WÔLINAK AURA SA PISCINE INTÉRIEURE (in French only)

La piscine sera annexée au Gym Formule Fitness, derrière le bâtiment existant. ©(Photo TC Media – Sébastien Lacroix)

Des travaux débuteront prochainement, derrière le Gym Formule Fitness de Wôlinak, en vue de construire un nouveau bâtiment qui abritera une piscine de 32 pieds par 16 pieds.

L’endroit possédera aussi deux cuves de nage de 6 pieds par 10 pieds, qui permettra aux nageurs de travailler davantage en résistance à l’aide d’un élastique. Il s’agit d’une méthode offrant la chance de s’améliorer notamment au niveau technique.

Le projet est estimé à 434 000$, dont 175 000$ proviennent du Programme d’infrastructure communautaire de Canada 150 (PIC150). Une portion de 10% du budget, équivalant à 43 400$, est assumée par le Conseil des Abénakis de Wôlinak et le Secrétariat aux affaires autochtones fournit la différence. Par ailleurs, l’initiative est aussi soutenue par le Centre de santé de Wôlinak, qui a des fonds pour l’organisation d’activités.

«C’est un besoin qui a été véhiculé par des gens de la communauté et des environs. Depuis la fermeture de la piscine de l’école secondaire Les Seigneuries, à Saint-Pierre-les-Becquets, c’est quelque chose qui manque et on a décidé de répondre à ce besoin qui est non-assouvi pour l’instant», exprime Dave Bernard, directeur général du Conseil des Abénakis de Wôlinak.
Il précise toutefois que le Conseil est ouvert aux partenariats qui pourraient se conclure éventuellement.

Le bâtiment abritant la piscine, les cuves de nage et un sauna sera annexé au Gym. Ainsi, les vestiaires seront communs pour les deux sphères d’activité. Les travaux devraient être terminés pour le mois de décembre, car le projet doit être délivré au plus tard le 31 décembre 2017.

Un article de Joanie Mailhot du Courrier Sud

UPDATE – DESCHENEAUX CASE

On August 3, 2015, Madam Justice Chantal Massse of the Québec Superior Court ruled in the Descheneaux case that most of the registration rules in the Indian Act to be invalid because they discriminate on the basis of sex when granting “Indian status” and therefore violate the Canadian Charter of Rights and Freedoms.

However, Justice Masse suspended the effect of her declaration of invalidity for 18 months in order to giver Parliament time to amend the Indian Act and make it compliant with the Charter.

Justice Masse’s decision did not give anyone a new right to status: instead, she ruled it was up to Parliament and not the Court to change the Indian Act. If Parliament did not act before the deadline, registration under the Indian Act would simply cease for almost everyone.

The government finally introduced its proposed amendments in the Senate in late October 2016, entitled Bill S-3, but the Senate Committee on Aboriginal Peoples asked the Minister of Indian and Northern Affairs to conduct better consultation and eliminate all sex discrimination from the registration rules.In January 2017, the government obtained an extension of its deadline to July 3rd from Justice Masse, but only presented its revised amendments to the Senate in May 2017.

The Senate decided Bill S-3 does not go far enough and on June 1st adopted amendments – referred to as “6(1)(a) all the way” – that would give the same status to all descendants of a woman who lost her status if they were born before the new rules came into effect in 1985. However, the Minister said she would oppose this change when Bill S-3 came before the House of Commons.

After the Minister’s lawyers told Justice Masse that they would not use the June 19th hearing date set aside for a motion to extend the suspension, the lawyers for Stéphane Descheneaux, Susan and Tammy Yantha and the Abenaki brought their own motion. On June 20th, Justice Masse refused to grant the extension, ruling that the court could not become involved in dispute between the House of Commons and the Senate.

On June 21st, the House of Commons adopted Bill S-3 without the “6(1)(a) all the way” amendments and sent it back to the Senate, but on June 22nd, the Government Representative in the Senate adjourned debate on Bill S-3 and both the House of Commons and the Senate adjourned for the summer.

In the last week of June the government presented its own motion and asked Justice Masse to extend the suspension of her declaration of invalidity till December 26, but Justice Masse ruled on June 27th that nothing had changed since her previous decision and denied Canada’s motion.

The government filed an appeal on the issue of extending the suspension, which will be heard in Montreal on August 9th. Until then, a safeguard order issued by Justice Nicholas Kasirer of the Québec Court of Appeal – with the consent the lawyers for Descheneaux, the Yanthas and the Abenaki – allows the Registrar to continue to apply the existing registration rules in the Indian Act.

REDÉCOUVRIR UN HÉRITAGE TROP PEU CONNU (in French only)

Le Centre communautaire Saint-Pierre (CCPS) organise, dans le cadre du 150eanniversaire du Canada, une semaine de sensibilisation à la culture autochtone du 31 juillet au 3 août au presbytère de l’église Saint-Pierre, à Drummondville.

C’est grâce à une subvention de 23 160 $ du gouvernement du Canada que le projet a pu voir le jour. «Pendant quatre jours, les citoyens vont acquérir une grande ouverture d’esprit et de respect mutuel à la suite de ces rencontres. Ça leur permettra de découvrir l’histoire, les mœurs et la vie quotidienne des autochtones», a avoué Florence Benedicte du Conseil de bande des Abénakis d’Odanak.

La programmation comporte deux volets qui sont offerts gratuitement aux participants. Le premier, destiné aux 400 enfants qui fréquentent les camps de jour, fera découvrir l’artisanat amérindien par la fabrication de colliers, de bourses et de bâtons de parole. L’animation sera faite par le Musée des Abénakis et la boutique Le Wigwam.

Le second volet s’adresse à toute la population. À partir de 16 h tous les jours les participants pourront assister à des démonstrations de fabrication de tambours, de capteurs de rêves, de paniers et de mocassins. En soirée, dès 18 h 30, les contes et légendes amérindiennes, animés par Christine Siwi Wawanolett, feront découvrir un tout autre univers de la tradition amérindienne. De plus, tous les soirs, une cérémonie du Grand Conseil se tiendra à partir de 19 h 30. Cette cérémonie avait lieu avant les séances du Grand Conseil pour préparer le corps et l’esprit afin qu’ils puissent prendre les meilleures décisions pour la communauté. Pour clôturer cette cérémonie, il y aura une signature d’un traité de paix pour tous les peuples de la terre. Roger Robertson, représentant de la nation Micmac, animera la cérémonie.

Le 3 août, journée du 45e anniversaire du Festival de l’épi du CCSP, de 16 h à 20 h, les enfants de Drummondville pourront participer aux ateliers d’artisanat amérindien. De plus, tous les ateliers de fabrication les contes et légendes et la cérémonie du Grand Conseil seront également tenus lors de la soirée du Festival de l’épi. Les objets fabriqués dans le cadre des ateliers du soir feront l’objet d’un tirage à la fin de chacune des soirées.

«Kwaï (Bonjour en Abénakis). Le peuple Abénakis est fier et accueillant. Une trentaine d’enfants visiteront le Musée des Abénakis à Odanak afin de faire découvrir notre culture. Nous sommes heureux de participer à cette semaine de sensibilisation à la culture autochtone», a conclu Mathieu O’Bomsawin-Gauthier, directeur général du musée.