AFFICHE-W-2019-622x1024

Project W, the show | A seventh edition all new

Project W, the show | A seventh edition all new

In a few days, Project W – The show will amaze you with its brand new concept. Unlike previous years, when the W project offered an evening in the form of a fashion show, this spring’s event will focus on Abenaki cultural richness through the fusion of the various talents of the Abenaki. In addition, participants of all ages will be on stage to present performances inspired by the traditions of their Nation. Translated with www.DeepL.com/Translator

It is at the Nicolet Centre des arts populaires, on May 4, at 7 p.m., that members of the Abenaki communities of Odanak and Wôlinak will present the results of the work they have accomplished over the past few weeks. Whether it is through an art exhibition, a video or a performance of traditional dance, song or drumming, everything that will be presented during this evening will testify to the pride that participants show in the cultural richness of the Abenaki nation. Translated with www.DeepL.com/Translator

During this evening, the public can expect a unique experience thanks to what the W project team has reserved for them. Whether it is through the tribute dedicated to the elders or through the colourful performances that will be presented to them throughout the evening, spectators will undoubtedly be amazed to see the extent of Abenaki talent. As Marc-Olivier O’Bomsawin, co-lead of Project W, points out, “the purpose of this event is to ensure that people in the region can witness not only the talent of the participants, but also their strong feelings of belonging and pride felt through their involvement in this project. »

“Thanks to the W show and the positive values it conveys, the communities of Wôlinak and Odanak have the opportunity to shine at the regional level,” says Michel Thibeault, Director of Social Services and co-responsible for the W Project.

Tickets are currently in pre-sale at a cost of $8 at the Waban-Aki Nation Grand Council office, Wôlinak and the Odanak family room. It will also be available at the door on the evening of the parade for $10.

This project is an initiative of the First Nations Child and Family Service (FNCFS) of the Grand Council of the Waban-Aki Nation in collaboration with the Health Centres and Band Councils of Odanak and Wôlinak.

Un regard synthèse sur l’histoire de la forêt et des Abénakis de Wôlinak (In French only)

De gauche à droite: Alain O’Bomsawin, conseiller au Conseil des Abénakis d’Odanak; Daniel G. Nolett, directeur général du Conseil des Abénakis d’Odanak; Dave Bernard, directeur général du Conseil des Abénakis de Wôlinak; Pierre St-Yves, producteur-cinéaste et Mario Marchand, historien.

Le Conseil des Abénakis de Wôlinak, en association avec le Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, ainsi que la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour, Parcs Canada, le Secrétariat aux affaires autochtones, l’honorable Donald Martel, le CN, Culture Centre-du-Québec et les Productions HDS présentaient le tout nouveau projet de capsules vidéo historiques intitulées « Les Abénakis de Bécancour d’hier à aujourd’hui », ce vendredi 14 septembre, à la Petite Chapelle Ste-Thérèse de Wôlinak.

Depuis près de deux décennies, les Abénakis de Wôlinak sont associés à différents projets de recherches scientifiques en lien avec la mise en valeur de la culture autochtone. Tout récemment, avec la création d’un centre d’interprétation portant sur l’histoire de la mission de Bécancour et la publication du livre La forêt des deux mondes : Représentations collectives et transformation du paysage (1534-1934), le Conseil des Abénakis de Wôlinak s’est résolument inscrit dans la diffusion de son patrimoine.

Pour donner suite à ces réalisations et grâce à un financement de l’ordre de 12 000$ provenant des différents partenaires nommés précédemment, le lancement d’aujourd’hui présentait les deux premières capsules vidéo d’une série de quatre portant sur l’histoire des Autochtones de la région, en particulier celle des Abénakis de Wôlinak. Pour la réalisation de ce projet, les Abénakis ont fait appel à deux professionnels reconnus dans leur domaine respectif. Il s’agit de l’historien Mario Marchand et du producteur-cinéaste Pierre St-Yves. Outre la participation de professionnels de la culture autochtone, le documentaire met de l’avant des témoignages de membres de la communauté de Wôlinak. D’une durée totale d’environ 20 minutes, la production prend la forme de capsules vidéo, chacune d’elle portant sur un thème en particulier :

  •  Les Abénakis des premiers temps
  • Les Abénakis et les missions
  • Le troc des cultures
  • La forêt des deux mondes

Une fois l’ensemble du documentaire complété en novembre prochain, il sera possible de visionner les quatre capsules historiques en intégralité sur le web.

Un mois de septembre rempli au Musée des Abénakis! (In French only)

Au Musée des Abénakis, le mois de septembre rime avec films, documentaires et courts métrages autochtones! En lien direct avec sa mission muséale, quatre activités de projections sont prévues en septembre afin d’engager et de permettre le développement d’un dialogue entre la culture autochtone et les visiteurs.

Ayant amorcé sa grande tournée estivale le 26 juin dernier, le Wapikoni mobile sera de passage au Musée des Abénakis le mercredi 5 septembre prochain, de 11 h à 17 h. Les visiteurs sont invités à venir découvrir des courts métrages de réalisateurs autochtones de la relève!

Les jeudi 13, 20 et 27 septembre à 19 h, il y aura des présentations extérieures de documentaires et de films autochtones. Apportez vos chaises et laissez-vous émouvoir par ces présentations! De plus, suite à ces projections, vous serez invités à échanger avec les réalisateurs ou cinéastes de ces films et documentaires percutants!

Le 13 septembre sera présenté le film « Le Dep », réalisé par Sonia Bonspille-Boileau, membre de la nation mohawk de la Confédération Haudenosaunee. Ce drame psychologique raconte l’histoire d’une jeune femme innue qui est victime d’un vol à main armée, alors qu’elle travaille dans le dépanneur de son père, dans une petite communauté autochtone. Le 20 septembre, nous découvrirons, à travers le documentaire « Ce silence qui tue », de la cinéaste abénakise Kim O’Bomsawin, la réalité troublante du silence qui entoure le phénomène des femmes autochtones assassinées ou disparues au Canada. Les projections se termineront le 27 septembre avec la présentation du documentaire « Waseskun » du réalisateur Steve Patry qui dévoile le quotidien de cet établissement de détention alternatif unique pour hommes ayant un passé trouble et violent, provenant de différentes communautés autochtones.

Ces activités sont entièrement gratuites, mais nous vous suggérons fortement de réserver votre place en communiquant rapidement avec la réception du Musée des Abénakis au 450 568-2600 ou par courriel au groupes@museeabenakis.ca.

 

CONSULTATION SUR L’AVENIR MINIER : LE COMITÉ DE CITOYENS DÉPOSE SES RECOMMANDATIONS À LA MRC DES SOURCES (In French only)

Le comité de citoyens de la MRC des Sources a dévoilé aujourd’hui ses recommandations visant à déterminer des zones d’exclusion minière et les conditions d’encadrement des activités à caractère minier, incluant la valorisation des haldes de l’ancienne mine Jeffrey. Par ces recommandations, le comité a cherché à favoriser un milieu de vie dynamique et résilient, un climat social harmonieux et la vitalité économique de la région.

Recommandations des citoyens

Pour émettre ses recommandations, le comité formé de neuf citoyennes et citoyens s’est basé sur une vision d’une société durable et résiliente, et les objectifs de l’Agenda 21 de la MRC.

Parmi les faits saillants, le comité de citoyens accorde à la MRC un rôle de catalyseur et d’initiateur d’un processus concerté pour établir une synergie entre les acteurs du milieu communautaire économique et institutionnel autour d’une vision commune. Le comité lui recommande de créer un processus d’accueil pour étudier et orienter tout nouveau projet à caractère minier à s’harmoniser avec la vision de développement de la MRC. Ce processus inclut l’établissement d’un comité de citoyens permanent pour servir de lieu de réflexion pour poser des questions et réaliser des recherches pertinentes pour évaluer l’acceptabilité sociale des projets potentiels.

L’accès à l’eau potable est une préoccupation importante pour les membres du comité et ils suggèrent des stratégies pour demander un maximum de protection des aires d’approvisionnement en eau potable, non seulement en milieu urbain, mais également en milieu rural.

La protection de l’activité agricole est également une priorité pour le comité, car elle est une partie intégrante de l’identité et de l’économie régionale.

Une autre recommandation du comité de citoyens est d’entamer le processus de demande de statut de conservation de zones riches en biodiversité afin de pouvoir éventuellement les faire reconnaître comme territoire incompatible avec l’activité minière.

Par ailleurs, les citoyens préconisent le développement d’activités de valorisation des haldes minières plutôt que le développement de nouvelles mines étant donné que les infrastructures sont déjà en place et que les ressources minérales sont sorties de terre. Le comité de citoyens perçoit l’exploitation des haldes comme étant respectueuse du développement durable, si elle est assujettie à des conditions claires et un encadrement rigoureux. Selon un citoyen, « il est important qu’on apprenne des erreurs du passé, c’est-à-dire qu’on prenne notre temps et qu’on fasse toutes les analyses nécessaires ». Parmi les conditions, le comité préconise aussi que tout comité de suivi puisse posséder des ressources financières et une autonomie suffisante pour commander des études indépendantes.

Les recommandations seront disponibles au cours des prochains jours sur le site du GRAPPC : www.cegepmontpetit.ca/GRAPPC et de la MRC des Sources : http://www.mrcdessources.com/.

Un processus par consensus informé

Notons que les membres du comité ont été recrutés via un appel public à volontaires et sélectionnés selon des caractéristiques sociodémographiques, géographiques ainsi que leurs disponibilités. Les participants du comité sont Jocelyne Bergeron-Pinard (Saint-George-de-Windsor), John Eggena (Saint-Adrien), Nicole Goudreau (Asbestos), Roger Gratton (Wotton), Timon Janzing-Bachelet (Ham-Sud), Lyne Lamontagne (Saint-Camille), Jocelyn Létourneau (Danville), Caroll McDuff (Danville), Nicolas Soumis (Saint-Camille).

Le comité d’aménagement de la MRC des Sources souhaitait recevoir les recommandations des citoyens concernant l’avenir minier souhaité pour la région, incluant la valorisation des haldes minières et les critères pour la désignation de territoires incompatibles. Suivant la méthode de la consultation par consensus informé, les citoyens ont participé à trois journées d’autoformation et d’échanges, à la suite desquelles ils ont pu poser des questions à des experts et personnes-ressources, en plus de s’informer de manière individuelle. Lors d’un forum public tenu le 9 juin 2108, ces experts ont été à leur tour invités à présenter leur point de vue et à échanger sur ces questions avec les membres du comité, des élus municipaux et des citoyens de la MRC.

Le comité de pilotage

Ce projet est issu d’une collaboration de deux institutions collégiales et des chercheurs universitaires. Le Groupe de recherche appliquée sur les processus participatifs et collaboratifs (GRAPPC) du cégep Édouard-Montpetit dirige le projet, alors que l’animation des rencontres est assurée par le Centre d’étude en responsabilité sociale et écocitoyenneté (CÉRSÉ). Des professeurs de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, de l’Université du Québec à Chicoutimi et de l’Université de Montréal participent au projet en partenariat avec la Fédération des municipalités du Québec. Ce projet est rendu possible grâce au soutien financier du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.

DOCUMENT FINAL: Recommandations issues de la consultation par consensus informé par le comité de citoyens

Une année record pour la 7e édition du cocktail-bénéfice du Musée des Abénakis! (In French only)

Plus de 125 amis et partenaires du Musée des Abénakis se sont réunis le 22 mars dernier pour participer à la septième édition de son cocktail-bénéfice annuel. Grâce à la présence des convives ainsi qu’à la généreuse contribution de 30 commanditaires, le Musée des Abénakis est très heureux d’annoncer qu’il a amassé la somme de 33 500 $ (24 000$ de profit net) qui permettra de contribuer à ses missions éducatives et culturelles. Il s’agit du plus gros montant amassé par le Musée des Abénakis lors d’une activité- bénéfice.

À nouveau cette année, les participants de la soirée ont pu découvrir la richesse artistique et culinaire des Premières Nations et se sont plongés dans la culture contemporaine des Abénakis. Pour une septième année, la découverte culinaire de la soirée a été confiée au chef Steve Bissonette du restaurant La Sagamité, de Wendake. Les invités ont pu découvrir des hors-d’oeuvre peu communs tels qu‘un carpaccio de bison fumé sur taro, un tartare de cerf au paprika fumé et un magret de canard fumé au physalis, pour ne nommer que ces trois bouchées! Ils ont également eu l’occasion d’échanger entre eux au rythme de la musique électro de Geronimo Inutiq, un DJ inuk, qui a su égayer, pour la seconde année consécutive, la soirée.

Notre célèbre encan silencieux était également de retour – et sa réputation n’est plus à faire! En effet, les 14 pièces d’artistes et artisans autochtones et allochtones proposées ont ravi l’ensemble des invités ; c’est plus de 6 000$ qui ont été amassés grâce à la vente d’œuvres ! En fin de soirée, des tirages ont permis à 13 personnes chanceuses de remporter de magnifiques prix, dont un voyage à Essipit comprenant deux nuitées en condo ainsi qu’une croisière aux baleines, un souper 5 services au restaurant La Sagamité pour deux personnes, une nuitée à l’hôtel Montfort de Nicolet avec accès au spa nordique, deux nuitées en chalet EXP dans l’un des parcs nationaux de la SÉPAQ ainsi qu’un casque d’écoute Bose.

Le Musée des Abénakis tient à remercier chaleureusement tous ses partenaires – plus particulièrement ses commanditaires majeurs BLG, Desjardins caisse de Nicolet, RBC, Conseil des Abénakis de Wôlinak et la SAQ – ainsi que ses convives, sans qui cet événement n’aurait pas connu un aussi grand succès!

Le Musée des Abénakis est subventionné par le ministère de la Culture et des Communications et le Conseil des Abénakis d’Odanak.

Une toute première programmation culturelle pour le Musée (In French only)

Le Musée des Abénakis a fièrement dévoilé sa première programmation culturelle pour le printemps 2018. De mars à juin, le Musée présentera 7 activités ludiques, vivantes, enrichissantes et diversifiées qui plairont à tous. Ces différentes activités où seront invités petits et grands permettront aux participants de vivre une rencontre culturelle captivante.

Le Musée en mode « FAMILLE »

Au Musée des Abénakis : on se relâche!
Le vendredi 9 mars, raquettes aux pieds, venez parcourir le sentier Koak d’Odanak en compagnie d’un biologiste qui vous enseignera à reconnaitre les traces laissées par les animaux. De retour au Musée, réchauffez-vous en cuisinant et dégustant une délicieuse bannique, puis créez un magnifique vitrail coloré que vous pourrez rapporter à la maison. Cette activité familiale est offerte au coût de 10 $ (8 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak).

Mategwas et le sucre!
Le samedi 7 avril, laissez-vous raconter comment les Abénakis ont découvert le sirop d’érable par la conteuse Christine Sioui Wawanoloath et partez à la rencontre de Mategwas, le lièvre. Aidez-le à retrouver les œufs de Pâques qu’il a cachés un peu partout au Musée ! Cette activité adaptée pour les enfants de 2 à 8 ans est offerte au coût de 8 $ (5 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak).

Bec et Museau au Musée
Le dimanche 29 avril, rencontrez de véritables oiseaux de proie vivants ! Apprenez-en davantage sur ces bêtes à plumes grâce à l’animation Chouette à voir! de l’Union québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie (UQROP). Échangez ensuite avec Monsieur Antoine Martineau-Rousseau, un technicien de la faune, biologiste et trappeur professionnel, qui saura vous transmettre sa passion pour les animaux à fourrure du Québec. Cette activité est au coût de 10 $ (8 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak).

Le Musée en mode « TRANSMISSION DE SAVOIR-FAIRE »

Wampum : enfilade de coquillages blancs
Le samedi 24 mars, en compagnie d’un artiste pluridisciplinaire qualifié, découvrez l’importance complexe des wampums ainsi que leur signification. Confectionnez ensuite votre propre bracelet perlé. Un atelier enrichissant pour les gens âgés de 16 ans et plus qui possèdent une fibre créative ou simplement un intérêt envers ces fabuleuses perles tubulaires. Cette activité vous est proposée au coût de 15 $ (10 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak).

Le Musée en mode « SAVEURS DES PREMIÈRES NATIONS »

Nd’adbokwa : je cuisine
Le 20 mai, concoctez en équipe et dégustez des mets inspirés des Premières Nations, de l’entrée au dessert, puis rassemblez-vous avec des membres de Femmes Autochtones du Québec pour participer à un cercle de discussion. Cette activité adaptée pour les gens de 14 ans et plus est offerte au coût de 15 $ (10 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak).

Soirée poésie
Le jeudi 7 juin en soirée, profitez de la vue que vous offre la rivière St-François et assistez à une soirée de poésie autochtone. Musique et apéro vous accompagneront lors de cette soirée extérieure où vous serez plongé dans l’univers des poètes des Premières Nations. Cette activité est offerte au coût de 20 $ (15 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak).

Le Musée en mode « PORTES OUVERTES »

Le samedi 16 juin, profitez de nos portes ouvertes pour découvrir le Musée, ses expositions et son spectacle multimédia « la Création du monde ». Venez à la rencontre d’artistes et d’artisans abénakis et goûtez à des mets traditionnels. Cette activité est ouverte et gratuite pour tous.

Pour l’ensemble des activités (sauf l’activité portes ouvertes), il faut réserver votre place puisqu’elles sont limitées. Si vous souhaitez vous inscrire à une ou plusieurs activités, vous êtes invités à communiquer avec la réception du Musée des Abénakis au 450 568-2600 ou par courriel au groupes@museeabenakis.ca.

VOUS ÊTES ABÉNAKIS ET VOUS PRATIQUEZ DES ACTIVITÉS DE CHASSE, DE TRAPPE OU DE PÊCHE AU LAC SAINT-PIERRE? (In French only)

Si oui, nous souhaitons vous inviter à prendre part à la recherche sur la cohabitation des usages agricoles et fauniques au lac Saint-Pierre intitulée : Les enjeux de gestion agriculture-faune au lac Saint-Pierre : application de la méthode Q à l’analyse des opinions des acteurs.

Cette recherche est menée par Mme Ann Lévesque et M. Jérôme Dupras, deux chercheurs de l’Université du Québec en Outaouais (UQO). L’objectif de cette recherche est de mieux comprendre les opinions et les préoccupations des acteurs vis-à-vis de l’agriculture au lac Saint-Pierre. Par ce fait même, l’étude vise à soutenir les acteurs du lac Saint-Pierre à mieux comprendre leurs différences et leurs affinités pour favoriser une cohabitation entre les activités agricoles et la conservation des milieux naturels.

Ces 2 chercheurs aimeraient solliciter votre participation à un entretien d’une durée de 60 à 90 minutes qui consistera à classer des énoncés dans une grille graphique d’appréciation et à répondre à quelques questions ouvertes. Si vous souhaitez participer à cette recherche sur une base volontaire, je vous invite à prendre contact avec la chercheuse principale par téléphone au 819-595-3900, poste 2942, ou par courriel à leva26@uqo.ca pour convenir d’un lieu et d’un moment pour cet entretien.

Vous pouvez aussi contacter David Bernard, agent de recherche du Bureau du Ndakinna, par téléphone au 819-294-1686, poste 1221, ou par courriel à davidbernard@gcnwa.com pour toute question relative au projet.

Avec votre accord, tous les propos recueillis lors de cet entretien seront enregistrés et une photo de votre classement final sera prise, mais seulement la chercheuse principale, son directeur de recherche et le GCNWA pourront les consulter. Votre nom ne sera jamais divulgué et les bandes enregistrées ainsi que la photo de votre classement seront gardées sous clés dans le bureau de la chercheuse principale à l’UQO, en plus d’être détruites cinq ans après la fin du projet.

Votre participation est essentielle à l’aboutissement de la recherche et vos connaissances et vos opinions pourront grandement aider le Grand Conseil de la Nation Waban-Aki à mieux vous représenter lors de consultations territoriales et dans la réalisation de différents projets de gestion du territoire.

Nous vous remercions pour l’intérêt que vous avez envers ce projet de recherche,

Wlinwi,

Le Bureau du Ndakinna – Grand Conseil de la Nation Waban-Aki

2017 Rights and Freedoms Award: the Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse announces the recipients of the Award dedicated to the Rights of Indigenous Peoples

The 2017 Rights and Freedoms Award will be presented to eight initiatives that have promoted the recognition and respect of Indigenous peoples rights throughout Québec, announced today the Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.

The Commission has chosen the theme of Indigenous rights to mark the 10th anniversary of the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples.

We congratulate the eight recipients for their exceptional contribution to the recognition and advancement of Indigenous rights among their communities, their Nations and throughout Québec”, has declared Camil Picard, Acting President of the Commission. “These recipients have been selected by an outstanding jury because of their great involvement. I want to take this opportunity to thank the jury for contributing to the success of the 2017 Rights and Freedoms Award”.

The jury members are Viviane Michel, President of Quebec Native Women, Béatrice Vaugrante, Executive Director of Amnistie internationale Canada francophone, Ghislain Picard, Chief of the Assembly of First Nations of Quebec and Labrador, and Alexandre Bacon, cofounder of Cercle KISIS.

The Award will be presented during a ceremony held on December 10 that will be streamed live on the Commission’s YouTube channel starting at 11:00 am. The recipients are the following :

  • The Ndakinna Office of the Grand Conseil de la Nation Waban-Aki documents traditional uses and occupation of the Ndakinna territory by the W8banakiak people (Abenakis) in order to ensure protection for their ancestral rights. The Office’s consultations have help build constructive dialogue between promoters, organizations and government ministries in favour of Nation members and to be the voice of the W8banakiak people throughout the territorial planning process.
  • The Atikamekw Nehirowisiw Declaration of Sovereignty seeks to raise awareness of and ensure the recognition of Atikamekw Nehirowisiw ancestral rights within the general population of Québec and Canada. This declaration has helped to emphasize Atikamekw presence on the territory during traditional activities and has fostered a new respect from non-Indigenous users.
  • The Centre des Premières Nations Nikanite de l’Université du Québec à Chicoutimi provides Indigenous UQAC students a welcoming place that offers the guidance and educational support they need to foster their academic success, in keeping with their culture. The Nikanite Centre also educates the academic community and the general public about Indigenous realities and cultures.
  • The poetry of Natasha Kanapé Fontaine, poet/performer, actress, visual artist and Indigenous and environmental rights activist. Kanapé Fontaine is an Innu from Pessamit, in Québec’s Côte-Nord region. Her artistic and literary approach aims to bring people from different origins together through dialogue, discussion, sharing of values, and through the “tanning of hides”, a metaphor for scratching below imperfect thoughts and consciences.
  • The Institut Tshakapesh’s Sous le Shaputuan program offers awareness activities are open both to youth in elementary, high schools, colleges, universities, and to the general public throughout Québec. Over the past 10 years, the Institut Tshakapesh’s Sous le Shaputuan program has introduced more than 100,000 young people of all ages to Innu culture.
  • The Montréal First Peoples Festival is an annual ten-day event held on unceded Mohawk territory for the past 27 years. The stated purpose of this annual cultural event is to foster kinship among peoples and respect for differences in a spirit of friendship. It is a place where cultures can meet and reconciliation can occur.
  • Avataq Cultural Institute is a non-profit charity organization incorporated in 1980 with an all-Inuit Board of Directors living in Nunavik. Its mandate is to protect and promote Inuit language and culture so that Inuktitut and Inuit culture may be preserved for present and future generations. Avataq has continually returned to seek out and consult the wisdom and leadership of Inuit Elders, and to this day is guided by the concerns, hopes, and long-term vision expressed by Elders.
  • Sébastien Grammond, judge to the Federal Court, and Christiane Guay, associate professor at the Université du Québec en Outaouais and a social worker, have been working, for nearly ten years, to expand knowledge regarding governance in Indigenous communities in the field of youth protection, an area that remains poorly documented in francophone Indigenous communities. Their work has, among other things, contributed to recognize, for the first time in Québec, Indigenous legal traditions, including customary Aboriginal adoption.

Presented since 1988 on the occasion of International Human Rights Day marking the adoption of the Universal Declaration on Human Rights December 10, 1948, the Rights and Freedoms Award is each year to an organization or an individual as a public recognition for exceptional achievement or commitment to the defence of human rights and freedoms.

The Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (Human Rights and Youth Commission) ensures the promotion and respect of the principles set out in the Québec Charter of Human Rights and Freedoms. It also ensures that the interests of children are protected and that their rights recognized in the Youth Protection Act are respected and promoted. In addition, the Commission oversees compliance with the Act respecting Equal Access to Employment in Public Bodies.