Publications – Babillard

/Publications – Babillard

TOUTES LES PUBLICATIONS

Levée du moratoire sur la perchaude: les Abénakis disent non, mais…

Une article de BRIGITTE TRAHAN, paru dans Le Nouvelliste – 30 janvier 2019

© Archives – Le Nouvelliste

Le Conseil des Abénakis d’Odanak dit non à la levée du moratoire sur la perchaude que demande l’Association des pêcheurs du lac Saint-Pierre. Il estime toutefois qu’une étude sur l’impact réel des cormorans à aigrette sur la ressource représenterait une donnée fort intéressante à explorer dans ce dossier.

Rappelons que l’Association des pêcheurs a fait parvenir aux municipalités riveraines du lac Saint-Pierre de même qu’au Conseil des Abénakis d’Odanak, il y a quelques semaines, une demande d’appui par résolution visant à réclamer au gouvernement du Québec la levée du moratoire sur la pêche à la perchaude. Cette demande est assortie d’une étude réalisée par un biologiste à la retraite de Nicolet, Raymond Faucher, qui contredit complètement les études réalisées par un groupe de scientifiques dirigés par le professeur Pierre Magnan de l’UQTR, une sommité en matière d’écosystèmes aquatiques en eau douce.

Les municipalités riveraines ont commencé à répondre à cette requête et il appert que les opinions sont présentement partagées parmi les élus. Certaines municipalités préfèrent suivre les recommandations officielles du Comité aviseur scientifique, comme c’est le cas de Trois-Rivières et Nicolet. Bécancour est en analyse, ne se sentant pas en mesure de trancher dans ce qu’elle considère comme un débat d’experts et Louiseville a dit oui étant donné l’impact dévastateur du moratoire sur son économie de tourisme de plein air.

Les Abénakis d’Odanak, de Wôlinak de même que le Grand conseil de la nation Waban-Aki ont demandé à leurs biologistes respectifs de lire le rapport Faucher. Dans les trois cas, les biologistes ont indépendamment recommandé de ne pas demander la levée du moratoire et préfèrent s’en tenir aux conclusions du comité scientifique mené par le professeur Magnan, indique le directeur général du Conseil des Abénakis d’Odanak, Daniel G. Nolett. « Les trois sont arrivés à la même conclusion », dit-il.

« Même si les chiffres datent, on veut prendre l’approche de la prudence », explique-t-il.

Les Abénakis sont toutefois sensibles à certaines conclusions qui se trouvent dans le rapport Faucher, en particulier la question des cormorans à aigrette qui, selon le rapport Faucher, représenteraient « le principal vecteur du déclin et de la rupture du stock de la perchaude » au lac Saint-Pierre. Ce rapport indique que le cormoran à aigrette a consommé à lui seul 30 % et 50 % du recrutement du stock au lac Saint-Pierre.»

« On ne dit pas non pour dire non », assure M. Nolett. « On est sensible à certains des arguments de M. Faucher. » Le directeur général croit qu’il y a peu de documentation concernant l’effet des cormorans sur les jeunes perchaudes.

« La Nation souhaiterait être partenaire », dit-il, si le ministère ou un autre porteur de ballon veut pousser la recherche à ce sujet. Les Abénakis, qui font déjà de nombreux travaux en matière de protection de l’environnement, sont prêts à «l’assister dans un projet de recherche. »

M. Nolett précise toutefois que la situation actuelle de la perchaude découle d’une combinaison de plusieurs facteurs, dont la dégradation de l’environnement. «Ce n’est pas juste un élément. C’est le cumul de différents facteurs», dit-il.

Le Conseil d’Odanak attend la résolution du Conseil de Wôlinak afin « qu’une lettre soit envoyée par le bureau de Suzie O’Bomsawin du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki aux autorités pour faire part de la décision et de la volonté d’explorer les autres points », dit-il.

Rappelons qu’un deuxième moratoire de 5 ans sur la pêche à la perchaude au lac Saint-Pierre a été imposé en 2017 afin de protéger cette ressource qui vit un important déclin. Les pêches sportive et commerciale s’en trouvent toutes deux très affectées.

Dans une entrevue accordée au Nouvelliste en décembre dernier, le professeur Pierre Magnan avait expliqué que la pression exercée par les cormorans ne peut expliquer à elle seule l’absence des jeunes perchaudes qui devraient poursuivre la reproduction. Selon lui, l’écosystème du lac Saint-Pierre est présentement tellement dégradé que les larves de perchaudes ne survivent pas à l’hiver. « Elles n’atteignent pas la taille limite pour pouvoir vivre de leurs réserves », avait-il expliqué. Rappelons que la culture intensive sur les rives du lac Saint-Pierre est un des facteurs pointés du doigt par les scientifiques pour expliquer cette situation.

En mars 2018, le gouvernement du Québec avait annoncé l’injection de 14 millions $ afin de restaurer les habitats fauniques et de rechercher des pratiques agricoles durables. En juillet, Québec créait également le Pôle d’expertise multidisciplinaire en gestion durable du littoral du lac Saint-Pierre en collaboration avec l’UQTR, l’Université McGill et l’Université Laval. Son mandat consiste à développer des pratiques agricoles durables sur les rives du lac Saint-Pierre.

Les Abénakis d’Odanak, pour leur part, ont déjà réalisé avec succès, depuis 2014, plusieurs aménagements fauniques qui ont favorisé la perchaude.

Source: https://www.lenouvelliste.ca/actualites/levee-du-moratoire-sur-la-perchaude-les-abenakis-disent-non-mais-77dc82b6cf6ce058e62aa72c75de2845

PROGRAMMATION – CARNAVAL D’HIVER D’ODANAK

Vous pouvez maintenant consulter la programmation de l’édition 2019 du Carnaval d’hiver d’Odanak.

Le Bureau environnement et terre d’Odanak, le Centre de santé d’Odanak, le Conseil des Abénakis d’Odanak ainsi que le SEFPN vous attendent en grand nombre le 9 février prochain!

Partenariat entre le Musée des Abénakis et la Maison Merry de Magog

L’entente a été signée en présence de Denyse Desjardins (Maison Merry), Geneviève Treyvaud (Grand conseil de la Nation Waban-Aki), Patricia Lachapelle (Musée des Abénakis), Sophie Charbonneau (Maison Merry), Suzie O’Bomsawin (Grand conseil de de la Nation Waban-Aki), Geneviève Dorion Bélisle (Maison Merry) et Vicky Desfossés-Bégin (Musée des Abénakis).

L’équipe de la Maison Merry de Magog a conclu une entente avec le Grand conseil de la Nation Waban-Aki et le Musée des Abénakis, le 20 novembre dernier, concernant sa prochaine exposition temporaire.

Celle-ci sera consacrée à la nation abénakise et sera inaugurée au printemps 2020.

Il faudra environ deux ans pour le mettre sur pied puisque les partenaires seront impliqués dans toutes les étapes du processus, dont la recherche, l’élaboration du concept, la scénarisation, le design et la rédaction des textes.

« Nous souhaitons mettre en valeur la contribution de la nation abénakise à l’histoire de Magog », affirme la directrice générale de la Maison Merry, Sophie Charbonneau. Cette dernière explique que les Cantons-de-l’Est font partie du territoire ancestral de ce peuple. Les fouilles archéologiques sur le site de la Maison Merry en 2013, 2015 et 2017 ont mis à jour plusieurs artefacts témoignant de la présence autochtone à Magog. Cet emplacement, situé à l’intersection des rues Principale Ouest et Merry Nord, se révèle comme un endroit de choix pendant des milliers d’années pour les Autochtones sur la route menant du Nord au Sud.

Source: Le Courrier Sud 

NOUVEAU SERVICE – AVIS À LA POPULATION D’ODANAK

INSCRIPTION PAR TÉLÉPHONE

Les personnes qui n’ont pas accès à Internet et qui désirent s’inscrire par téléphone, peuvent appeler au Conseil des Abénakis d’Odanak en composant le 450-568-2810 poste 0.

ATELIER SUR LES SUCCESSIONS ET TESTAMENTS

GRAND TROC DE NOËL

COMMUNIQUÉS ET AVIS

AVIS IMPORTANT À LA POPULATION

MISE À JOUR – CAUSE DESCHENEAUX

Le 3 août 2015, madame la juge Chantal Massse de la Cour supérieure du Québec a décidé dans la cause Descheneaux que la plus grande partie des règles d’inscription dans la Loi sur les Indiens sont invalides en raison de la discrimination fondée sur le sexe dans l’octroi du « statut d’Indien » et violent donc la Charte canadienne des droits et libertés.

La juge Masse a néanmoins suspendu l’effet de sa déclaration d’invalidité pour une période de 18 mois afin de permettre au Parlement d’amender la Loi sur les Indiens et la rendre conforme à la Charte.

La décision de la juge Masse n’a donné un nouveau droit au statut à personne car elle a jugé qu’il revenait au Parlement et non pas à la Cour de changer la Loi sur les Indiens. Si le Parlement n’agissait pas avant la date butoir, l’inscription sous la Loi sur les Indiens cesserait simplement, sauf de rares exceptions.

Le gouvernement a finalement présenté ses amendements proposés au Sénat à la fin octobre 2016, intitulés projet de loi S-3, mais le Comité sénatorial sur les peuples autochtones a demandé au Ministre des Affaires indiennes et du Nord de tenir une meilleure consultation et d’éliminer des règles d’inscription toute la discrimination fondée sur le sexe. En janvier 2017, le gouvernement a obtenu de la juge Masse une prolongation de son délai jusqu’au 3 juillet, mais il a seulement présenté ses amendements révisés au Sénat en mai 2017.

Le Sénat a décidé que le projet de loi S-3 ne va pas assez loin et le 1er juin, il a adopté des amendements – appelés « 6(1)a) tout au long » (“6(1)(a) all the way”) – qui donneraient le même statut à tous les descendants d’une femme ayant perdu son statut nés avant l’entrée en vigueur des nouvelles règles en 1985. Par contre, la Ministre a déclaré qu’elle s’opposerait à ce changement lorsque le projet de loi S-3 serait devant la Chambre des communes.

Après que les avocats de la Ministre aient informé la juge Masse qu’ils ne se serviraient pas de la date d’audience réservée pour le 19 juin pour une requête pour prolonger la suspension, les avocats de Stéphane Descheneaux, de Susan et Tammy Yantha et des Abénakis ont présenté leur propre requête. Le 20 juin, la juge Masse a refusé d’accorder la prolongation et a décidé que la cour ne pouvait s’immiscer dans un différend entre la Chambre des communes et le Sénat.

Le 21 juin, la Chambre des communes a adopté le projet de loi S-3 sans les amendements « 6(1) a) tout au long » et l’a renvoyé au Sénat, mais le 22 juin le représentant du gouvernement au Sénat a ajourné le débat sur le projet de loi S-3 et tant la Chambre des communes que le Sénat ont ajourné leurs travaux pour l’été.

Dans la dernière semaine de juin, le gouvernement a présenté sa propre requête et demandé à la juge Masse de prolonger la suspension de sa déclaration d’invalidité jusqu’au 26 décembre mais la juge Masse a décidé le 27 juin que rien n’avait changé depuis son dernier jugement et a rejeté la requête du fédéral.

Le gouvernement a interjeté appel sur la question de prolonger la suspension, lequel sera entendu à Montréal le 9 août prochain. Jusqu’à cette date, une ordonnance de sauvegarde accordée par le juge Nicholas Kasirer de la Cour d’appel du Québec – avec le consentement des procureurs de M. Descheneaux, de mesdames Yantha et des Abénakis – permet au Registraire de continuer à appliquer les règles d’inscription actuelles de la Loi sur les Indiens.

Une communauté abénakise à la mémoire bien vivante

Le Conseil des Abénakis de Wôlinak lance fièrement les festivités de la Fête nationale des Autochtones ce mercredi matin en inaugurant officiellement l’exposition « Mémoire vivante, la rivière au long détour » présentée dans le tout nouveau décor de la Petite Chapelle Ste-Thérèse de Wôlinak maintenant transformée en centre d’interprétation grâce aux Fonds Canada 150.

L’ambiti eux projet, réalisé dans le cadre des festivités du 150e anniversaire de la Confédération du Canada, voit le jour grâce au financement de près de 151 000$ octroyés par Patrimoine canadien. « Canada 150 offre l’occasion de souligner la résilience et la fierté des peuples autochtones, ainsi que la richesse de leurs cultures » déclare l’honorable Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien. «Ce nouvel espace culturel permettra aux Canadiens de découvrir une facette importante de l’histoire de la Nation Waban-Aki. » Fier du travail accompli par les membres de sa communauté, le chef,  M. Michel R. Bernard, abonde dans le même sens « Grâce à l’exposition « Mémoire vivante, la rivière au long détour », notre communauté retrouve sa place dans la grande histoire des Premières Nations, ainsi que celles des Peuples fondateurs du Canada. »

Cet événement permet, par la même occasion, de dévoiler une plaque commémorative offerte par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada. Cette plaque historique, qui sera également installée sur la communauté d’Odanak, met en lumière la migration des Abénakis dans la vallée du St-Laurent durant la période coloniale française afin que ces derniers puissent protéger la Nouvelle-France contre les invasions des Anglais sur le territoire.

L’exposition « Mémoire vivante, la rivière au long détour » est présentée gratuitement jusqu’au 4 septembre 2017 à la Petite chapelle Ste-Thérèse située au 10 110 rue Kolipaïo, à Wôlinak. Pour connaître l’horaire complet du centre d’interprétation, veuillez téléphoner au Conseil des Abénakis de Wôlinak en composant le 819-294-6696. C’est donc avec une immense fierté que la communauté Wôlinak invite tous ceux et celles qui le désirent à venir visiter ce tout nouveau lieu rempli d’histoire qui vous fera d’abord vivre un retour dans le temps, mais également un présent bien senti, celui d’une communauté bien vivante.

PRESSE

SEFPN – Nouvelle équipe jeunesse-culture

L’équipe du SEFPN du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki a mis en place un projet pour permettre aux jeunes de la communauté de Wôlinak de s’approprier la culture abénakise.

Lisez l’article complet à ce sujet paru dans le Courrier Sud. 

Par |mars 29th, 2016|Catégories: Actualités, Autres Publications, Presse|Commentaires fermés sur SEFPN – Nouvelle équipe jeunesse-culture

Un écoduc pour les tortues

Voici un projet auquel le Grand Conseil de la Nation Waban-Aki a fièrement participé. Un projet d’une valeur de 80 000$, dont une partie était réservée à la construction d’un écoduc dans le but de protéger les tortues serpentines et peintes présentes sur le territoire.

Plus de détails dans cet article de Marc Rochette du Nouvelliste.

Par |décembre 7th, 2015|Catégories: Actualités, Autres Publications, Presse|Commentaires fermés sur Un écoduc pour les tortues

Inauguration des nouveaux bureaux

Hier soir, l’équipe du Conseil des Abénakis d’Odanak inaugurait officiellement ses nouveaux bureaux administratifs, dévoilant ainisi le résultat des travaux d’envergure amorcés en octobre dernier.

L’équipe du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki est fière d’avoir pris part à ce projet réalisé dans le plus grand intérêt de tous les Abénakis et Abénakises de la communauté d’Odanak.

Encore une fois, félicitations!

© Crédit photo: François Beaudreau, L’Annonceur

Par |juin 30th, 2015|Catégories: Presse|0 commentaire

ACTUALITÉS

Levée du moratoire sur la perchaude: les Abénakis disent non, mais…

Une article de BRIGITTE TRAHAN, paru dans Le Nouvelliste – 30 janvier 2019

© Archives – Le Nouvelliste

Le Conseil des Abénakis d’Odanak dit non à la levée du moratoire sur la perchaude que demande l’Association des pêcheurs du lac Saint-Pierre. Il estime toutefois qu’une étude sur l’impact réel des cormorans à aigrette sur la ressource représenterait une donnée fort intéressante à explorer dans ce dossier.

Rappelons que l’Association des pêcheurs a fait parvenir aux municipalités riveraines du lac Saint-Pierre de même qu’au Conseil des Abénakis d’Odanak, il y a quelques semaines, une demande d’appui par résolution visant à réclamer au gouvernement du Québec la levée du moratoire sur la pêche à la perchaude. Cette demande est assortie d’une étude réalisée par un biologiste à la retraite de Nicolet, Raymond Faucher, qui contredit complètement les études réalisées par un groupe de scientifiques dirigés par le professeur Pierre Magnan de l’UQTR, une sommité en matière d’écosystèmes aquatiques en eau douce.

Les municipalités riveraines ont commencé à répondre à cette requête et il appert que les opinions sont présentement partagées parmi les élus. Certaines municipalités préfèrent suivre les recommandations officielles du Comité aviseur scientifique, comme c’est le cas de Trois-Rivières et Nicolet. Bécancour est en analyse, ne se sentant pas en mesure de trancher dans ce qu’elle considère comme un débat d’experts et Louiseville a dit oui étant donné l’impact dévastateur du moratoire sur son économie de tourisme de plein air.

Les Abénakis d’Odanak, de Wôlinak de même que le Grand conseil de la nation Waban-Aki ont demandé à leurs biologistes respectifs de lire le rapport Faucher. Dans les trois cas, les biologistes ont indépendamment recommandé de ne pas demander la levée du moratoire et préfèrent s’en tenir aux conclusions du comité scientifique mené par le professeur Magnan, indique le directeur général du Conseil des Abénakis d’Odanak, Daniel G. Nolett. « Les trois sont arrivés à la même conclusion », dit-il.

« Même si les chiffres datent, on veut prendre l’approche de la prudence », explique-t-il.

Les Abénakis sont toutefois sensibles à certaines conclusions qui se trouvent dans le rapport Faucher, en particulier la question des cormorans à aigrette qui, selon le rapport Faucher, représenteraient « le principal vecteur du déclin et de la rupture du stock de la perchaude » au lac Saint-Pierre. Ce rapport indique que le cormoran à aigrette a consommé à lui seul 30 % et 50 % du recrutement du stock au lac Saint-Pierre.»

« On ne dit pas non pour dire non », assure M. Nolett. « On est sensible à certains des arguments de M. Faucher. » Le directeur général croit qu’il y a peu de documentation concernant l’effet des cormorans sur les jeunes perchaudes.

« La Nation souhaiterait être partenaire », dit-il, si le ministère ou un autre porteur de ballon veut pousser la recherche à ce sujet. Les Abénakis, qui font déjà de nombreux travaux en matière de protection de l’environnement, sont prêts à «l’assister dans un projet de recherche. »

M. Nolett précise toutefois que la situation actuelle de la perchaude découle d’une combinaison de plusieurs facteurs, dont la dégradation de l’environnement. «Ce n’est pas juste un élément. C’est le cumul de différents facteurs», dit-il.

Le Conseil d’Odanak attend la résolution du Conseil de Wôlinak afin « qu’une lettre soit envoyée par le bureau de Suzie O’Bomsawin du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki aux autorités pour faire part de la décision et de la volonté d’explorer les autres points », dit-il.

Rappelons qu’un deuxième moratoire de 5 ans sur la pêche à la perchaude au lac Saint-Pierre a été imposé en 2017 afin de protéger cette ressource qui vit un important déclin. Les pêches sportive et commerciale s’en trouvent toutes deux très affectées.

Dans une entrevue accordée au Nouvelliste en décembre dernier, le professeur Pierre Magnan avait expliqué que la pression exercée par les cormorans ne peut expliquer à elle seule l’absence des jeunes perchaudes qui devraient poursuivre la reproduction. Selon lui, l’écosystème du lac Saint-Pierre est présentement tellement dégradé que les larves de perchaudes ne survivent pas à l’hiver. « Elles n’atteignent pas la taille limite pour pouvoir vivre de leurs réserves », avait-il expliqué. Rappelons que la culture intensive sur les rives du lac Saint-Pierre est un des facteurs pointés du doigt par les scientifiques pour expliquer cette situation.

En mars 2018, le gouvernement du Québec avait annoncé l’injection de 14 millions $ afin de restaurer les habitats fauniques et de rechercher des pratiques agricoles durables. En juillet, Québec créait également le Pôle d’expertise multidisciplinaire en gestion durable du littoral du lac Saint-Pierre en collaboration avec l’UQTR, l’Université McGill et l’Université Laval. Son mandat consiste à développer des pratiques agricoles durables sur les rives du lac Saint-Pierre.

Les Abénakis d’Odanak, pour leur part, ont déjà réalisé avec succès, depuis 2014, plusieurs aménagements fauniques qui ont favorisé la perchaude.

Source: https://www.lenouvelliste.ca/actualites/levee-du-moratoire-sur-la-perchaude-les-abenakis-disent-non-mais-77dc82b6cf6ce058e62aa72c75de2845

Par |janvier 30th, 2019|Catégories: Actualités, Presse|Commentaires fermés sur Levée du moratoire sur la perchaude: les Abénakis disent non, mais…

PROGRAMMATION – CARNAVAL D’HIVER D’ODANAK

Vous pouvez maintenant consulter la programmation de l’édition 2019 du Carnaval d’hiver d’Odanak.

Le Bureau environnement et terre d’Odanak, le Centre de santé d’Odanak, le Conseil des Abénakis d’Odanak ainsi que le SEFPN vous attendent en grand nombre le 9 février prochain!

Par |janvier 23rd, 2019|Catégories: Actualités|Commentaires fermés sur PROGRAMMATION – CARNAVAL D’HIVER D’ODANAK

Partenariat entre le Musée des Abénakis et la Maison Merry de Magog

L’entente a été signée en présence de Denyse Desjardins (Maison Merry), Geneviève Treyvaud (Grand conseil de la Nation Waban-Aki), Patricia Lachapelle (Musée des Abénakis), Sophie Charbonneau (Maison Merry), Suzie O’Bomsawin (Grand conseil de de la Nation Waban-Aki), Geneviève Dorion Bélisle (Maison Merry) et Vicky Desfossés-Bégin (Musée des Abénakis).

L’équipe de la Maison Merry de Magog a conclu une entente avec le Grand conseil de la Nation Waban-Aki et le Musée des Abénakis, le 20 novembre dernier, concernant sa prochaine exposition temporaire.

Celle-ci sera consacrée à la nation abénakise et sera inaugurée au printemps 2020.

Il faudra environ deux ans pour le mettre sur pied puisque les partenaires seront impliqués dans toutes les étapes du processus, dont la recherche, l’élaboration du concept, la scénarisation, le design et la rédaction des textes.

« Nous souhaitons mettre en valeur la contribution de la nation abénakise à l’histoire de Magog », affirme la directrice générale de la Maison Merry, Sophie Charbonneau. Cette dernière explique que les Cantons-de-l’Est font partie du territoire ancestral de ce peuple. Les fouilles archéologiques sur le site de la Maison Merry en 2013, 2015 et 2017 ont mis à jour plusieurs artefacts témoignant de la présence autochtone à Magog. Cet emplacement, situé à l’intersection des rues Principale Ouest et Merry Nord, se révèle comme un endroit de choix pendant des milliers d’années pour les Autochtones sur la route menant du Nord au Sud.

Source: Le Courrier Sud 

Par |janvier 14th, 2019|Catégories: Actualités, Presse|Commentaires fermés sur Partenariat entre le Musée des Abénakis et la Maison Merry de Magog

NOUVEAU SERVICE – AVIS À LA POPULATION D’ODANAK

INSCRIPTION PAR TÉLÉPHONE

Les personnes qui n’ont pas accès à Internet et qui désirent s’inscrire par téléphone, peuvent appeler au Conseil des Abénakis d’Odanak en composant le 450-568-2810 poste 0.

Par |janvier 8th, 2019|Catégories: Actualités|Commentaires fermés sur NOUVEAU SERVICE – AVIS À LA POPULATION D’ODANAK

ATELIER SUR LES SUCCESSIONS ET TESTAMENTS

Par |janvier 8th, 2019|Catégories: Actualités|Commentaires fermés sur ATELIER SUR LES SUCCESSIONS ET TESTAMENTS

GRAND TROC DE NOËL

Par |novembre 28th, 2018|Catégories: Actualités|Commentaires fermés sur GRAND TROC DE NOËL

BULLETIN D’INFORMATION

Un spectacle de Florent Vollant pour venir en aide à la rivière Bécancour

L’organisme Verte Irlande, qui anime la programmation culturelle sur le Site patrimonial Holy Trinity à Irlande, organise un grand spectacle bénéfice pour la protection de la rivière Bécancour, en collaboration avec l’Association pour la protection du Lac à la Truite d’Irlande (APLTI).

Il recevront, le 25 mai prochain, le célèbre auteur compositeur interprète innu Florent Vollant, qui a accepté de soutenir à cette cause.

Par-delà la simple levée de fonds (le profits seront versés à l’APLTI), ils souhaitent que cet événement soit une grande mobilisation pour l’environnement et pour la protection de nos cours d’eau.

Les billets sont déjà en vente en ligne à l’adresse suivante: https://lepointdevente.com/billets/vollant-irlande

Vous trouverez plus d’info sur ce spectacle sur leur site web: www.verteirlande.ca

« La langue qui ne voulait pas mourir » | La Fabrique culturelle.tv

En cette Année internationale des langues autochtones, on ne peut imaginer une langue plus menacée que l’abénakis, qui n’est aujourd’hui parlée que par cinq personnes dans le monde. Parmi celles-ci, nous en avons réuni trois: Monique Nolett-Ille, enseignante à la retraite qui a tenu à bout de bras sa langue pendant 12 ans, jusqu’à ce qu’arrive Philippe Charland, un non-autochtone s’étant épris de cette langue au point de devenir l’enseignant de référence. Et puis il y a Daniel G. Nolett, directeur général du Conseil des Abénakis d’Odanak, pilier essentiel de la culture abénakise. Grâce à eux, le miracle de la survie de cette langue belle et complexe se poursuit.

Quant à la relève, elle s’incarne à travers Bianca Gill et Sigwanis Lachapelle, deux jeunes femmes qui continuent leur apprentissage, donnant ainsi espoir que, encore une fois, l’abénakis survivra et continuera de se faire entendre.

Mais pourquoi donc s’obstiner à garder vivante une langue qui n’est plus parlée que par une poignée de personnes? La question ne devrait même pas se poser:

«La langue, c’est la base de la culture. Si on perd la langue, on perd une grosse partie de la culture.» (Daniel G. Nolett)

http://www.kiuna-college.com

CRÉDITS

Coordination: Patrick Douville
Technicienne en production régionale: Stéphanie Collins
Réalisation, montage et caméra: Jean-Luc Daigle
Caméra: Renaud De Repentigny
Prise de son: Pierre Brouillette-Hamelin

Merci à Prudence Hannis et à tout le personnel de l’Institution Kiuna, à Odanak.

Une programmation culturelle diversifiée pour le Musée des Abénakis

Le Musée des Abénakis est heureux d’annoncer le lancement de sa programmation culturelle printanière et estivale 2019. Les activités proposées ont des thématiques diversifiées et surtout, elles sauront satisfaire petits et grands.

W8banaki sawaw8ganal; entre tradition et modernité
Le 18 mai, grâce à l’activité W8banaki sawaw8ganal; entre tradition et modernité, vous découvrirez les particularités des vêtements abénakis à travers le temps, de l’arrivée des Européens à aujourd’hui. Animée par le spécialiste du vêtement, Sylvain Rivard, cette activité vous permettra de comprendre comment les Pow-Wow d’aujourd’hui transforment l’esthétisme des vêtements et comment la symbolique des différentes Nations finit par s’entremêler.

Il s’agit d’une activité gratuite pour tous.

Le 60e Pow-Wow d’Odanak
Les 5, 6 et 7 juillet, profitez du site aménagé dans le quadrilatère historique de la communauté pour échanger avec des membres des Premières Nations. Venez admirer de magnifiques régalias, écouter les chants et la musique de groupes autochtones d’ici et d’ailleurs, regarder des danseurs en action et déguster certains mets traditionnels. De plus, le dimanche 7 juillet, le Musée offre l’entrée à demi-prix pour tous! Saisissez cette occasion et visitez l’exposition l’Indien au-delà d’Hollywood!

L’accès au site du Pow-Wow est gratuit.

Contes et légendes sous un ciel d’Alakwsak
Le 9 août en soirée, lors des Perséides, venez observer les étoiles filantes lors de l’activité de contes et légendes sous un ciel d’Alakwsak « étoiles » en plein air. En compagnie de Nicole O’Bomsawin, vous passerez une agréable soirée près du feu. Vous découvrirez la culture immatérielle des Abénakis, riche en histoire, en anecdotes et en légendes.

Des coûts sont liés à cette activité : 10 $ par adulte (8 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak), 8 $ pour les étudiants de 13 à 18 ans et 5 $ pour les enfants de 5 à 12 ans.

Maalhakws : les Abénakis et le frêne
Finalement, le 14 septembre, l’activité Maalhakws : les Abénakis et le frêne vous plongera dans la vie d’un jeune frêne. Voyez la place occupée par la nature et l’importance de cet arbre dans la culture des w8banakis. Apprenez comment repérer un frêne en forêt, comment en extraire sa fibre et comment travailler avec sa matière. Pour conclure l’activité, tous pourront confectionner de jolies œuvres à partir d’éclisses de frêne.

Des coûts sont liés à cette activité : 15 $ par adulte (12 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak), 8 $ pour les étudiants de 13 à 18 ans et 5 $ pour les enfants de 5 à 12 ans.

Pour l’ensemble de ces activités (sauf pour le Pow-Wow), les inscriptions sont obligatoires, communiquez avec la réception du Musée des Abénakis au 450 568-2600 ou par courriel au [email protected] pour vous inscrire.

AUTRES PUBLICATIONS

UN NOUVEAU DICTIONNAIRE ABÉNAKIS EN LIGNE

Il est en ligne! Le tout nouveau site internet dédié à la langue abénakise permettant de traduire du français à l’abénakis! Cliquez sur le lien suivant pour y accéder: https://dictionnaireabenakis.com/

Bonne consultation!

cindy-bernard_mikwobait_photo

Ouverture officielle | Bibliothèque d’Odanak

affiche-ouverture-de-la-bibliotheque-2https://gcnwa.com/wp-content/uploads/2016/11/Affiche-Ouverture-de-la-bibliothèque-2.pdf

Archéologie : Des découvertes encourageantes à Wôlinak

Fouilles archéologiquesÀ LIRE

Les fouilles qui se sont tenues à Wôlinak et sur les abords de la rivière Bécancour au cours des dernières semaines ont permis de faire plusieurs découvertes qui ont un potentiel archéologique très intéressant.

– Un article de Sébastien Lacroix, Le Courrier Sud