Publications – Babillard

/Publications – Babillard

TOUTES LES PUBLICATIONS

PROGRAMMATION – CARNAVAL D’HIVER D’ODANAK

Vous pouvez maintenant consulter la programmation de l’édition 2019 du Carnaval d’hiver d’Odanak.

Le Bureau environnement et terre d’Odanak, le Centre de santé d’Odanak, le Conseil des Abénakis d’Odanak ainsi que le SEFPN vous attendent en grand nombre le 9 février prochain!

Partenariat entre le Musée des Abénakis et la Maison Merry de Magog

L’entente a été signée en présence de Denyse Desjardins (Maison Merry), Geneviève Treyvaud (Grand conseil de la Nation Waban-Aki), Patricia Lachapelle (Musée des Abénakis), Sophie Charbonneau (Maison Merry), Suzie O’Bomsawin (Grand conseil de de la Nation Waban-Aki), Geneviève Dorion Bélisle (Maison Merry) et Vicky Desfossés-Bégin (Musée des Abénakis).

L’équipe de la Maison Merry de Magog a conclu une entente avec le Grand conseil de la Nation Waban-Aki et le Musée des Abénakis, le 20 novembre dernier, concernant sa prochaine exposition temporaire.

Celle-ci sera consacrée à la nation abénakise et sera inaugurée au printemps 2020.

Il faudra environ deux ans pour le mettre sur pied puisque les partenaires seront impliqués dans toutes les étapes du processus, dont la recherche, l’élaboration du concept, la scénarisation, le design et la rédaction des textes.

« Nous souhaitons mettre en valeur la contribution de la nation abénakise à l’histoire de Magog », affirme la directrice générale de la Maison Merry, Sophie Charbonneau. Cette dernière explique que les Cantons-de-l’Est font partie du territoire ancestral de ce peuple. Les fouilles archéologiques sur le site de la Maison Merry en 2013, 2015 et 2017 ont mis à jour plusieurs artefacts témoignant de la présence autochtone à Magog. Cet emplacement, situé à l’intersection des rues Principale Ouest et Merry Nord, se révèle comme un endroit de choix pendant des milliers d’années pour les Autochtones sur la route menant du Nord au Sud.

Source: Le Courrier Sud 

NOUVEAU SERVICE – AVIS À LA POPULATION D’ODANAK

INSCRIPTION PAR TÉLÉPHONE

Les personnes qui n’ont pas accès à Internet et qui désirent s’inscrire par téléphone, peuvent appeler au Conseil des Abénakis d’Odanak en composant le 450-568-2810 poste 0.

ATELIER SUR LES SUCCESSIONS ET TESTAMENTS

GRAND TROC DE NOËL

NOUVELLE CAPSULE DE LA SÉRIE « LES ABÉNAKIS DE BÉCANCOUR D’HIER À AUJOURD’HUI » EN LIGNE

La troisième capsule vidéo historique intitulée Les Abénakis de Bécancour d’hier à aujourd’hui, réalisée par le producteur-cinéaste Pierre St-Yves, en collaboration avec l’historien Mario Marchand, est maintenant disponible sur le web!

Visionnez-la dès maintenant!

COMMUNIQUÉS ET AVIS

Une toute première programmation culturelle pour le Musée

Le Musée des Abénakis a fièrement dévoilé sa première programmation culturelle pour le printemps 2018. De mars à juin, le Musée présentera 7 activités ludiques, vivantes, enrichissantes et diversifiées qui plairont à tous. Ces différentes activités où seront invités petits et grands permettront aux participants de vivre une rencontre culturelle captivante.

Le Musée en mode « FAMILLE »

Au Musée des Abénakis : on se relâche!
Le vendredi 9 mars, raquettes aux pieds, venez parcourir le sentier Koak d’Odanak en compagnie d’un biologiste qui vous enseignera à reconnaitre les traces laissées par les animaux. De retour au Musée, réchauffez-vous en cuisinant et dégustant une délicieuse bannique, puis créez un magnifique vitrail coloré que vous pourrez rapporter à la maison. Cette activité familiale est offerte au coût de 10 $ (8 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak).

Mategwas et le sucre!
Le samedi 7 avril, laissez-vous raconter comment les Abénakis ont découvert le sirop d’érable par la conteuse Christine Sioui Wawanoloath et partez à la rencontre de Mategwas, le lièvre. Aidez-le à retrouver les œufs de Pâques qu’il a cachés un peu partout au Musée ! Cette activité adaptée pour les enfants de 2 à 8 ans est offerte au coût de 8 $ (5 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak).

Bec et Museau au Musée
Le dimanche 29 avril, rencontrez de véritables oiseaux de proie vivants ! Apprenez-en davantage sur ces bêtes à plumes grâce à l’animation Chouette à voir! de l’Union québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie (UQROP). Échangez ensuite avec Monsieur Antoine Martineau-Rousseau, un technicien de la faune, biologiste et trappeur professionnel, qui saura vous transmettre sa passion pour les animaux à fourrure du Québec. Cette activité est au coût de 10 $ (8 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak).

Le Musée en mode « TRANSMISSION DE SAVOIR-FAIRE »

Wampum : enfilade de coquillages blancs
Le samedi 24 mars, en compagnie d’un artiste pluridisciplinaire qualifié, découvrez l’importance complexe des wampums ainsi que leur signification. Confectionnez ensuite votre propre bracelet perlé. Un atelier enrichissant pour les gens âgés de 16 ans et plus qui possèdent une fibre créative ou simplement un intérêt envers ces fabuleuses perles tubulaires. Cette activité vous est proposée au coût de 15 $ (10 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak).

Le Musée en mode « SAVEURS DES PREMIÈRES NATIONS »

Nd’adbokwa : je cuisine
Le 20 mai, concoctez en équipe et dégustez des mets inspirés des Premières Nations, de l’entrée au dessert, puis rassemblez-vous avec des membres de Femmes Autochtones du Québec pour participer à un cercle de discussion. Cette activité adaptée pour les gens de 14 ans et plus est offerte au coût de 15 $ (10 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak).

Soirée poésie
Le jeudi 7 juin en soirée, profitez de la vue que vous offre la rivière St-François et assistez à une soirée de poésie autochtone. Musique et apéro vous accompagneront lors de cette soirée extérieure où vous serez plongé dans l’univers des poètes des Premières Nations. Cette activité est offerte au coût de 20 $ (15 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak).

Le Musée en mode « PORTES OUVERTES »

Le samedi 16 juin, profitez de nos portes ouvertes pour découvrir le Musée, ses expositions et son spectacle multimédia « la Création du monde ». Venez à la rencontre d’artistes et d’artisans abénakis et goûtez à des mets traditionnels. Cette activité est ouverte et gratuite pour tous.

Pour l’ensemble des activités (sauf l’activité portes ouvertes), il faut réserver votre place puisqu’elles sont limitées. Si vous souhaitez vous inscrire à une ou plusieurs activités, vous êtes invités à communiquer avec la réception du Musée des Abénakis au 450 568-2600 ou par courriel au [email protected].

Vous êtes Abénakis et vous pratiquez des activités de chasse, de trappe ou de pêche au lac Saint-Pierre?

Si oui, nous souhaitons vous inviter à prendre part à la recherche sur la cohabitation des usages agricoles et fauniques au lac Saint-Pierre intitulée : Les enjeux de gestion agriculture-faune au lac Saint-Pierre : application de la méthode Q à l’analyse des opinions des acteurs.

Cette recherche est menée par Mme Ann Lévesque et M. Jérôme Dupras, deux chercheurs de l’Université du Québec en Outaouais (UQO). L’objectif de cette recherche est de mieux comprendre les opinions et les préoccupations des acteurs vis-à-vis de l’agriculture au lac Saint-Pierre. Par ce fait même, l’étude vise à soutenir les acteurs du lac Saint-Pierre à mieux comprendre leurs différences et leurs affinités pour favoriser une cohabitation entre les activités agricoles et la conservation des milieux naturels.

Ces 2 chercheurs aimeraient solliciter votre participation à un entretien d’une durée de 60 à 90 minutes qui consistera à classer des énoncés dans une grille graphique d’appréciation et à répondre à quelques questions ouvertes. Si vous souhaitez participer à cette recherche sur une base volontaire, je vous invite à prendre contact avec la chercheuse principale par téléphone au 819-595-3900, poste 2942, ou par courriel à [email protected] pour convenir d’un lieu et d’un moment pour cet entretien.

Vous pouvez aussi contacter David Bernard, agent de recherche du Bureau du Ndakinna, par téléphone au 819-294-1686, poste 1221, ou par courriel à [email protected] pour toute question relative au projet.

Avec votre accord, tous les propos recueillis lors de cet entretien seront enregistrés et une photo de votre classement final sera prise, mais seulement la chercheuse principale, son directeur de recherche et le GCNWA pourront les consulter. Votre nom ne sera jamais divulgué et les bandes enregistrées ainsi que la photo de votre classement seront gardées sous clés dans le bureau de la chercheuse principale à l’UQO, en plus d’être détruites cinq ans après la fin du projet.

Votre participation est essentielle à l’aboutissement de la recherche et vos connaissances et vos opinions pourront grandement aider le Grand Conseil de la Nation Waban-Aki à mieux vous représenter lors de consultations territoriales et dans la réalisation de différents projets de gestion du territoire.

Nous vous remercions pour l’intérêt que vous avez envers ce projet de recherche,

Wlinwi,

Le Bureau du Ndakinna – Grand Conseil de la Nation Waban-Aki

LANCEMENT DU LIVRE “LA FORÊT DES DEUX MONDES”

C’est ce mercredi, à la Petite Chapelle Ste-Thérèse de Wôlinak, que le Conseil des Abénakis de Wôlinak lançait officiellement le livre scientifique La forêt des deux mondes écrit par monsieur Mario Marchand, historien. Grâce à cette publication, le conseil de bande ajoute ainsi une nouvelle dimension à la diffusion de son patrimoine.

Depuis près de deux décennies, le Conseil des Abénakis de Wôlinak est associé à différents  projets de recherches scientifiques en rapport avec la mise en valeur de la culture et du patrimoine  autochtone. Qu’on se souvienne du projet  Forêt Wataban réalisé en collaboration avec des chercheurs de différentes universités et dont l’objectif visait, entres autres, à initier les élèves  des écoles primaires à  la culture traditionnelle des Autochtones. Plus récemment, avec la recherche archéologique sur le territoire des  Abénakis de Bécancour, ce sont des jeunes étudiants de Wôlinak qui ont été sensibilisés au patrimoine et à la culture de leurs ancêtres.

Pour les Abénakis, comme pour la plupart des nations algonkiennes, la forêt représente toujours  le lieu ancestral de leur culture. En s’associant à l’historien Mario Marchand, c’est un regard critique qui est porté sur l’appropriation  de la forêt par la société moderne.

L’auteur du livre n’en est pas à ses débuts comme promoteur de la culture des Premières Nations dans la région. Au cours de sa carrière,  il a participé à des documentaires et publié des articles sur l’histoire des Autochtones de la Mauricie. Par ailleurs, au service du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, il a réalisé une importante recherche portant sur la définition et les limites du territoire ancestral des Abénakis au Québec. De plus, tout récemment, il a été le maître d’œuvre de la transformation de  la petite chapelle de Wôlinak en centre d’interprétation consacré à l’histoire de la mission des Abénakis de  Bécancour.

Son livre,  La forêt des deux mondes,  se situe dans la mouvance de l’anthropologie historique, c’est-à-dire qu’il aborde l’histoire en considérant des enjeux de société qui demeurent d’actualité.  Les Autochtones y trouvent une place prépondérante, car en tout premier lieu c’est bien de leur histoire qu’il est question dans cette publication. Cependant, cet ouvrage scientifique s’adresse également à tous ceux qui ont un intérêt pour la forêt et pour l’histoire de la Mauricie.

Il sera possible de se procurer le livre au coût de 35$ en appelant au Conseil des Abénakis de Wôlinak (819 294-6696) ou encore, au  Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, (819 294-1686). Le tirage du livre est cependant limité à cent exemplaires.

***
Synopsis du livre La forêt des deux mondes 

La forêt des deux mondes, représentations collectives
et transformation du paysage, Algonkiens et Euro-Canadien
en Mauricie (1534 à 1934).

 

L’historien Mario Marchand s’intéresse au changement culturel et à la transformation du paysage en Mauricie. Son livre traite de l’histoire culturelle de l’environnement concernant deux imaginaires sociaux: celui des Algonkiens et celui des Euro-Canadiens. De plus, les représentations collectives de la forêt sont envisagées comme des idées, des perceptions, voire des concepts qui prennent forme dans les mentalités. La transformation du paysage, quant à elle, traduit le rapport à l’environnement de deux mondes différents, et ce, pendant près de 400 ans.

Le principal objet du livre est la forêt des Autochtones, qui en demeure le fil conducteur. En conséquence, la forêt des Allochtones n’est le plus souvent envisagée que par rapport à l’autre. Redonner aux Autochtones une parole en comparaison des écrits des Allochtones (Blancs) est au cœur de la problématique de ce livre. En effet, pour l’auteur, la parole autochtone a une valeur historique indéniable dans la mesure où elle est mise en corrélation avec les écrits de témoins qui ont côtoyé les Autochtones et qui avaient les qualités nécessaires pour décrire le monde de la forêt.

Le livre La forêt des deux mondes se situe dans la mouvance de l’anthropologie historique, c’est-à-dire qu’il aborde l’histoire en considérant des enjeux de société qui demeurent d’actualité. Les Autochtones y trouvent une place prépondérante, car en tout premier lieu c’est bien de leur histoire qu’il est question dans cette publication. Cependant, cet ouvrage scientifique s’adresse également à tous ceux et celles qui ont un intérêt pour la forêt et pour l’histoire de la Mauricie.

PRESSE

WÔLINAK AURA SA PISCINE INTÉRIEURE

La piscine sera annexée au Gym Formule Fitness, derrière le bâtiment existant. ©(Photo TC Media – Sébastien Lacroix)

Des travaux débuteront prochainement, derrière le Gym Formule Fitness de Wôlinak, en vue de construire un nouveau bâtiment qui abritera une piscine de 32 pieds par 16 pieds.

L’endroit possédera aussi deux cuves de nage de 6 pieds par 10 pieds, qui permettra aux nageurs de travailler davantage en résistance à l’aide d’un élastique. Il s’agit d’une méthode offrant la chance de s’améliorer notamment au niveau technique.

Le projet est estimé à 434 000$, dont 175 000$ proviennent du Programme d’infrastructure communautaire de Canada 150 (PIC150). Une portion de 10% du budget, équivalant à 43 400$, est assumée par le Conseil des Abénakis de Wôlinak et le Secrétariat aux affaires autochtones fournit la différence. Par ailleurs, l’initiative est aussi soutenue par le Centre de santé de Wôlinak, qui a des fonds pour l’organisation d’activités.

«C’est un besoin qui a été véhiculé par des gens de la communauté et des environs. Depuis la fermeture de la piscine de l’école secondaire Les Seigneuries, à Saint-Pierre-les-Becquets, c’est quelque chose qui manque et on a décidé de répondre à ce besoin qui est non-assouvi pour l’instant», exprime Dave Bernard, directeur général du Conseil des Abénakis de Wôlinak.
Il précise toutefois que le Conseil est ouvert aux partenariats qui pourraient se conclure éventuellement.

Le bâtiment abritant la piscine, les cuves de nage et un sauna sera annexé au Gym. Ainsi, les vestiaires seront communs pour les deux sphères d’activité. Les travaux devraient être terminés pour le mois de décembre, car le projet doit être délivré au plus tard le 31 décembre 2017.

Un article de Joanie Mailhot du Courrier Sud

Par |juillet 12th, 2017|Catégories: Actualités, Presse|Commentaires fermés sur WÔLINAK AURA SA PISCINE INTÉRIEURE

Canada 150 : la richesse des cultures autochtones sera au cœur des célébrations

Le gouvernement du Canada appuie deux nouveaux projets communautaires sur les cultures autochtones au Québec.

De gauche à droite: M. Mario Marchand, Mme Florence Benedict, M. Denys Bernard, Mme Mélanie Joly, Mme Anne Bishoff, M. Dave Bernard et M. Louis Plamondon

C’est à Wôlinak que l’honorable Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien, a annoncé le 26 mai dernier le financement de deux nouveaux projets communautaires qui souligneront la richesse des cultures autochtones au Québec dans le cadre de Canada 150.

Le Conseil des Abénakis de Wôlinak a reçu près de 151 000$ pour son projet d’exposition intitulée « Mémoire vivante, la rivière au long détour » soulignant la place d’accueil et le lieu de mémoire de la mission Bécancour/Wôlinak. L’histoire des Abénakis sera, entre autres, mise en valeur par la réalisation de murales figuratives, d’une projection multimédia et d’une exposition d’artéfacts historiques tout au long de la saison estivale, et ce, dès le 21 juin prochain. « Avec l’exposition “Mémoire vivante, la rivière au long détour”, notre communauté retrouve sa place dans la grande histoire des Premières Nations ainsi qu’à Bécancour. » se réjouit M. Michel R. Bernard, chef du Conseil des Abénakis de Wôlinak.

Le Centre communautaire Saint-Pierre, quant à lui, a reçu un montant de 23 160$ pour l’aménagement d’un campement autochtone extérieur situé à proximité de ses installations, et ce, du 31 juillet au 3 août 2017, en collaboration avec le Conseil des Abénakis d’Odanak. En plus de faire connaître la culture autochtone et de favoriser un rapprochement culturel, ce projet initie les jeunes et les familles non autochtones à l’art et à la culture autochtones par la tenue de diverses activités. Comme le mentionne M. Gilbert Fafard, coordonnateur communautaire au Centre communautaire Saint-Pierre « Le campement autochtone extérieur que nous aménagerons en collaboration avec le Conseil des Abénakis d’Odanak permettra le rapprochement culturel entre les Autochtones et les non-Autochtones de la région de Drummondville et du Centre-du-Québec. En plus de favoriser une meilleure connaissance de notre passé et des mœurs des communautés autochtones du Québec, une telle activité nous donne l’occasion de mieux entrevoir notre avenir commun dans le Canada de demain. »

« Aucune relation ne compte plus aux yeux du gouvernement du Canada que celle qu’il entretient avec les peuples autochtones » souligne l’honorable Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien, « C’est pourquoi nous sommes fiers d’appuyer ces deux nouveaux projets communautaires qui permettront aux Canadiens de découvrir toute la richesse et l’histoire des cultures autochtones. Profitons de Canada 150 pour resserrer les liens qui nous unissent afin de léguer un bel héritage aux générations à venir. »

Il est important de rappeler que le gouvernement du Canada a accordé ces financements par l’entremise de Fonds Canada 150. Grâce à ce Fonds, le gouvernement appuie la tenue d’activités tant à l’échelle locale que nationale pour que les Canadiens d’un bout à l’autre du pays soient de la fête et ainsi faire de 2017 une année mémorable.

Par |mai 30th, 2017|Catégories: Actualités, Presse|Commentaires fermés sur Canada 150 : la richesse des cultures autochtones sera au cœur des célébrations

Lancement de Compostage W

Un texte de Marc Rochette pour Le Nouvelliste

Le Traiteur W de Wôlinak vient de lancer officiellement le projet Compostage W.

Sur la photo: Karine Richard, chargée de projet en environnement, Émilie Charest, conseillère en gestion des matières résiduelles, Manon-Lyne Trottier, directrice des opérations pour Traiteur W, le député Marc H. Plante et Stéphane Greffard, du ministère des Affaires autochtones et du Nord Canada. © François Gervais, Le Nouvelliste

Depuis novembre 2015, l’équipe du Bureau environnement et terre du Conseil des Abénakis de Wôlinak, conjointement avec le Défi On recycle de la Chambre de commerce et d’industrie du Coeur-du-Québec, travaillent à l’élaboration de ce projet novateur en développement durable.

Depuis sa création, le Défi souhaitait réaliser des activités de formation et de sensibilisation qui mènent à l’action du compostage dans les écoles du territoire. Or, considérant que le Traiteur W offre le service de cafétéria dans onze écoles de la Commission scolaire de La Riveraine, cette entreprise était une porte ouverte pour l’intégration du compostage des résidus alimentaires issus des cafétérias.

C’est donc lors de la conférence de presse annonçant le nouveau service traiteur de Wôlinak que l’idée de départ a émergé tout naturellement. Ce projet étant le premier de ce genre au Québec, aucune ligne directrice n’était établie.

«Par conséquent, c’est avec une immense fierté que nous pouvons affirmer que ce sont plus de 1500 élèves répartis dans trois écoles ainsi que 20 % de la population de Wôlinak qui ont décidé de participer à ce projet pilote sur une base volontaire. La collecte se fait depuis un peu plus d’un mois dans les écoles et commencera sous peu dans la communauté», ont annoncé Karine Richard et Émilie Charest.

L’amorce de ce projet d’une valeur de près de 160 000 $ a été rendue possible grâce au financement majeur du ministère des Affaires autochtones et du Nord Canada ainsi que celui du Développement durable de l’Environnement et de la Lutte au changement climatique.

De plus, une aide financière non négligeable a été octroyée par le Secrétariat aux Affaires autochtones ainsi que par le Fonds Aluminerie de Bécancour pour les collectivités durables. Finalement, la Régie intermunicipale de gestion intégrée des déchets Bécancour-Nicolet-Yamaska financera pendant une période de trois ans les activités d’information, de sensibilisation et d’éducation dans les écoles.

Dans une optique d’inclusion de la collectivité, le compost récolté sera mis à profit, entre autres, dans des projets de verdissement par les écoles et de la communauté selon la disponibilité et les besoins, le tout gratuitement.

«Nous sommes convaincus que la réalisation de ce projet aura une incidence au-delà de la gestion des matières résiduelles organiques. Il favorisera un sentiment de fierté auprès des jeunes qui participeront, tout d’abord au compostage dans leurs écoles et par la suite à la réalisation de projets verts.

Les initiatives environnementales étant de plus en plus au coeur de la conscience sociale, les jeunes des écoles touchées par le projet auront le sentiment d’accomplir quelque chose d’important pour la communauté centricoise et les générations futures», ont-elles conclu.

Source: http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/affaires/201705/17/01-5099080-lancement-de-compostage-w.php

Par |mai 18th, 2017|Catégories: Actualités, Autres Publications, Presse|Commentaires fermés sur Lancement de Compostage W

Partenariat avec Hydro-Québec : la visite d’une première école!

Il y a un an Hydro-Québec annonçait au Musée des Abénakis qu’il lui octroyait une commandite de 24 000 $ pour permettre à plus de 500 élèves provenant de milieux défavorisés d’avoir accès gratuitement à des activités culturelles enrichissantes. Par le biais du programme éducatif scolaire, les élèves de dix écoles des régions de la Mauricie et du Centre-du-Québec auront l’opportunité d’enrichir leurs connaissances et de consolider les acquis développés à l’école. Ce forfait, d’une durée de 3h, inclut le transport en autobus ainsi que la découverte active des modes de vie de la Première Nation des Abénakis en suivant le cycle des 13 lunes.

La première institution qui a bénéficié de ce partenariat culturel est l’école primaire Saint-Dominique, de Trois-Rivières. Jeudi, le 4 mai dernier, 60 élèves de 3e et 4e année sont venus vivre une rencontre culturelle captivante au Musée des Abénakis. Ces derniers ont entre autres eu la chance de visiter l’exposition permanente du Musée Wôbanaki : peuple du soleil levant qui met en valeur les modes de vie traditionnels et les savoir-faire ancestraux des Abénakis, de devenir apprenti archéologues d’un jour et d’identifier des artéfacts trouvés à Odanak puis de fabriquer un collier perlé; un souvenir avec lequel les élèves sont retournés, sourire aux lèvres, à la maison.

Le Musée des Abénakis

Depuis 1965, le Musée assure la promotion du développement culturel de la Première Nation des Abénakis et la conservation de ses traditions millénaires. Ayant accueilli plusieurs milliers de visiteurs depuis son ouverture, le Musée est un lieu dynamique de diffusion et d’animation éducative et culturelle.

Le Musée des Abénakis est subventionné par le ministère de la Culture et des Communications et le Conseil des Abénakis d’Odanak.

Par |mai 10th, 2017|Catégories: Actualités, Presse|Commentaires fermés sur Partenariat avec Hydro-Québec : la visite d’une première école!

FAIRE HONNEUR AUX ABÉNAKIS

FAIRE HONNEUR AUX ABÉNAKIS

Article paru dans La Tribune, écrit par Alain Goupil

(Sherbrooke) L’apport historique du peuple abénaquis sera coeur des activités du Centre culturel et du patrimoine Uplands de Lennoxville dans le cadre des fêtes du 150e anniversaire du Canada.

Le lancement du projet de Nikitotegwasis à Lennoxville a eu lieu jeudi au Centre culturel et du patrimoine Uplands de Lennoxville. En avant-plan: Mathieu O’Bomsawin, dir. du Musée Abenakis à Odanak et Daniel Gauthier Nolet, dg du Conseil des Abénakis. Derrière: Nancy Robert, dir. d’Uplands, Patricia Lachapelle, archiviste au Musée Abenakis d’Odanak, Marie-Claude Bibeau, députée de Compton-Stanstead, et David Price, prés. du conseil de l’arrondissement de Lennoxville. SPECTRE MÉDIA, JESSICA GARNEAU

À compter du mois de mai et jusqu’à la fin de l’année, le Centre Uplands soulignera la présence des Abénaquis sur le territoire de Lennoxville par l’entremise d’un projet intitulé « De Nikitotegwasis à Lennoxville » grâce auquel les visiteurs pourront se familiariser avec l’art, la culture et les traditions du peuple abénaquis, dont la présence dans le nord-est de l’Amérique remonte à plus de 12 000 ans.

Selon les recherches historiques, Nikitotegwasis ou « petite rivière qui bifurque » servait aux Abénaquis à désigner le territoire actuel de Lennoxville.

Lors du dévoilement du projet, jeudi, au Centre culturel Uplands, le directeur du Musée des Abénakis d’Odanak, Mathieu O’Bomsawin, a rappelé que plusieurs fouilles archéologiques effectuées ces dernières années témoignent de l’occupation du territoire sherbrookois par la nation abénaquise.

« La région de Lennoxville et de Sherbrooke fait partie du territoire traditionnel des Abénakis, a-t-il rappelé. Les fouilles ont permis de mettre au jour des campements et des établissements ici même à Lennoxville. »

Selon M. O’Bomsawin, les Abénakis se sont servis du territoire à des fins commerciales, mais aussi à des fins diplomatiques avec les Canadiens français et anglais, avant de se replier petit à petit vers d’autres territoires. « Le projet de Nikitotegwasis à Lennoxville s’inscrit dans cette démarche de revenir aux sources, de revenir sur notre territoire traditionnel, d’échanger avec les gens et de faire la promotion de la nation abénaquise, de son héritage, de son apport et de sa culture. »

La directrice du Centre Uplands, Nancy Robert, a pour sa part indiqué que le projet aura plusieurs volets et ne sera pas confiné au Centre, situé sur la rue Speid : « Le projet va se déplacer dans les écoles et lors de la Journée de l’amitié. À Uplands, il va y avoir un jardin autochtone avec les trois serres. A l’intérieur, nous allons présenter une exposition d’art autochtone ainsi que sur le 150e anniversaire du Canada. Nous aurons aussi une exposition à l’extérieur à l’automne dans le cadre du mois de la photo, appelée « Régalia, fierté autochtone », qui se tiendra dans le boisé. Tout au long de l’année, il va y avoir des animations au cours de l’été. Les gens vont pouvoir assister à la fabrication de paniers abénaquis, contempler des oeuvres contemporaines et traditionnelles et entendre des contes autochtones »

La députée de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau, a annoncé que le projet a reçu une aide financière de 25 750 $ de Patrimoine Canada, puisque celui-ci s’inscrivait dans le cadre des fêtes du 150e.

« À l’occasion du 150e anniversaire du Canada, on souhaite mettre à l’avant-plan la diversité de nos communautés et l’importante contribution des peuples autochtones et c’est exactement ce que le projet d’Uplands propose », a-t-elle déclaré.

L’arrondissement de Lennoxville a contribué au projet à hauteur de 4000 $, auxquels s’est ajoutée une somme de 1500 $ de la part de la Fondation des Townshippers.

Source: http://www.lapresse.ca/la-tribune/arts/201704/27/01-5092564-faire-honneur-aux-abenakis.php

Par |mai 1st, 2017|Catégories: Actualités, Autres Publications, Presse|Commentaires fermés sur FAIRE HONNEUR AUX ABÉNAKIS

Une autre distinction pour Odanak

La communauté d’Odanak s’est de nouveau attiré les éloges de la Commission de toponymie.

Après avoir reçu un «Coup de cœur», en février dernier, pour la rue Waban‑Aki, qui signifie «peuple du soleil levant», le conseil s’est vu remettre un trophée du Mérite du français lors d’un récent gala de la Commission de toponymie.

Cette distinction fait suite aux démarches entreprises au cours de la dernière année. Le Conseil des Abénakis a approché la Commission afin de faire officialiser le nom des voies de communication situées sur son territoire. C’est la première fois que la Commission reçoit une telle demande de la part des représentants d’une communauté autochtone.

Comme la Charte de la langue française ne s’applique pas sur les réserves indiennes, aucun des noms désignant les voies de communication qui y sont situées n’avait à ce jour été officialisé. Les noms de lieux d’Odanak nouvellement approuvés disposent ainsi d’un générique en français et d’un spécifique en abénakis.

«Les toponymes sont des facteurs d’enracinement pour les citoyens que nous sommes et le travail de la Commission de toponymie veille à témoigner de notre présence sur le territoire québécois. Avec la remise du Mérite du français en toponymie 2017 à la Réserve indienne d’Odanak, notre organisme souligne admirablement la cohabitation entre nos cultures, ainsi que la richesse du patrimoine culturel et l’apport de cette communauté autochtone à notre toponymie», a souligné Robert Vézina, le président de la Commission de toponymie.

Source: http://www.lecourriersud.com/actualites/societe/2017/3/23/une-autre-distinction-pour-odanak.html

Par |mars 27th, 2017|Catégories: Actualités, Autres Publications, Presse|Commentaires fermés sur Une autre distinction pour Odanak

ACTUALITÉS

PROGRAMMATION – CARNAVAL D’HIVER D’ODANAK

Vous pouvez maintenant consulter la programmation de l’édition 2019 du Carnaval d’hiver d’Odanak.

Le Bureau environnement et terre d’Odanak, le Centre de santé d’Odanak, le Conseil des Abénakis d’Odanak ainsi que le SEFPN vous attendent en grand nombre le 9 février prochain!

Par |janvier 23rd, 2019|Catégories: Actualités|Commentaires fermés sur PROGRAMMATION – CARNAVAL D’HIVER D’ODANAK

Partenariat entre le Musée des Abénakis et la Maison Merry de Magog

L’entente a été signée en présence de Denyse Desjardins (Maison Merry), Geneviève Treyvaud (Grand conseil de la Nation Waban-Aki), Patricia Lachapelle (Musée des Abénakis), Sophie Charbonneau (Maison Merry), Suzie O’Bomsawin (Grand conseil de de la Nation Waban-Aki), Geneviève Dorion Bélisle (Maison Merry) et Vicky Desfossés-Bégin (Musée des Abénakis).

L’équipe de la Maison Merry de Magog a conclu une entente avec le Grand conseil de la Nation Waban-Aki et le Musée des Abénakis, le 20 novembre dernier, concernant sa prochaine exposition temporaire.

Celle-ci sera consacrée à la nation abénakise et sera inaugurée au printemps 2020.

Il faudra environ deux ans pour le mettre sur pied puisque les partenaires seront impliqués dans toutes les étapes du processus, dont la recherche, l’élaboration du concept, la scénarisation, le design et la rédaction des textes.

« Nous souhaitons mettre en valeur la contribution de la nation abénakise à l’histoire de Magog », affirme la directrice générale de la Maison Merry, Sophie Charbonneau. Cette dernière explique que les Cantons-de-l’Est font partie du territoire ancestral de ce peuple. Les fouilles archéologiques sur le site de la Maison Merry en 2013, 2015 et 2017 ont mis à jour plusieurs artefacts témoignant de la présence autochtone à Magog. Cet emplacement, situé à l’intersection des rues Principale Ouest et Merry Nord, se révèle comme un endroit de choix pendant des milliers d’années pour les Autochtones sur la route menant du Nord au Sud.

Source: Le Courrier Sud 

Par |janvier 14th, 2019|Catégories: Actualités, Presse|Commentaires fermés sur Partenariat entre le Musée des Abénakis et la Maison Merry de Magog

NOUVEAU SERVICE – AVIS À LA POPULATION D’ODANAK

INSCRIPTION PAR TÉLÉPHONE

Les personnes qui n’ont pas accès à Internet et qui désirent s’inscrire par téléphone, peuvent appeler au Conseil des Abénakis d’Odanak en composant le 450-568-2810 poste 0.

Par |janvier 8th, 2019|Catégories: Actualités|Commentaires fermés sur NOUVEAU SERVICE – AVIS À LA POPULATION D’ODANAK

ATELIER SUR LES SUCCESSIONS ET TESTAMENTS

Par |janvier 8th, 2019|Catégories: Actualités|Commentaires fermés sur ATELIER SUR LES SUCCESSIONS ET TESTAMENTS

GRAND TROC DE NOËL

Par |novembre 28th, 2018|Catégories: Actualités|Commentaires fermés sur GRAND TROC DE NOËL

NOUVELLE CAPSULE DE LA SÉRIE « LES ABÉNAKIS DE BÉCANCOUR D’HIER À AUJOURD’HUI » EN LIGNE

La troisième capsule vidéo historique intitulée Les Abénakis de Bécancour d’hier à aujourd’hui, réalisée par le producteur-cinéaste Pierre St-Yves, en collaboration avec l’historien Mario Marchand, est maintenant disponible sur le web!

Visionnez-la dès maintenant!

Par |novembre 21st, 2018|Catégories: Actualités|Commentaires fermés sur NOUVELLE CAPSULE DE LA SÉRIE « LES ABÉNAKIS DE BÉCANCOUR D’HIER À AUJOURD’HUI » EN LIGNE

BULLETIN D’INFORMATION

LA CCUNESCO RECRUTE DE NOUVEAUX MEMBRES POUR SON GROUPE CONSULTATIF JEUNESSE

La Commission canadienne pour l’UNESCO (CCUNESCO) a des places à combler au sein de son Groupe consultatif jeunesse (GCJ). Ils sont à la recherche de personnes avec des expertises variées. Vous en trouverez la liste dans le formulaire de candidature.

Si vous avez entre 18 et 30 ans et que vous partagez la vision et la mission de l’UNESCO, nous vous invitons à soumettre votre candidature dès maintenant!

Les membres du GCJ jouent un rôle clé pour assurer l’engagement des jeunes dans la mise en œuvre des priorités et programmes de l’UNESCO au Canada. Nous vous invitons à consulter le document en annexe du formulaire d’application pour en savoir plus sur comment les membres du GCJ peuvent contribuer à nos travaux.

Si vous êtes intéressé(e), veuillez soumettre votre formulaire de candidature et votre CV au plus tard le 7 avril 2019 à [email protected].

INSCRIPTION | FORUM « REFORMONS LE CERCLE »

Suite au succès de l’année dernière, le forum est de retour pour une deuxième année consécutive.

INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT! 

Une expérience saisissante pour sensibiliser les jeunes à la violence amoureuse

Dominique Bélanger, la coordonnatrice du projet au Conseil des Abénakis de Wôlinak. Photo : Sébastien Lacroix

Près de 500 jeunes sont passés par «les couloirs de la violence amoureuse» au cours des derniers jour à l’institut Kiuna. Un labyrinthe interactif où ont circulé les élèves de 4e et 5e secondaire pour être sensibilisés aux différentes étapes qui mènent à la violence amoureuse.

Une expérience immersive saisissante, qui se déroule dans un univers multimédia et qui a pour but de leur faire prendre conscience des signes précurseurs. En place du 4 au 21 février, l’activité a accueilli les étudiants des trois écoles secondaires de la Riveraine, du CNDA et quelques groupes communautaires.

En tout, ce sont 16 tableaux qui sont présentés aux jeunes. On traite d’abord des débuts idylliques d’une relation qui s’envenime rapidement par la manipulation et qui va en escalade jusqu’aux menaces et aux voies de fait.

Le tout se termine en présence de deux vrais policiers qui sont sur place pour discuter avec les jeunes. Un premier qui fait une simulation d’une vraie arrestation et un second qui le fait comparaître devant un juge qui prononcera sa sentence.

Les jeunes discuteront ensuite de l’impact de la sentence, mais également sur la vie de la victime et de la réputation de l’agresseur qui sont par la suite à rebâtir.

Une fois que les jeunes ont passé par les couloirs, il y a un court bilan qui est fait pour ne pas les laisser partir comme ça. Une période au cours de laquelle on fait un retour sur la visite et on y présente du vidéo «24 heures texto».

Un suivi se fait aussi dans les écoles avec les intervenants. Dans certains cas, des dénonciations sont enregistrées à la police par la suite. Ça d’ailleurs été le cas d’au moins une jeune fille qui a enregistré une plainte après être passé par l’activité présentée à Odanak, a-t-on pu apprendre sur place.

Les «couloirs de la violence amoureuse» font en tout 35 pieds par 24 pieds. On y trouve des décors qui présentent la réalité des jeunes. Que ce soit la chambre de la jeune fille, sa garde-robe, son journal intime, des casiers, ou encore différents objets tel que des miroirs déformants, des téléphones, des stroboscopes, et des téléviseurs où sont projetées des mises en situation.

Le projet a été implanté en 2008 au Lac Saint-Jean et il se promène un peu partout au Québec depuis ce temps-là. Sa venue dans la région a été financée par le Conseil des Abénakis de Wôlinak et d’Odanak, la Riveraine et le député Louis Plamondon.

«Il y en a que ça les pognes vraiment, ça les déstabilise. D’autres qui trouvent ça plus comique, mais qui rient jaune. En général, ils sortent de là en étant bien au fait de ce qu’est la violence. Il y en a souvent qui vont nous dire, “je connais ça”, “j’ai vécu ça” ou “J’ai été agresseur un moment donné et je me rends compte que ce n’était pas correct ce que je faisais”. D’autres nous ont dit “on vit ça à la maison. Ce sont nos parents qui font ça”.», raconte Dominique Bélanger, la coordonnatrice du projet au Conseil des Abénakis de Wôlinak, qui a fait venir les Couloirs dans la région. Je considère que c’est un succès, autant pour les jeunes que pour les enseignants qui les accompagnent qui seront plus à l’affût de voir si un étudiant va moins bien.»

Source: Le Courrier Sud

 

AUTRES PUBLICATIONS

Projet W, le défilé – Une cinquième édition attendue

Dans quelques jours se tiendra, pour une cinquième année consécutive, le Projet W. Cet événement, qui se veut à la fois artistique et environnemental, permettra aux jeunes participants, âgés entre 2 et 17 ans, de défiler sur la passerelle en portant fièrement leurs créations, fabriquées principalement à partir de matériaux recyclés.

En effet, le 22 avril prochain, dès 19h, les jeunes du Projet W présenteront la cinquième édition de leur défilé au Centre des arts populaires de Nicolet. Comme cette édition se déroule le soir même du Jour de la Terre, il allait de soi que les jeunes créateurs abénakis portent leurs propres créations fabriquées de manière à respecter le développement durable.

Tel que le mentionne Jenny M’Sadoques Benoit, coresponsable du Projet W, « cet événement a pour but de démontrer aux gens de la région le savoir-faire de ces jeunes ainsi que la conscience environnementale dont ils ont fait preuve tout au long  du processus de création des vêtements faits à partir de divers matériaux recyclés. »

« Le défilé est une vitrine qui permet aux communautés de Wôlinak et d’Odanak de rayonner positivement au niveau régional », souligne Valérie Laforce, adjointe à la direction des services sociaux et responsable du Projet W.

Les billets sont actuellement en prévente au coût de 8$ au bureau du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, à Wôlinak, ainsi qu’à la salle familiale d’Odanak. Il sera également possible de vous en procurer à la porte le soir même du défilé, et ce, au coût de 10$.

Les différentes espèces en péril au cœur du projet

Pour une deuxième année consécutive, grâce à l’implication de Myriam Beauchamp, chargée de projets en changements climatiques au Bureau du Ndakinna du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, le projet W tentera de sensibiliser les participants ainsi que le public à une cause environnementale. Cette année, en plus de devoir respecter les objectifs du développement durable, le projet a comme préoccupation les différentes espèces en péril présentes au Québec, au Canada et à travers le monde. En tout, une vingtaine d’espèces connues et moins connues seront présentées au public lors du défilé grâce à divers objets promotionnels offerts sur place, à une vidéo et même grâce à la décoration de la salle.

Ce projet est une initiative du Service à l’Enfance et à la Famille des Premières Nations (SEFPN) du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, en collaboration avec le Bureau du Ndakinna.

EMPLOIS POUR LES ÉTUDIANTS AUTOCHTONES AU CÉGEP OU À L’UNIVERSITÉ

L’Agence de la santé publique du Canada a des postes à combler pour cet été et peut-être à plus long terme!

La Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits (DGSPNI) de Santé Canada souhaite recruter des étudiants autochtones pour travailler à son bureau de Montréal.

Des possibilités sont offertes dans les domaines de l’administration, des finances, des communications, du service à la clientèle, des soins infirmiers, de la santé environnementale et publique et des politiques.

C’est une occasion à saisir pour obtenir un emploi d’été enrichissant et motivant, relié à votre domaine d’étude au sein de la fonction publique fédérale. Vous pourriez aussi devenir éligible pour un emploi dans la fonction publique lorsque vous aurez terminé vos études.

Si vous êtes intéressé(e), vous devez postuler en ligne au Programme fédéral d’expérience de travail étudiant (PFETE) en indiquant « Autochtone » dans la section auto-déclaration à l’équité en matière d’emploi.

Apprenez-en plus sur les programmes de recrutement à Santé Canada et à l’Agence de la santé publique du Canada en CLIQUANT ICI.

Franc succès pour la 6e édition du cocktail-bénéfice du Musée des Abénakis

Amis et partenaires du Musée des Abénakis se sont réunis le 23 mars dernier pour participer à la sixième édition de son événement-bénéfice annuel. Grâce à la présence de la centaine de convives ainsi qu’à de nombreux commanditaires, le Musée des Abénakis est fier d’annoncer qu’il a amassé la somme de 29 000 $ qui permettra de contribuer à ses missions éducatives et culturelles.

À nouveau cette année, les participants de la soirée ont pu découvrir la richesse artistique et culinaire des Premières Nations et se sont plongés dans la culture contemporaine des Abénakis. Pour une sixième année consécutive, la découverte culinaire de la soirée a été confiée au chef Steve Bissonette du restaurant La Sagamité, situé à Wendake. Les invités ont entre autres pu apprécier des bouchées de tartare de wapiti, des brochettes de saucisses de bison et des croustillants de canard confit au rythme de la musique électro de Geronimo Inutiq, un DJ inuit, qui a su égayer la soirée.

Notre encan silencieux était également de retour – et sa réputation n’est plus à faire ! En effet, les 17 pièces d’artistes et artisans autochtones et allochtones proposées ont ravi l’ensemble des invités ; c’est près de 5 000$ qui ont été amassés grâce à l’encan ! En fin de soirée, des tirages de prix ont permis à 4 personnes chanceuses de remporter des forfaits escapades, dont un voyage à Essipit comprenant deux nuitées en condo ainsi qu’une croisière aux baleines, une nuitée à l’Hôtel-Musée des Premières Nations ainsi qu’un souper 5 services au restaurant La Sagamité pour deux personnes, deux nuitées en chalet EXP dans l’un des 5 parcs nationaux de la SÉPAQ ainsi qu’un iPad Air 2.

Le Musée des Abénakis tient à remercier chaleureusement tous ses partenaires – plus particulièrement ses commanditaires majeurs BLG, Desjardins, RBC et la SAQ –  ainsi que ses convives, sans qui cet événement n’aurait pas connu un aussi grand succès !

Le Musée des Abénakis est subventionné par le ministère de la Culture et des Communications et le Conseil des Abénakis d’Odanak.