as a public recognition for exceptional achievement or commitment to the defence of human rights and freedoms.

The Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (Human Rights and Youth Commission) ensures the promotion and respect of the principles set out in the Québec Charter of Human Rights and Freedoms. It also ensures that the interests of children are protected and that their rights recognized in the Youth Protection Act are respected and promoted. In addition, the Commission oversees compliance with the Act respecting Equal Access to Employment in Public Bodies.

512, 2017

Les Abénakis d’Odanak, un voyage archéologique (In French only)

Photo prise lors du lancement officiel du livre Les Abénakis d’Odanak, un voyage archéologique : Michelle Bélanger, initiatrice du projet, Mathieu O’Bomsawin, directeur du Musée des Abénakis, Geneviève Treyvaud, auteure, Nathalie Lampron, collaboratrice à la rédaction et Michel Plourde, auteur.

Le Musée des Abénakis est heureux de présenter sa toute première publication archéologique grand public qui a pour titre Les Abénakis d’Odanak : un voyage archéologique, réalisé grâce à une subvention de 81 000 $ de Patrimoine canadien. Cet ouvrage se veut une synthèse du projet de fouilles archéologiques Fort d’Odanak : le passé revisité.

C’est en 2010, sur les berges de la rivière Saint-François, que les archéologues Geneviève Treyvaud et Michel Plourde, sont partis à la recherche des traces de la Première Nation abénakise. Ils souhaitaient particulièrement retrouver les vestiges d’une mission palissadée unique au Canada, érigée à la fin du 17 e siècle, là où se trouve actuellement la communauté d’Odanak : la mission Saint-François- de-Sales. Cette quête, qui s’est terminée en 2014, a permis de recueillir des informations inédites sur l’histoire et les modes de vie abénakis. Surtout, elle a fourni l’occasion à un groupe de neuf jeunes de cette Première Nation de participer activement aux fouilles et de découvrir, sur les lieux mêmes où leurs ancêtres ont vécu, des bribes de leur passé.

Cette publication raconte le voyage à travers le temps qu’ont effectué les archéologues, Geneviève Treyvaud et Michel Plourde, et leurs jeunes apprentis et il livre les résultats de leurs démarches.

Les Abénakis d’Odanak, un voyage archéologique est disponible à la boutique du Musée es Abénakis, en version française et anglaise.

Les auteurs
Chercheuse associée au Centre interuniversitaire d’études sur les lettres, les arts et les traditions (CELAT) de l’Université Laval, et chercheuse postdoctorale à l’Institut national de recherche scientifique – Eau Terre Environnement (INRS-ETE), Geneviève Treyvaud est aussi codirectrice de l’École de fouilles archéologiques de l’Université de Montréal et consultante pour les Premières Nations. Elle travaille particulièrement sur la période de Contact et l’impact de la colonisation européenne sur les Premières Nations et leur environnement. Titulaire d’une maîtrise et d’un doctorat en archéologie, elle se spécialise sur les modes d’exploitation et de fabrication du mobilier archéologique métallique. Elle se penche sur la caractérisation et le métissage du travail des métaux chez les Premières Nations du nord-est de l’Amérique. Elle contribue entre autres à la recherche et au développement de l’utilisation de la tomodensitométrie pour l’étude des matériaux anciens.

Archéologue et spécialiste de la préhistoire du Québec, Michel Plourde travaille comme consultant en archéologie auprès de différents organismes publics, parapublics ou privés. Il est également chargé de cours au département des Sciences historiques de l’Université Laval depuis 2007, où il enseigne les techniques de fouille archéologique et les questions d’éthique aux étudiants de premier cycle. Titulaire d’une maîtrise et d’un doctorat à l’Université de Montréal, Michel Plourde s’est penché, entre autres, sur l’utilisation de la céramique chez les groupes amérindiens vivant dans les basses terres du Saint-Laurent et en Jamésie. Ses écrits ont notamment porté sur la localisation potentielle de Stadaconé, les techniques de chasse au phoque chez les Amérindiens du Québec méridional et la contribution des petits sites à la compréhension de l’économie des groupes nomades.

2011, 2017

DEUX WAMPUMS TRICENTENAIRES SOUS LA LOUPE DE CHERCHEURS RENNAIS ET QUÉBÉCOIS (In French only)

Jadis, les tribus amérindiennes des Abénakis et des Hurons  ont offert à la cathédrale de Chartres deux ceintures traditionnelles en remerciement aux missionnaires qui les ont secouru. Un cadeau qui illustre la conquête des Amériques par des chartrains au 17e siècle.

Les mythiques ceintures de perles, de piquants de porc-épic et coquillages offertes par les Premières Nations à la cathédrale de Chartres au XVIIème siècle sont de retour.

Ces trésors venu de l’épopée de la conquête des Amériques ont été étudiées par un laboratoire de Rennes. Le 17 novembre dernier, leur restitution fut un événement culturel et symbolique. Ce matin-là, dans la sacristie de la cathédrale, des représentants des Premières Nations amérindiennes étaient présents pour commémorer les liens entre les missionnaires chartrains et la belle province.

Visionnez le reportage sur cette cérémonie de Nathalie Heraud et Didier Lepape.

1311, 2017

INVITATION | Les Abénakis d’Odanak, un voyage archéologique (In French only)

Le Musée des Abénakis est heureux de vous inviter au lancement officiel de la publication archéologique Les Abénakis d’Odanak, un voyage archéologique.

En 2010, sur les berges de la rivière Saint-François, les archéologues Geneviève Treyvaud et Michel Plourde, accompagnés d’un groupe de jeunes apprentis archéologues abénakis, sont partis à la recherche des traces de cette Première Nation. Ils souhaitaient particulièrement retrouver les vestiges d’une mission palissadée unique au Canada, érigée à la fin du 17e siècle, là où se trouve actuellement la communauté d’Odanak : la mission Saint-François-de-Sales. Cette requête a permis de recueillir des informations inédites sur l’histoire et les modes de vie abénakis.

Cette publication raconte le voyage à travers le temps qu’ont effectué les archéologues et leurs jeunes apprentis et livre les résultats de leurs démarches.

Les archéologues de même que le directeur du Musée des Abénakis seront présents pour des entrevues.

Merci de consulter l’invitation ci-jointe.

3010, 2017

Entente de partenariat entre la MRC des Sources et le Grand Conseil de la Nation Waban-Aki (in French only)

La MRC des Sources et le Grand Conseil de la Nation Waban-Aki ont récemment convenu d’une entente de partenariat afin de permettre l’émergence de projets au Parc régional du Mont-Ham.

Bien que les projets à venir vous seront annoncés sous peu, les deux organisations ont souhaité officialiser un partenariat signifiant leur désir commun de travailler au développement du parc régional et, de ce fait, poursuivre les discussions pour de futures collaborations.
En effet, ce partenariat semblait tout naturel puisque la MRC des Sources et le Grand Conseil de la Nation Waban-Aki partagent déjà des intérêts communs, à savoir le développement économique de leurs communautés respectives.

« Cette association avec la Nation Waban-Aki apportera un regard neuf sur les avenues de développement pour notre région, tout en bonifiant les projets que nous avons déjà dans notre feuille de route. C’est un privilège de pouvoir collaborer avec la Nation Waban-Aki et je vous assure que les élus et moi ferons tout en notre pouvoir pour alimenter ce partenariat qui promet d’être fructueux », affirme M. Hugues Grimard, préfet de la MRC des Sources et maire de la Ville d’Asbestos.

De plus, il faut relever l’importance accordée au partage des spécificités régionales de chaque communauté au sein de cette entente.

« Nul doute que cette collaboration permettra la mise en valeur et la promotion du patrimoine culturel abénakis tout en favorisant un partenariat solide et réel entre notre Première Nation et la MRC des Sources. Nous espérons également que ce partenariat saura mettre de l’avant le tourisme autochtone grâce à des projets porteurs auxquels nous serons heureux et fiers de contribuer », souligne M. Dave Bernard, directeur général du Conseil des Abénakis de Wôlinak.

« Le Conseil des Abénakis d’Odanak est fier de participer à ce partenariat avec nos frères de Wôlinak et avec la MRC des Sources. Nous sommes persuadés que la touche abénakise qui sera apportée aux projets à venir sera une valeur ajoutée significative dans l’offre touristique de la région. Nous espérons également que cette collaboration ait des retombées positives pour le développement économique de la Nation », déclare M. Daniel G. Nolett, directeur général du Conseil des Abénakis d’Odanak.

En terminant, les deux organisations travaillent activement à mettre en place tous les éléments permettant la concrétisation de projets majeurs pour leurs communautés respectives. L’année 2018 sera porteuse de bonnes nouvelles et les fruits de ce nouveau partenariat seront visibles prochainement.

Denys Bernard, directeur général du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki; Hugues Grimard, préfet de la MRC des Sources; Jean Roy, président de la Corporation de développement du Mont-Ham; Dave Bernard, directeur général du Conseil des Abénakis de Wôlinak; Daniel G. Nolett, directeur général du Conseil des Abénakis d’Odanak, Frédéric Marcotte, directeur général de la MRC des Sources.

Jean Roy, président de la Corporation de développement du Mont-Ham; Hugues Grimard, préfet de la MRC des Sources; Denys Bernard, directeur général du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki; Dave Bernard, directeur général du Conseil des Abénakis de Wôlinak; Daniel G. Nolett, directeur général du Conseil des Abénakis d’Odanak, Frédéric Marcotte, directeur général de la MRC des Sources.

3010, 2017

L’exposition “Microcosme” présentée du 27 octobre 2017 au 15 mars 2018 au Musée des Abénakis (in French only)

Le Musée des Abénakis est fier de présenter l’exposition Microcosme, qui, après s’être déplacée au Musée régional de Rimouski, au Centre d’art de Kamouraska, à la Maison améridienne de Mont Saint-Hilaire, au Musée amérindien de Mashteuiatsh, au Musée Huron-Wendat, l’exposition s’arrête enfin à Odanak. Microcosme est la 4e édition du projet Innovation métiers d’art de la corporation Métiers d’art/Bas-Saint-Laurent.

Innovation métiers d’art est un projet de création qui consiste en un défi à l’innovation et au dépassement de soi lancé aux artisans, selon un thème donné.

Sept artistes, tous membres de la corporation Métiers d’art/BSL, ont été jumelés à sept artistes autochtones de différentes Nations du Québec dans le but de créer une œuvre en deux temps. D’abord, chacun a été amené à créer une œuvre miniature, remise à son partenaire, qui a par la suite été intégrée dans l’œuvre finale de chaque artiste. C’est une expérience de création qui demande à chacun de créer hors de sa zone de confort, en misant entre autres sur la recherche, l’innovation et l’exploration de nouvelles techniques ou de nouveaux matériaux.

Artistes jumelés
Josée Desjardins et Eruoma Awashish; Marius Harton et Sylvie Bernard; Annette Albert et Marcel Dominique; Emmanuel Guy et Sarah Cleary; Ito Laïla LeFrançois et Virginia Pésémapéo Bordeleau; Manon Lortie et Jacques Newashish; Josée Bourgoin et Teharihulen Michel Savard.

Le Musée des Abénakis
Le Musée des Abénakis vise en priorité à étudier, documenter et mettre en valeur l’histoire millénaire et la culture des Abénakis. Parallèlement, il s’intéresse aussi au vécu et aux réalisations des autres Premières Nations en mettant en valeur les créations des artistes contemporains. Cette collaboration avec la corporation Métiers d’art/Bas-Saint-Laurent permet la diffusion du talent d’artistes des Premières Nations et le rapprochement entre autochtones et allochtones.
Depuis 1965, le Musée assure la promotion du développement culturel de la Première Nation des Abénakis et la conservation de ses traditions millénaires. Ayant accueilli plusieurs milliers de visiteurs depuis son ouverture, le Musée des Abénakis est un lieu dynamique de diffusion et d’animation éducative et culturelle.

Le Musée des Abénakis est subventionné par le ministère de la Culture et des Communications du Québec ainsi que par le Conseil des Abénakis d’Odanak.

1810, 2017

IMPORTANT NOTICE

1210, 2017

DÉMARCHE D’ADAPTATION : deux communautés des Premières Nations se sont dotées d’un plan (In French only)

Le Grand Conseil de la Nation Waban-Aki en collaboration avec l’Institut de Développement durable des Premières Nations du Québec et du Labrador (IDDPNQL), ainsi qu’avec le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les Changements climatiques (MDDELCC), a mis sur pied un plan d’adaptation aux changements climatiques pour les communautés des Premières Nations d’Odanak et de Wôlinak. Il s’est joint à la Rés-Alliance alors qu’il entame la mise en oeuvre de ce plan.

Marc-André Demers, animateur de la Rés-Alliance est allé à la rencontre de Myriam Beauchamp, chargée de projets au Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, pour discuter de leur démarche d’adaptation.

210, 2017

Wôlinak adhère officiellement au Régime de gestion des terres des Premières Nations : une première au Québec.

* IN FRENCH ONLY

Wôlinak (Québec), le 2 octobre 2017 – Le 27 septembre 2017, la Première Nation des Abénakis de Wôlinak célébrait la signature de l’accord spécifique relatif à la Gestion des Terres des Premières Nations, faisant officiellement d’elle la première communauté autochtone au Québec à adhérer au Régime de Gestion des Terres des Premières Nations et ainsi, lui permettant d’acquérir une autonomie gouvernementale en matière de gestion des terres.

Il s’agissait de la dernière étape à franchir suite au vote historique du 2 mars 2017 où les membres de la communauté de Wôlinak votèrent majoritairement en faveur de la signature de l’accord spécifique et de leur code foncier.

Grâce à cette entente, la communauté sera, entre autres, mieux outillée afin d’élaborer ses propres lois sur la gestion et la protection de ses terres, de ses ressources et de son environnement. Cela lui permettra également d’acquérir de l’autonomie gouvernementale et sectorielle en matière de gestion des terres. En effet, tel que l’explique Mme Katharina Trottier, directrice des terres et de l’habitation de Wôlinak : « Grâce à cette adhésion, le Conseil des Abénakis de Wôlinak sera en mesure d’émettre des baux et faire des ententes avec des institutions financières afin de faciliter l’accès hypothécaire aux membres de la communauté, en plus d’avoir un impact positif direct sur le développement économique de Wôlinak. »

L’Accord-cadre sur la gestion des terres des Premières Nations est une entente de gouvernement à gouvernement signée en 1996 par treize Premières Nations. Aujourd’hui, 72 Premières Nations à travers le Canada sont signataires de cette entente historique. Celle-ci accorde aux Premières Nations signataires le pouvoir d’élaborer des lois concernant les terres de réserve, les ressources et l’environnement.

 

Renseignements :

Katharina Trottier, directrice des terres et de l’habitation

Conseil des Abénakis de Wôlinak

T : 819-294-6696

C : [email protected]

1109, 2017

Wapikoni, Cinema on Wheels is stopping in Odanak and Wôlinak!

Wapikoni, Cinema on Wheels is stopping in the community with its amazing, award-winning shorts directed by Indigenous youth from Eastern Canada!

Wapikoni Mobile is a travelling audiovisual and musical creation studio dedicated to Indigenous youth. Since 2004, Wapikoni has visited over 24 Nations and accompanied thousands of participants who worked to direct close to 1,000 short films translated into several languages. These films have received 150 awards and honours at national and international festivals. The Wapikoni, Cinema on Wheels tour is part of “Wapikoni From Coast to Coast: Reconciliation Through the Media Arts”, a project under the patronage of the Canadian Commission for UNESCO and supported by the Government of Canada. From April to November, a caravan equipped with exterior projection equipment and staffed by two facilitators will travel west to east, covering 10 Canadian provinces and stopping in 100 Indigenous communities and 50 cities. The screenings will be in English, French and Indigenous languages.

“One of Wapikoni’s most cherished dreams has come true: Making the voices of Indigenous youth who we have worked with for over 13 years echo throughout Canada, establishing a dialogue between communities of all origins through their films. These works are a unique part of Indigenous cultural heritage,” says Manon Barbeau, Executive Director of Wapikoni.

Trailer of the tour Wapikoni, Cinema on Wheels: https://vimeo.com/209573738

Facebook: https://www.facebook.com/wapikoni/
Twitter: https://twitter.com/wapikoni
Instagram: https://www.instagram.com/wapikonimobile/

1109, 2017

Élise Boucher-DeGonzague en spectacle au Musée des Abénakis (In French only)

Le Musée des Abénakis, dans le cadre de sa programmation culturelle, vous présente pour la toute première fois, le spectacle N’TOKI – Je me réveille, une création musicothéâtrale écrite et interprétée par l’auteure-compositrice- interprète abénakise Élise Boucher-DeGonzague sous la direction artistique de Sylvain Rivard, artiste multidisciplinaire et spécialiste de l’art autochtone.

N’TOKI – Je me réveille raconte, en textes et en chansons, la vie quotidienne d’une jeune abénakise sur le point de devenir mère. Une histoire qui mène l’auditeur par la main du cœur jusque dans l’atmosphère paisible de la fin du jour à l’heure où les berceuses se chantent, tout en douceur, dans les maisons longues de toutes les Nations.

Élise Boucher-DeGonzague a d’abord fait sa marque en tant que soliste dans des œuvres symphoniques contemporaines. Elle aura chanté notamment en Suisse, en Égypte et au Moyen-Orient avant de s’installer en France en 1996 où elle fera carrière pendant une quinzaine d’années. Depuis son retour définitif au Québec, l’artiste vit à proximité de la communauté d’Odanak où elle s’imprègne
avec bonheur de sa culture ancestrale paternelle. Elle est fière de participer à la vie culturelle de sa nation et chante plus que jamais son appartenance abénakise.

Vous pouvez vous procurer votre billet, au coût de 20$, au 450 568-2600. Les places sont limitées, veuillez confirmer votre place avant le 18 septembre 2017.

Un cocktail vous sera servi sur place.

808, 2017

L’AGRILE DU FRÊNE POURRAIT MENACER UNE PRATIQUE ABÉNAKISE ANCESTRALE (in French only)

Annette Nolet fabrique des paniers de frêne, une pratique ancestrale. Photo : Radio-Canada

Alors que l’agrile du frêne fait des ravages un peu partout au Québec, les Abénakis d’Odanak craignent la disparition des arbres qu’ils utilisent pour la fabrication de paniers, un savoir-faire transmis de génération en génération dans la communauté.

Annette Nolet fabrique des paniers de frêne depuis des années. Une méthode qui lui a été transmise par sa mère. « Pour la perpétuité de cette activité-là, c’est clair que l’approvisionnement de frênes noirs est essentiel », dit Suzie O’Bomsawin, directrice du Ndakinna, l’entité qui s’occupe de la gestion de l’environnement et de l’aménagement du territoire au Grand Conseil de la nation Waban-Aki.

Une matière irremplaçable

Le bois de frêne noir est le seul qui soit assez flexible pour être utilisé dans la fabrication de paniers traditionnels. L’agrile du frêne n’a pas encore été détecté dans le secteur de Nicolet-Yamaska, où se situe la communauté d’Odanak, mais selon l’Agence canadienne d’inspection des aliments, ça ne saurait tarder.

« Quand toutes ces zones-là vont être visées également, il va falloir trouver des alternatives, et il n’y en aura certainement pas des millions », indique le gestionnaire foncier d’Odanak, Michel Durand-Nolet.

Des paniers faits de bois de frêne noir Photo : Radio-Canada

Éviter l’abattage préventif

Les Abénakis souhaitent préserver les frênes et éviter qu’ils soient abattus, comme ce fut le cas dans plusieurs villes dans le but de limiter la propagation.

« Quand le frêne est attaqué par l’agrile, oui, on peut l’abattre, mais ce n’est pas la bonne idée d’abattre l’autre frêne à côté qui, lui, est encore sain, croit Michel Durand-Nolet. Dans la composition chimique de chaque plante, on retrouve des insecticides naturels et les arbres finissent par se défendre eux-mêmes. »

Michel Durand-Nolet souhaite que les connaissances que détient son peuple soient mises à profit dans la gestion de l’insecte ravageur.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments invite quant à elle ceux qui croient détenir des informations utiles sur l’agrile du frêne à communiquer avec elle et à transmettre les connaissances qu’ils détiennent pour venir à bout de cet indésirable.

Avec les renseignements de Jennifer O’Bomsawin

Source: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1048725/agrile-frene-menace-pratique-abenakise-ancestrale-vannerie-panier 

1207, 2017

WÔLINAK AURA SA PISCINE INTÉRIEURE (in French only)

La piscine sera annexée au Gym Formule Fitness, derrière le bâtiment existant. ©(Photo TC Media – Sébastien Lacroix)

Des travaux débuteront prochainement, derrière le Gym Formule Fitness de Wôlinak, en vue de construire un nouveau bâtiment qui abritera une piscine de 32 pieds par 16 pieds.

L’endroit possédera aussi deux cuves de nage de 6 pieds par 10 pieds, qui permettra aux nageurs de travailler davantage en résistance à l’aide d’un élastique. Il s’agit d’une méthode offrant la chance de s’améliorer notamment au niveau technique.

Le projet est estimé à 434 000$, dont 175 000$ proviennent du Programme d’infrastructure communautaire de Canada 150 (PIC150). Une portion de 10% du budget, équivalant à 43 400$, est assumée par le Conseil des Abénakis de Wôlinak et le Secrétariat aux affaires autochtones fournit la différence. Par ailleurs, l’initiative est aussi soutenue par le Centre de santé de Wôlinak, qui a des fonds pour l’organisation d’activités.

«C’est un besoin qui a été véhiculé par des gens de la communauté et des environs. Depuis la fermeture de la piscine de l’école secondaire Les Seigneuries, à Saint-Pierre-les-Becquets, c’est quelque chose qui manque et on a décidé de répondre à ce besoin qui est non-assouvi pour l’instant», exprime Dave Bernard, directeur général du Conseil des Abénakis de Wôlinak.
Il précise toutefois que le Conseil est ouvert aux partenariats qui pourraient se conclure éventuellement.

Le bâtiment abritant la piscine, les cuves de nage et un sauna sera annexé au Gym. Ainsi, les vestiaires seront communs pour les deux sphères d’activité. Les travaux devraient être terminés pour le mois de décembre, car le projet doit être délivré au plus tard le 31 décembre 2017.

Un article de Joanie Mailhot du Courrier Sud

1007, 2017

UPDATE – DESCHENEAUX CASE

On August 3, 2015, Madam Justice Chantal Massse of the Québec Superior Court ruled in the Descheneaux case that most of the registration rules in the Indian Act to be invalid because they discriminate on the basis of sex when granting “Indian status” and therefore violate the Canadian Charter of Rights and Freedoms.

However, Justice Masse suspended the effect of her declaration of invalidity for 18 months in order to giver Parliament time to amend the Indian Act and make it compliant with the Charter.

Justice Masse’s decision did not give anyone a new right to status: instead, she ruled it was up to Parliament and not the Court to change the Indian Act. If Parliament did not act before the deadline, registration under the Indian Act would simply cease for almost everyone.

The government finally introduced its proposed amendments in the Senate in late October 2016, entitled Bill S-3, but the Senate Committee on Aboriginal Peoples asked the Minister of Indian and Northern Affairs to conduct better consultation and eliminate all sex discrimination from the registration rules.In January 2017, the government obtained an extension of its deadline to July 3rd from Justice Masse, but only presented its revised amendments to the Senate in May 2017.

The Senate decided Bill S-3 does not go far enough and on June 1st adopted amendments – referred to as “6(1)(a) all the way” – that would give the same status to all descendants of a woman who lost her status if they were born before the new rules came into effect in 1985. However, the Minister said she would oppose this change when Bill S-3 came before the House of Commons.

After the Minister’s lawyers told Justice Masse that they would not use the June 19th hearing date set aside for a motion to extend the suspension, the lawyers for Stéphane Descheneaux, Susan and Tammy Yantha and the Abenaki brought their own motion. On June 20th, Justice Masse refused to grant the extension, ruling that the court could not become involved in dispute between the House of Commons and the Senate.

On June 21st, the House of Commons adopted Bill S-3 without the “6(1)(a) all the way” amendments and sent it back to the Senate, but on June 22nd, the Government Representative in the Senate adjourned debate on Bill S-3 and both the House of Commons and the Senate adjourned for the summer.

In the last week of June the government presented its own motion and asked Justice Masse to extend the suspension of her declaration of invalidity till December 26, but Justice Masse ruled on June 27th that nothing had changed since her previous decision and denied Canada’s motion.

The government filed an appeal on the issue of extending the suspension, which will be heard in Montreal on August 9th. Until then, a safeguard order issued by Justice Nicholas Kasirer of the Québec Court of Appeal – with the consent the lawyers for Descheneaux, the Yanthas and the Abenaki – allows the Registrar to continue to apply the existing registration rules in the Indian Act.

1007, 2017

REDÉCOUVRIR UN HÉRITAGE TROP PEU CONNU (in French only)

Le Centre communautaire Saint-Pierre (CCPS) organise, dans le cadre du 150eanniversaire du Canada, une semaine de sensibilisation à la culture autochtone du 31 juillet au 3 août au presbytère de l’église Saint-Pierre, à Drummondville.

C’est grâce à une subvention de 23 160 $ du gouvernement du Canada que le projet a pu voir le jour. «Pendant quatre jours, les citoyens vont acquérir une grande ouverture d’esprit et de respect mutuel à la suite de ces rencontres. Ça leur permettra de découvrir l’histoire, les mœurs et la vie quotidienne des autochtones», a avoué Florence Benedicte du Conseil de bande des Abénakis d’Odanak.

La programmation comporte deux volets qui sont offerts gratuitement aux participants. Le premier, destiné aux 400 enfants qui fréquentent les camps de jour, fera découvrir l’artisanat amérindien par la fabrication de colliers, de bourses et de bâtons de parole. L’animation sera faite par le Musée des Abénakis et la boutique Le Wigwam.

Le second volet s’adresse à toute la population. À partir de 16 h tous les jours les participants pourront assister à des démonstrations de fabrication de tambours, de capteurs de rêves, de paniers et de mocassins. En soirée, dès 18 h 30, les contes et légendes amérindiennes, animés par Christine Siwi Wawanolett, feront découvrir un tout autre univers de la tradition amérindienne. De plus, tous les soirs, une cérémonie du Grand Conseil se tiendra à partir de 19 h 30. Cette cérémonie avait lieu avant les séances du Grand Conseil pour préparer le corps et l’esprit afin qu’ils puissent prendre les meilleures décisions pour la communauté. Pour clôturer cette cérémonie, il y aura une signature d’un traité de paix pour tous les peuples de la terre. Roger Robertson, représentant de la nation Micmac, animera la cérémonie.

Le 3 août, journée du 45e anniversaire du Festival de l’épi du CCSP, de 16 h à 20 h, les enfants de Drummondville pourront participer aux ateliers d’artisanat amérindien. De plus, tous les ateliers de fabrication les contes et légendes et la cérémonie du Grand Conseil seront également tenus lors de la soirée du Festival de l’épi. Les objets fabriqués dans le cadre des ateliers du soir feront l’objet d’un tirage à la fin de chacune des soirées.

«Kwaï (Bonjour en Abénakis). Le peuple Abénakis est fier et accueillant. Une trentaine d’enfants visiteront le Musée des Abénakis à Odanak afin de faire découvrir notre culture. Nous sommes heureux de participer à cette semaine de sensibilisation à la culture autochtone», a conclu Mathieu O’Bomsawin-Gauthier, directeur général du musée.

2606, 2017

Pot Luck Supper

2106, 2017

Une communauté abénakise à la mémoire bien vivante (in French only)

Le Conseil des Abénakis de Wôlinak lance fièrement les festivités de la Fête nationale des Autochtones ce mercredi matin en inaugurant officiellement l’exposition « Mémoire vivante, la rivière au long détour » présentée dans le tout nouveau décor de la Petite Chapelle Ste-Thérèse de Wôlinak maintenant transformée en centre d’interprétation grâce aux Fonds Canada 150.

L’ambiti eux projet, réalisé dans le cadre des festivités du 150e anniversaire de la Confédération du Canada, voit le jour grâce au financement de près de 151 000$ octroyés par Patrimoine canadien. « Canada 150 offre l’occasion de souligner la résilience et la fierté des peuples autochtones, ainsi que la richesse de leurs cultures » déclare l’honorable Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien. «Ce nouvel espace culturel permettra aux Canadiens de découvrir une facette importante de l’histoire de la Nation Waban-Aki. » Fier du travail accompli par les membres de sa communauté, le chef,  M. Michel R. Bernard, abonde dans le même sens « Grâce à l’exposition « Mémoire vivante, la rivière au long détour », notre communauté retrouve sa place dans la grande histoire des Premières Nations, ainsi que celles des Peuples fondateurs du Canada. »

Cet événement permet, par la même occasion, de dévoiler une plaque commémorative offerte par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada. Cette plaque historique, qui sera également installée sur la communauté d’Odanak, met en lumière la migration des Abénakis dans la vallée du St-Laurent durant la période coloniale française afin que ces derniers puissent protéger la Nouvelle-France contre les invasions des Anglais sur le territoire.

L’exposition « Mémoire vivante, la rivière au long détour » est présentée gratuitement jusqu’au 4 septembre 2017 à la Petite chapelle Ste-Thérèse située au 10 110 rue Kolipaïo, à Wôlinak. Pour connaître l’horaire complet du centre d’interprétation, veuillez téléphoner au Conseil des Abénakis de Wôlinak en composant le 819-294-6696. C’est donc avec une immense fierté que la communauté Wôlinak invite tous ceux et celles qui le désirent à venir visiter ce tout nouveau lieu rempli d’histoire qui vous fera d’abord vivre un retour dans le temps, mais également un présent bien senti, celui d’une communauté bien vivante.

3005, 2017

Canada 150 : la richesse des cultures autochtones sera au cœur des célébrations (in French only)

Le gouvernement du Canada appuie deux nouveaux projets communautaires sur les cultures autochtones au Québec.

De gauche à droite: M. Mario Marchand, Mme Florence Benedict, M. Denys Bernard, Mme Mélanie Joly, Mme Anne Bishoff, M. Dave Bernard et M. Louis Plamondon

C’est à Wôlinak que l’honorable Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien, a annoncé le 26 mai dernier le financement de deux nouveaux projets communautaires qui souligneront la richesse des cultures autochtones au Québec dans le cadre de Canada 150.

Le Conseil des Abénakis de Wôlinak a reçu près de 151 000$ pour son projet d’exposition intitulée « Mémoire vivante, la rivière au long détour » soulignant la place d’accueil et le lieu de mémoire de la mission Bécancour/Wôlinak. L’histoire des Abénakis sera, entre autres, mise en valeur par la réalisation de murales figuratives, d’une projection multimédia et d’une exposition d’artéfacts historiques tout au long de la saison estivale, et ce, dès le 21 juin prochain. « Avec l’exposition “Mémoire vivante, la rivière au long détour”, notre communauté retrouve sa place dans la grande histoire des Premières Nations ainsi qu’à Bécancour. » se réjouit M. Michel R. Bernard, chef du Conseil des Abénakis de Wôlinak.

Le Centre communautaire Saint-Pierre, quant à lui, a reçu un montant de 23 160$ pour l’aménagement d’un campement autochtone extérieur situé à proximité de ses installations, et ce, du 31 juillet au 3 août 2017, en collaboration avec le Conseil des Abénakis d’Odanak. En plus de faire connaître la culture autochtone et de favoriser un rapprochement culturel, ce projet initie les jeunes et les familles non autochtones à l’art et à la culture autochtones par la tenue de diverses activités. Comme le mentionne M. Gilbert Fafard, coordonnateur communautaire au Centre communautaire Saint-Pierre « Le campement autochtone extérieur que nous aménagerons en collaboration avec le Conseil des Abénakis d’Odanak permettra le rapprochement culturel entre les Autochtones et les non-Autochtones de la région de Drummondville et du Centre-du-Québec. En plus de favoriser une meilleure connaissance de notre passé et des mœurs des communautés autochtones du Québec, une telle activité nous donne l’occasion de mieux entrevoir notre avenir commun dans le Canada de demain. »

« Aucune relation ne compte plus aux yeux du gouvernement du Canada que celle qu’il entretient avec les peuples autochtones » souligne l’honorable Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien, « C’est pourquoi nous sommes fiers d’appuyer ces deux nouveaux projets communautaires qui permettront aux Canadiens de découvrir toute la richesse et l’histoire des cultures autochtones. Profitons de Canada 150 pour resserrer les liens qui nous unissent afin de léguer un bel héritage aux générations à venir. »

Il est important de rappeler que le gouvernement du Canada a accordé ces financements par l’entremise de Fonds Canada 150. Grâce à ce Fonds, le gouvernement appuie la tenue d’activités tant à l’échelle locale que nationale pour que les Canadiens d’un bout à l’autre du pays soient de la fête et ainsi faire de 2017 une année mémorable.

1805, 2017

Lancement de Compostage W (in French only)

Un texte de Marc Rochette pour Le Nouvelliste

Le Traiteur W de Wôlinak vient de lancer officiellement le projet Compostage W.

Sur la photo: Karine Richard, chargée de projet en environnement, Émilie Charest, conseillère en gestion des matières résiduelles, Manon-Lyne Trottier, directrice des opérations pour Traiteur W, le député Marc H. Plante et Stéphane Greffard, du ministère des Affaires autochtones et du Nord Canada. © François Gervais, Le Nouvelliste

Depuis novembre 2015, l’équipe du Bureau environnement et terre du Conseil des Abénakis de Wôlinak, conjointement avec le Défi On recycle de la Chambre de commerce et d’industrie du Coeur-du-Québec, travaillent à l’élaboration de ce projet novateur en développement durable.

Depuis sa création, le Défi souhaitait réaliser des activités de formation et de sensibilisation qui mènent à l’action du compostage dans les écoles du territoire. Or, considérant que le Traiteur W offre le service de cafétéria dans onze écoles de la Commission scolaire de La Riveraine, cette entreprise était une porte ouverte pour l’intégration du compostage des résidus alimentaires issus des cafétérias.

C’est donc lors de la conférence de presse annonçant le nouveau service traiteur de Wôlinak que l’idée de départ a émergé tout naturellement. Ce projet étant le premier de ce genre au Québec, aucune ligne directrice n’était établie.

«Par conséquent, c’est avec une immense fierté que nous pouvons affirmer que ce sont plus de 1500 élèves répartis dans trois écoles ainsi que 20 % de la population de Wôlinak qui ont décidé de participer à ce projet pilote sur une base volontaire. La collecte se fait depuis un peu plus d’un mois dans les écoles et commencera sous peu dans la communauté», ont annoncé Karine Richard et Émilie Charest.

L’amorce de ce projet d’une valeur de près de 160 000 $ a été rendue possible grâce au financement majeur du ministère des Affaires autochtones et du Nord Canada ainsi que celui du Développement durable de l’Environnement et de la Lutte au changement climatique.

De plus, une aide financière non négligeable a été octroyée par le Secrétariat aux Affaires autochtones ainsi que par le Fonds Aluminerie de Bécancour pour les collectivités durables. Finalement, la Régie intermunicipale de gestion intégrée des déchets Bécancour-Nicolet-Yamaska financera pendant une période de trois ans les activités d’information, de sensibilisation et d’éducation dans les écoles.

Dans une optique d’inclusion de la collectivité, le compost récolté sera mis à profit, entre autres, dans des projets de verdissement par les écoles et de la communauté selon la disponibilité et les besoins, le tout gratuitement.

«Nous sommes convaincus que la réalisation de ce projet aura une incidence au-delà de la gestion des matières résiduelles organiques. Il favorisera un sentiment de fierté auprès des jeunes qui participeront, tout d’abord au compostage dans leurs écoles et par la suite à la réalisation de projets verts.

Les initiatives environnementales étant de plus en plus au coeur de la conscience sociale, les jeunes des écoles touchées par le projet auront le sentiment d’accomplir quelque chose d’important pour la communauté centricoise et les générations futures», ont-elles conclu.

Source: http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/affaires/201705/17/01-5099080-lancement-de-compostage-w.php

1005, 2017

Partenariat avec Hydro-Québec : la visite d’une première école! (in French only)

Il y a un an Hydro-Québec annonçait au Musée des Abénakis qu’il lui octroyait une commandite de 24 000 $ pour permettre à plus de 500 élèves provenant de milieux défavorisés d’avoir accès gratuitement à des activités culturelles enrichissantes. Par le biais du programme éducatif scolaire, les élèves de dix écoles des régions de la Mauricie et du Centre-du-Québec auront l’opportunité d’enrichir leurs connaissances et de consolider les acquis développés à l’école. Ce forfait, d’une durée de 3h, inclut le transport en autobus ainsi que la découverte active des modes de vie de la Première Nation des Abénakis en suivant le cycle des 13 lunes.

La première institution qui a bénéficié de ce partenariat culturel est l’école primaire Saint-Dominique, de Trois-Rivières. Jeudi, le 4 mai dernier, 60 élèves de 3e et 4e année sont venus vivre une rencontre culturelle captivante au Musée des Abénakis. Ces derniers ont entre autres eu la chance de visiter l’exposition permanente du Musée Wôbanaki : peuple du soleil levant qui met en valeur les modes de vie traditionnels et les savoir-faire ancestraux des Abénakis, de devenir apprenti archéologues d’un jour et d’identifier des artéfacts trouvés à Odanak puis de fabriquer un collier perlé; un souvenir avec lequel les élèves sont retournés, sourire aux lèvres, à la maison.

Le Musée des Abénakis

Depuis 1965, le Musée assure la promotion du développement culturel de la Première Nation des Abénakis et la conservation de ses traditions millénaires. Ayant accueilli plusieurs milliers de visiteurs depuis son ouverture, le Musée est un lieu dynamique de diffusion et d’animation éducative et culturelle.

Le Musée des Abénakis est subventionné par le ministère de la Culture et des Communications et le Conseil des Abénakis d’Odanak.

105, 2017

FAIRE HONNEUR AUX ABÉNAKIS – In French only

FAIRE HONNEUR AUX ABÉNAKIS

Article paru dans La Tribune, écrit par Alain Goupil

(Sherbrooke) L’apport historique du peuple abénaquis sera coeur des activités du Centre culturel et du patrimoine Uplands de Lennoxville dans le cadre des fêtes du 150e anniversaire du Canada.

Le lancement du projet de Nikitotegwasis à Lennoxville a eu lieu jeudi au Centre culturel et du patrimoine Uplands de Lennoxville. En avant-plan: Mathieu O’Bomsawin, dir. du Musée Abenakis à Odanak et Daniel Gauthier Nolet, dg du Conseil des Abénakis. Derrière: Nancy Robert, dir. d’Uplands, Patricia Lachapelle, archiviste au Musée Abenakis d’Odanak, Marie-Claude Bibeau, députée de Compton-Stanstead, et David Price, prés. du conseil de l’arrondissement de Lennoxville. SPECTRE MÉDIA, JESSICA GARNEAU

À compter du mois de mai et jusqu’à la fin de l’année, le Centre Uplands soulignera la présence des Abénaquis sur le territoire de Lennoxville par l’entremise d’un projet intitulé « De Nikitotegwasis à Lennoxville » grâce auquel les visiteurs pourront se familiariser avec l’art, la culture et les traditions du peuple abénaquis, dont la présence dans le nord-est de l’Amérique remonte à plus de 12 000 ans.

Selon les recherches historiques, Nikitotegwasis ou « petite rivière qui bifurque » servait aux Abénaquis à désigner le territoire actuel de Lennoxville.

Lors du dévoilement du projet, jeudi, au Centre culturel Uplands, le directeur du Musée des Abénakis d’Odanak, Mathieu O’Bomsawin, a rappelé que plusieurs fouilles archéologiques effectuées ces dernières années témoignent de l’occupation du territoire sherbrookois par la nation abénaquise.

« La région de Lennoxville et de Sherbrooke fait partie du territoire traditionnel des Abénakis, a-t-il rappelé. Les fouilles ont permis de mettre au jour des campements et des établissements ici même à Lennoxville. »

Selon M. O’Bomsawin, les Abénakis se sont servis du territoire à des fins commerciales, mais aussi à des fins diplomatiques avec les Canadiens français et anglais, avant de se replier petit à petit vers d’autres territoires. « Le projet de Nikitotegwasis à Lennoxville s’inscrit dans cette démarche de revenir aux sources, de revenir sur notre territoire traditionnel, d’échanger avec les gens et de faire la promotion de la nation abénaquise, de son héritage, de son apport et de sa culture. »

La directrice du Centre Uplands, Nancy Robert, a pour sa part indiqué que le projet aura plusieurs volets et ne sera pas confiné au Centre, situé sur la rue Speid : « Le projet va se déplacer dans les écoles et lors de la Journée de l’amitié. À Uplands, il va y avoir un jardin autochtone avec les trois serres. A l’intérieur, nous allons présenter une exposition d’art autochtone ainsi que sur le 150e anniversaire du Canada. Nous aurons aussi une exposition à l’extérieur à l’automne dans le cadre du mois de la photo, appelée « Régalia, fierté autochtone », qui se tiendra dans le boisé. Tout au long de l’année, il va y avoir des animations au cours de l’été. Les gens vont pouvoir assister à la fabrication de paniers abénaquis, contempler des oeuvres contemporaines et traditionnelles et entendre des contes autochtones »

La députée de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau, a annoncé que le projet a reçu une aide financière de 25 750 $ de Patrimoine Canada, puisque celui-ci s’inscrivait dans le cadre des fêtes du 150e.

« À l’occasion du 150e anniversaire du Canada, on souhaite mettre à l’avant-plan la diversité de nos communautés et l’importante contribution des peuples autochtones et c’est exactement ce que le projet d’Uplands propose », a-t-elle déclaré.

L’arrondissement de Lennoxville a contribué au projet à hauteur de 4000 $, auxquels s’est ajoutée une somme de 1500 $ de la part de la Fondation des Townshippers.

Source: http://www.lapresse.ca/la-tribune/arts/201704/27/01-5092564-faire-honneur-aux-abenakis.php

2404, 2017

Wôlinak et Odanak se munissent de bornes électriques (In French only)

C’est depuis 1995 que le Québec célèbre officiellement le Jour de la Terre dans le but de diminuer son impact sur l’environnement. Toutefois, pour les Abénakis, ce respect de la nature et de la Terre Mère règne depuis des siècles déjà. C’est pourquoi, non seulement chaque 22 avril, mais également tout au long de l’année, les communautés abénakises d’Odanak et de Wôlinak s’engagent à respecter l’environnement en réalisant des gestes concrets sur leur territoire. En ce sens, leur dernière implication majeure fut l’acquisition d’une borne électrique pour chacune des communautés.

En novembre dernier, une toute nouvelle borne de recharge électrique faisait son apparition dans le stationnement du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki de Wôlinak. Puis, il y a quelques semaines, c’était au tour du Musée des Abénakis, situé à Odanak, d’en posséder une. Il va s’en dire que ce projet est plutôt innovateur pour ces deux communautés périurbaines. C’est d’ailleurs leur proximité aux villes avoisinantes qui rend l’initiative encore plus intéressante puisque ces bornes sont accessibles à tous ceux et celles possédant un véhicule hybride ou électrique.

Il est intéressant de savoir que ces bornes de type standard font partie du vaste réseau FLO. Le réseau FLO donne accès à des milliers de bornes de recharge situés d’un bout à l’autre du Canada à tous ses membres et son coût d’approvisionnement s’élève en moyenne à 1$ l’heure.

Adaptation aux changements climatiques
Depuis le printemps 2015, Wôlinak et Odanak possèdent leur propre plan d’adaptation aux changements climatiques (PACC). Un tel plan vise à proposer des actions concrètes, c’est-à-dire des mesures d’adaptation, afin de permettre aux communautés d’être le moins possible impactées négativement par les changements de températures. Parmi ces mesures, nous y trouvons la réduction de l’émission de gaz à effet de serre afin de réduire l’impact humain sur l’environnement qui figure en priorité. C’est d’ailleurs dans ce cadre qu’une subvention a été obtenue grâce à Affaires autochtones et Nord du Canada afin de permettre la mise en place de bornes de recharge pour véhicules hybrides et électriques.

L’électrification des transports, un geste gagnant
Sachant que le secteur des transports est responsable à lui seul de 40% des émissions de gaz à effet de serre au Québec, dont la moitié provient des véhicules légers (MDDELCC, 2016), il va de soi que d’utiliser des voitures à faible consommation représente une solution de première ligne. C’est donc dans cette optique que les communautés se sont prévalues de
bornes de recharge, afin d’inciter leurs résidents à choisir ce mode de transport. De plus, la visibilité qu’apporte ce projet est non négligeable, puisque les stations seront accessibles à tous, ce qui inscrit Wôlinak et Odanak au circuit électrique du Québec (https://lecircuitelectrique.com/).

2004, 2017

Une nouvelle vocation pour la chapelle de Wôlinak – In French only

©(Photo TC Media – Joanie Mailhot)

Un texte de Joanie Mailhot pour le Courrier Sud – La chapelle de Wôlinak a été construite en 2007 et avait, au départ, une vocation religieuse. Or, en 2013, le conseil de bande a entamé une réflexion dans le but de valoriser son utilisation et lui donner une connotation plus régionale et culturelle. Ce sera chose faite dans les prochains mois, dans le cadre du 150e anniversaire du Canada.

«Depuis 2013, on regarde vraiment à changer la mission de la chapelle parce qu’à cause de la connotation religieuse, on ne recevait que 4 à 5 événements par année. Disons que ça manquait un peu de vie et que le lieu n’était pas utilisé à son plein potentiel», soutient Dave Bernard, directeur général du conseil des Abénakis de Wôlinak.

Puis, les astres se sont alignés dans les derniers mois, à l’occasion du 150e anniversaire du Canada, célébré en 2017. C’est que Patrimoine Canada offre des subventions et du financement pour l’organisation d’événements et d’activités en lien avec cette célébration.

Le projet de la chapelle cadrait dans les critères et a ainsi été déposé au Fonds Canada 150. Patrimoine Canada a finalement octroyé une somme de 151 000$ pour le projet, qui totalise 205 000$. La balance sera assumée par le Conseil de bande. Il faut dire qu’une partie du projet comprend une mise à niveau de la chapelle, afin de mieux installer la nouvelle exposition qui y sera présentée.

«Patrimoine Canada ne subventionne pas ce qui est en lien avec l’infrastructure, donc la chapelle, mais plutôt le contenu de l’exposition, les salaires reliés à la mise sur pied du projet, etc.», mentionne M. Bernard.

Une exposition à saveur historique

Avant, à l’intérieur de la chapelle, il y avait une petite exposition d’objets religieux. L’an dernier, avec les fouilles archéologiques, se sont ajoutés les objets qui étaient retrouvés.

Cependant, avec la nouvelle exposition, on abordera une toute autre thématique. «Concrètement, on veut faire découvrir l’importance de la première nation des Abénakis de Wôlinak dans la grande histoire du Canada», résume l’historien Mario Marchand, chargé de projet.

À travers une perspective historique autochtone, l’exposition «Mémoire vivante, la rivière au long détour» lèvera le voile sur les véritables enjeux de la fondation de la mission de Bécancour en 1708 et donnera un aperçu de  l’histoire des Abénakis de Wôlinak entre 1600 et 1760.

Il s’agira d’une exposition multimédia et interactive. En effet, on y retrouvera notamment des artéfacts historiques et archéoligiques, des murales illustrant le  territoire ancestral des Abénakis et une reconstitution du  paysage historique de la mission, ainsi qu’un court film d’animation qui présentera une vision globale du mode de vie et de la culture ancestrale des Abénakis de Wôlinak . L’ouverture de l’exposition est prévue le 21 juin, soit lors de la Journée nationale des Autochtones du Canada. L’exposition sera ouverte en permanence jusqu’au 2 septembre, mais les jours et les heures d’ouverture sont encore à déterminer. Pour ce qui est du reste de l’année, on envisage faire une approche auprès des groupes scolaires, entre autres.

La journée du 1er juillet sera aussi soulignée, pour célébrer la Fête du Canada et, du même coup, le 150eanniversaire de la Confédération canadienne.

Un lieu de mémoire
Mario Marchand estime qu’il n’y a pas vraiment de lieu de culture à Wôlinak. «On est surtout dans la culture orale; on n’a pas de véritable lieu de mémoire ou d’espace de commémoration», croit-il, ajoutant qu’avec les changements apportés, la chapelle deviendra ainsi un lieu de mémoire.

Dans la préparation de l’exposition, le conseil de bande souhaite faire participer les gens de la communauté et entend également impliquer les jeunes, notamment avec un concours de décoration de tipis, qui seront installés sur le terrain de la chapelle.

«La chapelle ne conservera donc pas sa connotation religieuse, sinon que la «coquille» de la bâtisse. Par contre, un portion de l’histoire de la mission est, en quelque sorte, liée à la religion», font valoir les deux intervenants.

Dave Bernard indique que le fait de miser désormais sur un espace culturel plutôt que religieux permettra plus facilement d’intégrer la chapelle dans un circuit touristique, par exemple.

Source : http://www.lecourriersud.com/actualites/2017/4/19/une-nouvelle-vocation-pour-la-chapelle-de-wolinak.html

1104, 2017

W Fashion Show | A fifth expected edition (in French only)

Dans quelques jours se tiendra, pour une cinquième année consécutive, le Projet W. Cet événement, qui se veut à la fois artistique et environnemental, permettra aux jeunes participants, âgés entre 2 et 17 ans, de défiler sur la passerelle en portant fièrement leurs créations, fabriquées principalement à partir de matériaux recyclés.

En effet, le 22 avril prochain, dès 19h, les jeunes du Projet W présenteront la cinquième édition de leur défilé au Centre des arts populaires de Nicolet. Comme cette édition se déroule le soir même du Jour de la Terre, il allait de soi que les jeunes créateurs abénakis portent leurs propres créations fabriquées de manière à respecter le développement durable.

Tel que le mentionne Jenny M’Sadoques Benoit, coresponsable du Projet W, « cet événement a pour but de démontrer aux gens de la région le savoir-faire de ces jeunes ainsi que la conscience environnementale dont ils ont fait preuve tout au long  du processus de création des vêtements faits à partir de divers matériaux recyclés. »

« Le défilé est une vitrine qui permet aux communautés de Wôlinak et d’Odanak de rayonner positivement au niveau régional », souligne Valérie Laforce, adjointe à la direction des services sociaux et responsable du Projet W.

Les billets sont actuellement en prévente au coût de 8$ au bureau du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, à Wôlinak, ainsi qu’à la salle familiale d’Odanak. Il sera également possible de vous en procurer à la porte le soir même du défilé, et ce, au coût de 10$.

Les différentes espèces en péril au cœur du projet

Pour une deuxième année consécutive, grâce à l’implication de Myriam Beauchamp, chargée de projets en changements climatiques au Bureau du Ndakinna du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, le projet W tentera de sensibiliser les participants ainsi que le public à une cause environnementale. Cette année, en plus de devoir respecter les objectifs du développement durable, le projet a comme préoccupation les différentes espèces en péril présentes au Québec, au Canada et à travers le monde. En tout, une vingtaine d’espèces connues et moins connues seront présentées au public lors du défilé grâce à divers objets promotionnels offerts sur place, à une vidéo et même grâce à la décoration de la salle.

Ce projet est une initiative du Service à l’Enfance et à la Famille des Premières Nations (SEFPN) du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, en collaboration avec le Bureau du Ndakinna.

203, 2017

17th Edition of Aboriginal Science Fair in Odanak

The 17th annual Quebec Aboriginal Science Fair will be taking place March 28 to 30, 2017, in Odanak.

The Kiuna Institution and the Quebec Aboriginal Science and Engineering Association (QASEA) have joined forces to organize this year’s provincial science competition, under the theme Where Knowledge Enlightens, for students from First Nations and Inuit communities in Quebec.

For more information, here’s the the enclosed release.

1312, 2016

ANNUAL GENERAL ASSEMBLY OF THE GCNWA

gcnwa_avis-de-convocation_eng

2911, 2016

OFFICIAL OPENING | ODANAK NEW LIBRARY

affiche-ouverture-de-la-bibliotheque-2

2010, 2016

The yellow perch situation disturbs the Abenaki

perchaudeThe yellow perch (m8m8lamagaws) situation in Lake Saint-Pierre is disturbing. The Nation’s fishing community recognizes that the population is decreasing, they are smaller in size and their habitat is rapidly deteriorating. This species is very important to the Nation’s people who have been harvesting them since time immemorial. Recently, the Abenakis of Odanak and Wôlinak Councils passed a resolution to support any action to preserve the yellow perch population and its habitats along Lake Saint-Pierre. The Odanak and Wôlinak Environment and Land Office and the Ndakinna Office (GCNWA) recommend you learn more about the issue through the following link: https://gcnwa.com/en/yellowperch/.

2206, 2016

Ms. Alanis Obomsawin is named Grand Officer by the Ordre National du Quebec

Alanis Obomsawin

Today, Ms. Alanis Obomsawin is named Grand Officer by the Ordre National du Quebec. The Grand Council of the Waban-Aki Nation thanks this worthy representative of the Abenaki nation. By her works, she has spread the knowledge and consciousness of our nation all around the world.

Congratulations!

 

For more details about this news, click here.

 

3003, 2016

APTN needs YOU!

Cayenne Productions are looking for real and thrilling emergency situations involving First Nation people.

Casting.indd

3003, 2016

NEWSLETTER – SPRING 2016

Here’s the Spring 2016 edition of the GCNWA newsletter. Enjoy your reading!

CLICK HERE

2202, 2016

Descheneaux’s case | Withdrawal of appeal

BREAKING NEWS – The Attorney General of Canada withdrew his inscription in appeal in the Descheneaux’s case, filed on September 2nd, 2015  at the Superior Court of Québec.

PRESS RELEASE

DESCHENAUX’S CASE EXPLICATIVE TEXT TABLE

DESCHENAUX’S CASE SUMMARY

1412, 2015

Happy Holidays!

Please note that the office will close at 5:00 pm , on Thursday, December 17th . We’ll be back on Monday, January 4th, 2016.

On behalf of our entire team, happy Holidays to everyone!

911, 2015

Consultation on the TransCanada Energy East Pipeline Project

Consultation_Oléoduc ÉnergieEst_ENG

2608, 2015

Midi-Culture

midi-culture

2608, 2015

Atelier Éco

ateliereco

2508, 2015

Inauguration of the new offices

Last night, the team of the Council of the Abenakis of Odanak officially inaugurated its new administrative offices, revealing the result of extensive work begun last October.

The team of the Grand Council of the Waban-Aki Nation is proud to have participated in this project in the best interest of all of the Abenaki  community of Odanak.

Again, congratulations!

© Crédit photo: François Beaudreau, L’Annonceur