Publications – Babillard

/Publications – Babillard

TOUTES LES PUBLICATIONS

Un spectacle de Florent Vollant pour venir en aide à la rivière Bécancour

L’organisme Verte Irlande, qui anime la programmation culturelle sur le Site patrimonial Holy Trinity à Irlande, organise un grand spectacle bénéfice pour la protection de la rivière Bécancour, en collaboration avec l’Association pour la protection du Lac à la Truite d’Irlande (APLTI).

Il recevront, le 25 mai prochain, le célèbre auteur compositeur interprète innu Florent Vollant, qui a accepté de soutenir à cette cause.

Par-delà la simple levée de fonds (le profits seront versés à l’APLTI), ils souhaitent que cet événement soit une grande mobilisation pour l’environnement et pour la protection de nos cours d’eau.

Les billets sont déjà en vente en ligne à l’adresse suivante: https://lepointdevente.com/billets/vollant-irlande

Vous trouverez plus d’info sur ce spectacle sur leur site web: www.verteirlande.ca

« La langue qui ne voulait pas mourir » | La Fabrique culturelle.tv

En cette Année internationale des langues autochtones, on ne peut imaginer une langue plus menacée que l’abénakis, qui n’est aujourd’hui parlée que par cinq personnes dans le monde. Parmi celles-ci, nous en avons réuni trois: Monique Nolett-Ille, enseignante à la retraite qui a tenu à bout de bras sa langue pendant 12 ans, jusqu’à ce qu’arrive Philippe Charland, un non-autochtone s’étant épris de cette langue au point de devenir l’enseignant de référence. Et puis il y a Daniel G. Nolett, directeur général du Conseil des Abénakis d’Odanak, pilier essentiel de la culture abénakise. Grâce à eux, le miracle de la survie de cette langue belle et complexe se poursuit.

Quant à la relève, elle s’incarne à travers Bianca Gill et Sigwanis Lachapelle, deux jeunes femmes qui continuent leur apprentissage, donnant ainsi espoir que, encore une fois, l’abénakis survivra et continuera de se faire entendre.

Mais pourquoi donc s’obstiner à garder vivante une langue qui n’est plus parlée que par une poignée de personnes? La question ne devrait même pas se poser:

«La langue, c’est la base de la culture. Si on perd la langue, on perd une grosse partie de la culture.» (Daniel G. Nolett)

http://www.kiuna-college.com

CRÉDITS

Coordination: Patrick Douville
Technicienne en production régionale: Stéphanie Collins
Réalisation, montage et caméra: Jean-Luc Daigle
Caméra: Renaud De Repentigny
Prise de son: Pierre Brouillette-Hamelin

Merci à Prudence Hannis et à tout le personnel de l’Institution Kiuna, à Odanak.

Une programmation culturelle diversifiée pour le Musée des Abénakis

Le Musée des Abénakis est heureux d’annoncer le lancement de sa programmation culturelle printanière et estivale 2019. Les activités proposées ont des thématiques diversifiées et surtout, elles sauront satisfaire petits et grands.

W8banaki sawaw8ganal; entre tradition et modernité
Le 18 mai, grâce à l’activité W8banaki sawaw8ganal; entre tradition et modernité, vous découvrirez les particularités des vêtements abénakis à travers le temps, de l’arrivée des Européens à aujourd’hui. Animée par le spécialiste du vêtement, Sylvain Rivard, cette activité vous permettra de comprendre comment les Pow-Wow d’aujourd’hui transforment l’esthétisme des vêtements et comment la symbolique des différentes Nations finit par s’entremêler.

Il s’agit d’une activité gratuite pour tous.

Le 60e Pow-Wow d’Odanak
Les 5, 6 et 7 juillet, profitez du site aménagé dans le quadrilatère historique de la communauté pour échanger avec des membres des Premières Nations. Venez admirer de magnifiques régalias, écouter les chants et la musique de groupes autochtones d’ici et d’ailleurs, regarder des danseurs en action et déguster certains mets traditionnels. De plus, le dimanche 7 juillet, le Musée offre l’entrée à demi-prix pour tous! Saisissez cette occasion et visitez l’exposition l’Indien au-delà d’Hollywood!

L’accès au site du Pow-Wow est gratuit.

Contes et légendes sous un ciel d’Alakwsak
Le 9 août en soirée, lors des Perséides, venez observer les étoiles filantes lors de l’activité de contes et légendes sous un ciel d’Alakwsak « étoiles » en plein air. En compagnie de Nicole O’Bomsawin, vous passerez une agréable soirée près du feu. Vous découvrirez la culture immatérielle des Abénakis, riche en histoire, en anecdotes et en légendes.

Des coûts sont liés à cette activité : 10 $ par adulte (8 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak), 8 $ pour les étudiants de 13 à 18 ans et 5 $ pour les enfants de 5 à 12 ans.

Maalhakws : les Abénakis et le frêne
Finalement, le 14 septembre, l’activité Maalhakws : les Abénakis et le frêne vous plongera dans la vie d’un jeune frêne. Voyez la place occupée par la nature et l’importance de cet arbre dans la culture des w8banakis. Apprenez comment repérer un frêne en forêt, comment en extraire sa fibre et comment travailler avec sa matière. Pour conclure l’activité, tous pourront confectionner de jolies œuvres à partir d’éclisses de frêne.

Des coûts sont liés à cette activité : 15 $ par adulte (12 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak), 8 $ pour les étudiants de 13 à 18 ans et 5 $ pour les enfants de 5 à 12 ans.

Pour l’ensemble de ces activités (sauf pour le Pow-Wow), les inscriptions sont obligatoires, communiquez avec la réception du Musée des Abénakis au 450 568-2600 ou par courriel au [email protected] pour vous inscrire.

« Passionnés de région » : Suzie O’Bomsawim d’Odanak

Découvrez Suzie O’Bomsawin, directrice du Bureau du Ndakinna du GCNWA, et passionnée de sa région: la communauté d’Odanak.

CLIQUEZ ICI pour écouter la chronique complète.

INVITATION : Penser le lac Saint-Pierre de demain

Citoyens et citoyennes de la communauté d’Odanak, c’est le temps de parler de vos idées de projets pour le lac Saint-Pierre! Pour ce faire, le Comité ZIP et la Table de concertation régionale du lac Saint-Pierre vous invitent à leur forum « Penser le lac Saint-Pierre de demain : usages et biodiversité » les 17 et 18 avril prochain au centre municipal de Sainte-Ursule.

DÉROULEMENT DE L’ÉVÉNEMENT

  • La première journée, des conférenciers dresseront un portrait de l’offre d’activités actuelle autour du lac Saint-Pierre. Parce qu’il y a bien plus que la chasse et la pêche à faire dans cet environnement exceptionnel!
  • La deuxième journée, ce sera à vous de prendre la parole pour partager vos idées, vos commentaires et vos besoins. Les organisateurs seront là pour vous entendre. Tout ce que vous direz servira à élaborer les prochains projets du milieu, de manière à ce que votre vision de l’avenir du lac Saint-Pierre prenne vie!

COMMENT PARTICIPER?
Pour participer, vous pouvez vous procurer des billets à un coût minime à partir du site web ou de l’événement Facebook. Les dîners et pauses-cafés sont inclus.

POUR PLUS D’INFORMATION
Vous pouvez communiquer en tout temps avec le Comité ZIP du lac Saint-Pierre à propos du forum, de vos préoccupations ou de vos idées pour le lac Saint-Pierre au 819 228-1384 ou par courriel à [email protected]

Au plaisir de vous y rencontrer pour planifier activement l’avenir de votre lac Saint-Pierre!

L’équipe du Comité ZIP du lac Saint-Pierre et de la Table de concertation régionale du lac Saint-Pierre

UNE RENCONTRE ENRICHISSANTE POUR LE BUREAU ENVIRONNEMENT ET TERRE DE WÔLINAK

Le bureau Environnement et terre de Wôlinak est fier d’avoir accueilli des membres de la communauté d’Ekuanitshit (située à Mingan, à environ 200 km à l’est de Sept-Iles) pour une visite-conseil en lien avec leur projet Compostage W.

Des dialogues constructifs, un partage d’information et la rencontre d’une équipe dynamique!

L’équipe du Bureau heureux d’avoir fait leur connaissance et espèrent que leurs échanges favoriseront l’essor de leur projet de compostage dans leur communauté.

COMMUNIQUÉS ET AVIS

Les Abénakis et la MRC des Sources s’unissent pour mieux faire rayonner le Mont-Ham

La MRC des Sources et le Grand Conseil de la Nation Waban-Aki (GCNWA) tenaient le public en haleine depuis la tenue d’une mystérieuse annonce de partenariat faite le 30 octobre dernier au Parc régional du Mont-Ham. Près de huit mois plus tard, les deux organisations ont à nouveau convié invités et médias au même endroit pour mettre fin au suspense en dévoilant leurs nouveaux projets et la toute nouvelle image du Parc régional du Mont-Ham.

C’est dans un souci de mise en commun de leurs ressources, et grâce à une contribution non remboursable de 146 850 $ accordée par Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC) en vertu du l’Initiative canadienne de diversification économique des collectivités tributaires du chrysotile et à une subvention du Secrétariat aux affaires autochtones, que le GCNWA et la MRC des Sources ont décidé d’élaborer et de concrétiser un projet porteur pour leurs deux communautés.

Cette collaboration se traduit principalement sous la forme de quatre volets: la création d’un espace multifonctionnel d’interprétation de la présence abénakise sur le territoire; le développement d’un secteur d’hébergement d’inspiration autochtone; la création d’un parcours de découverte en montagne à l’aide de panneaux d’interprétation; et l’élaboration d’outils éducatifs pour les visiteurs.

Cette entente de partenariat a permis l’émergence de ce projet majeur au Parc régional, bonifiant ainsi le caractère actuel du lieu touristique tout en lui donnant une couleur autochtone. Sur place, il est déjà possible de constater plusieurs améliorations d’infrastructures aux accents abénakis. Cette mise en valeur culturelle se distingue entre autres par une nouvelle annexe –l’Espace Abénakis– que les visiteurs pourront venir découvrir dès maintenant. On la retrouve également dans chaque action de promotion grâce à la nouvelle image du Parc régional inspirée de l’étymologie du nom « waban-aki » (ou « abénakis »), qui signifie « Peuple du soleil levant ».

« Je suis très heureux d’annoncer qu’un nouveau jour vient de se lever sur le Parc régional du Mont-Ham. Dans les derniers mois, la MRC des Sources et le Grand Conseil de la Nation Waban-Aki ont réalisé des actions concrètes visant à bonifier l’offre actuelle du Parc régional. Cette offre abénakise est sans conteste une valeur ajoutée à l’ensemble de l’offre touristique de la MRC des Sources et même des Cantons-de-l’Est », affirme M. Hugues Grimard, préfet de la MRC des Sources et maire de la Ville d’Asbestos.

M. Daniel G. Nolett, directeur général du Conseil des Abénakis d’Odanak

M. Denys Bernard, directeur général du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki

Pour M. Daniel G. Nolett, directeur général du Conseil des Abénakis d’Odanak, ce partenariat est une opportunité que la nation abénakise ne pouvait refuser. « C’est un honneur pour les Abénakis de prendre part à un projet représentant fièrement leur Nation. D’autant plus que cette touche traditionnelle rend l’offre touristique unique. » Dave Bernard, directeur général du Conseil des Abénakis de Wôlinak, est tout aussi enthousiaste. « Cette collaboration a déjà des retombées positives pour le développement économique de la Nation. Maintenant que le projet est dévoilé, nous sommes très enthousiastes à l’idée de voir jusqu’où nous mènera ce partenariat. »

L’honorable Navdeep Bains, ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique et responsable de DEC, a souligné sa satisfaction de voir le gouvernement du Canada participer au projet. « Nous sommes déterminés à travailler de près avec tous les ordres de gouvernement – y compris ceux représentants les peuples autochtones. C’est avec fierté que le gouvernement du Canada s’est associé à ce projet d’envergure régionale, dont le succès rejaillira sur l’ensemble de l’économie de la région, mais aussi l’économie canadienne dans son ensemble.  »

Le tout nouvel « Espace Abénakis »

L’honorable Marie-Claude Bibeau, députée de Compton-Stanstead et ministre du Développement international et de la Francophonie, se réjouit également de cette annonce. « En alliant la richesse de la culture abénakise à la beauté naturelle du Parc régional du Mont-Ham, le Grand Conseil de la Nation Waban-Aki et la MRC des Sources démontrent à la fois leur dynamisme, mais aussi la valeur du travail en partenariat pour valoriser la région et ainsi favoriser son développement touristique et économique. »

Un aperçu du futur sentier Waban-Aki aménagé.

En terminant, comme le dit le slogan du Parc régional du Mont-Ham, tous ceux et celles qui désirent constater le fruit de ce nouveau partenariat sont invités à « monter pour voir | Spig8dawa wji namiha »!

Une année record pour la 7e édition du cocktail-bénéfice du Musée des Abénakis!

Plus de 125 amis et partenaires du Musée des Abénakis se sont réunis le 22 mars dernier pour participer à la septième édition de son cocktail-bénéfice annuel. Grâce à la présence des convives ainsi qu’à la généreuse contribution de 30 commanditaires, le Musée des Abénakis est très heureux d’annoncer qu’il a amassé la somme de 33 500 $ (24 000$ de profit net) qui permettra de contribuer à ses missions éducatives et culturelles. Il s’agit du plus gros montant amassé par le Musée des Abénakis lors d’une activité- bénéfice.

À nouveau cette année, les participants de la soirée ont pu découvrir la richesse artistique et culinaire des Premières Nations et se sont plongés dans la culture contemporaine des Abénakis. Pour une septième année, la découverte culinaire de la soirée a été confiée au chef Steve Bissonette du restaurant La Sagamité, de Wendake. Les invités ont pu découvrir des hors-d’oeuvre peu communs tels qu‘un carpaccio de bison fumé sur taro, un tartare de cerf au paprika fumé et un magret de canard fumé au physalis, pour ne nommer que ces trois bouchées! Ils ont également eu l’occasion d’échanger entre eux au rythme de la musique électro de Geronimo Inutiq, un DJ inuk, qui a su égayer, pour la seconde année consécutive, la soirée.

Notre célèbre encan silencieux était également de retour – et sa réputation n’est plus à faire! En effet, les 14 pièces d’artistes et artisans autochtones et allochtones proposées ont ravi l’ensemble des invités ; c’est plus de 6 000$ qui ont été amassés grâce à la vente d’œuvres ! En fin de soirée, des tirages ont permis à 13 personnes chanceuses de remporter de magnifiques prix, dont un voyage à Essipit comprenant deux nuitées en condo ainsi qu’une croisière aux baleines, un souper 5 services au restaurant La Sagamité pour deux personnes, une nuitée à l’hôtel Montfort de Nicolet avec accès au spa nordique, deux nuitées en chalet EXP dans l’un des parcs nationaux de la SÉPAQ ainsi qu’un casque d’écoute Bose.

Le Musée des Abénakis tient à remercier chaleureusement tous ses partenaires – plus particulièrement ses commanditaires majeurs BLG, Desjardins caisse de Nicolet, RBC, Conseil des Abénakis de Wôlinak et la SAQ – ainsi que ses convives, sans qui cet événement n’aurait pas connu un aussi grand succès!

Le Musée des Abénakis est subventionné par le ministère de la Culture et des Communications et le Conseil des Abénakis d’Odanak.

Une toute première programmation culturelle pour le Musée

Le Musée des Abénakis a fièrement dévoilé sa première programmation culturelle pour le printemps 2018. De mars à juin, le Musée présentera 7 activités ludiques, vivantes, enrichissantes et diversifiées qui plairont à tous. Ces différentes activités où seront invités petits et grands permettront aux participants de vivre une rencontre culturelle captivante.

Le Musée en mode « FAMILLE »

Au Musée des Abénakis : on se relâche!
Le vendredi 9 mars, raquettes aux pieds, venez parcourir le sentier Koak d’Odanak en compagnie d’un biologiste qui vous enseignera à reconnaitre les traces laissées par les animaux. De retour au Musée, réchauffez-vous en cuisinant et dégustant une délicieuse bannique, puis créez un magnifique vitrail coloré que vous pourrez rapporter à la maison. Cette activité familiale est offerte au coût de 10 $ (8 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak).

Mategwas et le sucre!
Le samedi 7 avril, laissez-vous raconter comment les Abénakis ont découvert le sirop d’érable par la conteuse Christine Sioui Wawanoloath et partez à la rencontre de Mategwas, le lièvre. Aidez-le à retrouver les œufs de Pâques qu’il a cachés un peu partout au Musée ! Cette activité adaptée pour les enfants de 2 à 8 ans est offerte au coût de 8 $ (5 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak).

Bec et Museau au Musée
Le dimanche 29 avril, rencontrez de véritables oiseaux de proie vivants ! Apprenez-en davantage sur ces bêtes à plumes grâce à l’animation Chouette à voir! de l’Union québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie (UQROP). Échangez ensuite avec Monsieur Antoine Martineau-Rousseau, un technicien de la faune, biologiste et trappeur professionnel, qui saura vous transmettre sa passion pour les animaux à fourrure du Québec. Cette activité est au coût de 10 $ (8 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak).

Le Musée en mode « TRANSMISSION DE SAVOIR-FAIRE »

Wampum : enfilade de coquillages blancs
Le samedi 24 mars, en compagnie d’un artiste pluridisciplinaire qualifié, découvrez l’importance complexe des wampums ainsi que leur signification. Confectionnez ensuite votre propre bracelet perlé. Un atelier enrichissant pour les gens âgés de 16 ans et plus qui possèdent une fibre créative ou simplement un intérêt envers ces fabuleuses perles tubulaires. Cette activité vous est proposée au coût de 15 $ (10 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak).

Le Musée en mode « SAVEURS DES PREMIÈRES NATIONS »

Nd’adbokwa : je cuisine
Le 20 mai, concoctez en équipe et dégustez des mets inspirés des Premières Nations, de l’entrée au dessert, puis rassemblez-vous avec des membres de Femmes Autochtones du Québec pour participer à un cercle de discussion. Cette activité adaptée pour les gens de 14 ans et plus est offerte au coût de 15 $ (10 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak).

Soirée poésie
Le jeudi 7 juin en soirée, profitez de la vue que vous offre la rivière St-François et assistez à une soirée de poésie autochtone. Musique et apéro vous accompagneront lors de cette soirée extérieure où vous serez plongé dans l’univers des poètes des Premières Nations. Cette activité est offerte au coût de 20 $ (15 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak).

Le Musée en mode « PORTES OUVERTES »

Le samedi 16 juin, profitez de nos portes ouvertes pour découvrir le Musée, ses expositions et son spectacle multimédia « la Création du monde ». Venez à la rencontre d’artistes et d’artisans abénakis et goûtez à des mets traditionnels. Cette activité est ouverte et gratuite pour tous.

Pour l’ensemble des activités (sauf l’activité portes ouvertes), il faut réserver votre place puisqu’elles sont limitées. Si vous souhaitez vous inscrire à une ou plusieurs activités, vous êtes invités à communiquer avec la réception du Musée des Abénakis au 450 568-2600 ou par courriel au [email protected].

PRESSE

L’INSTITUTION KIUNA INAUGURE SON NOUVEAU SITE WEB

L’Institution Kiuna est fière de vous annoncer la mise en ligne de son nouveau site web officiel bilingue.

Cette interface permettra à tout internaute, autochtone ou allochtone, d’en apprendre plus sur le projet éducationnel de Kiuna ainsi que sur sa mission, son équipe, ses services, ses programmes et ses diplômés, entre autres.

Vous pouvez accéder au nouveau site web, dès maintenant, via le lien ci-dessous : www.kiuna-college.com

Par |juillet 9th, 2018|Catégories: Actualités, Presse|Commentaires fermés sur L’INSTITUTION KIUNA INAUGURE SON NOUVEAU SITE WEB

Une piscine intérieure est maintenant accessible au Gym Formule Fitness de Wôlinak

Ce vendredi après-midi, le Conseil des Abénakis de Wôlinak inaugure officiellement l’agrandissement du Gym Formule Fitness au sein duquel on retrouve désormais une piscine intérieure chauffée ainsi qu’un spa de nage. Cette infrastructure a pu voir le jour grâce, entre autres, aux subventions accordées par le Secrétariat aux affaires autochtones (SAA) et Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC).

Les travaux d’agrandissement du Gym Formule Fitness afin d’accueillir les nouvelles installations, au coût de de 434 000$, ont débuté au août 2017. Grâce à ces travaux, les gens peuvent désormais se baigner dans une toute nouvelle piscine intérieure chauffée et tester leur performance de nageur dans un spa de nage à contre-courant.

La réalisation de ces travaux n’aurait pas pu être possible sans la collaboration financière du Secrétariat aux affaires autochtones. « Dans toute communauté, il est important d’offrir des endroits récréatifs agréables pour favoriser le sport et les loisirs afin de promouvoir des saines habitudes de vie » souligne M. Geoffrey Kelley, ministre responsable des Affaires autochtones. « Par le Fonds d’initiatives autochtones III, notre gouvernement est particulièrement fier d’appuyer ce projet puisque cette piscine viendra concrètement améliorer la qualité de vie des Abénakis et des résidents des environs tout en contribuant au renforcement du tissu social de la région. D’ailleurs, l’idée de ce projet a été développée au sein de la communauté de Wôlinak alors je tiens à féliciter tous ceux qui y ont pris part, de sa conception à sa réalisation. »

Le conseil de bande a également pu compter sur une contribution non remboursable de 175 000$ dans le cadre du Programme d’infrastructure communautaire de Canada 150 (PIC150). « Cet investissement s’inscrit dans un projet de construction communautaire visant à célébrer le 150e anniversaire du Canada. Il n’y a pas de meilleure façon de marquer ce jalon que de célébrer les lieux qui nous rassemblent, les endroits qui nous permettent de garder la forme, de nous détendre et d’établir des liens avec nos amis et nos voisins », a tenu à souligner le ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique et ministre responsable de DEC, l’honorable Navdeep Bains.

« Par l’intermédiaire du Programme d’infrastructure communautaire de Canada 150, nous renforçons nos collectivités dans tout le pays afin qu’elles soient encore mieux outillées et plus dynamiques. Je suis heureux que les membres de la communauté de Wôlinak et les citoyens des municipalités avoisinantes puissent profiter de l’agrandissement et de l’amélioration du Gym Formule Fitness par l’ajout d’importantes installations sportives, telle qu’une piscine intérieure, qui auront notamment un impact positif sur leur qualité de vie », a mentionné le député Saint-Maurice — Champlain et ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne.

« Nous sommes fiers d’offrir un tel équipement sportif aux membres de notre communauté, alors que ce genre d’installation est rare dans notre région. La nouvelle piscine intérieure et le spa de nage s’inscrivent parfaitement dans notre objectif qui est de développer les saines habitudes de vie au sein de la communauté. Ces nouvelles installations offriront également une occasion à tous les sportifs et familles des villes et villages avoisinantes de se réunir afin de faire de l’activité physique », déclare le directeur général du Conseil des Abénakis de Wôlinak, monsieur Dave Bernard.

Le chantier étant officiellement terminé, l’heure est maintenant à la découverte. La piscine ainsi que le spa de nage sont accessibles dès maintenant au Gym Formule Fitness situé au 4790 rue Mikowa, à Wôlinak. Pour connaître l’horaire complet du centre de conditionnement physique, consultez leur site web au www.formulefitness.com ou encore rendez-vous sur leur page Facebook. C’est avec une immense fierté que le Conseil des Abénakis de Wôlinak invite tous ceux et celles qui le désirent, du simple curieux au plus grand amateur de sports aquatiques,  à venir essayer leurs toutes nouvelles installations.

Par |mars 23rd, 2018|Catégories: Actualités, Presse|Commentaires fermés sur Une piscine intérieure est maintenant accessible au Gym Formule Fitness de Wôlinak

Faire rayonner la Nation Waban-Aki par Le Nouvelliste

Faire rayonner la Nation Waban-Aki

BRIGITTE TRAHAN – Le Nouvelliste

Crédit photo: Brigitte Trahan – Le Nouvelliste

Elle est directrice du bureau du Ndakinna du Grand conseil de la Nation Waban-Aki. Elle a œuvré en tant que conseillère aux Affaires autochtones au ministère de l’Éducation du Québec, à Québec, où elle a aussi fait un baccalauréat intégré en économie et en politique de même qu’une maîtrise en administration des affaires, des études qui l’ont amenée à voyager en Europe, aux États-Unis et au Pérou où elle a appris l’anglais et l’espagnol.

Suzie O’Bomsawin, 32 ans, caresse le rêve qu’on enseigne l’histoire de son peuple et des Premières Nations dans les écoles du Québec. C’est ce militantisme désireux de faire fleurir la culture et les traditions des Abénakis qui l’a incitée à quitter son emploi gouvernemental. «J’avais le désir de changer les choses», dit-elle. Cette énergie bouillonnante était toutefois difficilement conciliable avec son travail de fonctionnaire, explique-t-elle. «L’histoire de mon peuple est absente», déplore la jeune Abénakise.

Un poste sur mesure pour elle s’est alors ouvert dans sa communauté. C’est de là qu’elle pourra contribuer davantage à l’épanouissement et à la valorisation de sa culture. Malgré les profondes cicatrices laissées par les conflits historiques entre Blancs et autochtones, il reste encore une langue abénakise, des traditions, des contes et des légendes. Suzie O’Bomsawin entend bien contribuer à leur préservation.

«Il est resté plusieurs pratiques ancestrales», se réjouit-elle. Pour preuve, elle exhibe un magnifique ouvrage de vannerie en frêne et en foin d’odeur, une herbe sacrée chez les autochtones. Le foin d’odeur dégage un parfum subtil très agréable. «Ça, c’est l’odeur de chez nous», dit-elle.

«Il y a tout un travail derrière ça. C’est tout un héritage», assure-t-elle en expliquant la méthode complexe de fabrication.

«Il est aussi resté certaines cérémonies qui sont toujours pratiquées, des chants, des danses, des contes et légendes, qui font référence à la création du monde», dit-elle.

La langue a été très fragilisée avec le temps. Suzie O’Bomsawin avoue qu’elle n’en sait que des bribes, mais des efforts sont mis pour la préserver. «Je la parle plus que ma mère», précise-t-elle. «Il y a des programmes pour les enfants, dans la communauté pour apprendre la langue», dit-elle. «Je ne m’attends pas que mon fils parle l’abénakis, mais au moins qu’il ait un intérêt et une conscience que sa langue maternelle est censée être l’abénakis, pas le français.»

Suzie O’Bomsawin s’implique dans de nombreuses organisations avec l’objectif que les «Premières Nations soient sur le même pied d’égalité que les autres acteurs de la société, qu’on ait une inclusion de nos opinions, de nos connaissances, qu’on soit reconnu pour ce que nous avons», dit-elle.

On la retrouve à la présidence du conseil d’administration de la Société historique d’Odanak, qui représente le Musée des Abénakis, cofondée par son arrière-grand-père, de même que dans l’organisation Femmes autochtones du Québec, au conseil d’administration de la Sépaq, au Comité Solidarité Trois-Rivières et au conseil d’administration de la Maison de la famille Le lien de Pierreville.

Elle veut que cette inclusion ne soit pas que dans les enseignements scolaires, mais aussi au niveau culturel. «Ça s’améliore, mais il y a encore beaucoup d’éducation à faire pour défaire beaucoup de préjugés et de stéréotypes voulant que les autochtones soient dépendants de l’État, soient tous des alcooliques, des drogués, des batteurs de femmes qui vivent dans la pauvreté et qui ne veulent pas s’impliquer dans la société», dit-elle en reconnaissant qu’il y a néanmoins encore beaucoup de «désorganisation» dans certaines communautés.

L’approche du Grand Conseil Waban-Aki, dit-elle, démontre «qu’il peut y avoir une approche collaborative. On tend la main pour faire des projets. On a les compétences. On a les qualifications et on s’attend qu’il y ait une concrétisation de ces partenariats pour que ce soit gagnant-gagnant», explique-t-elle. «On fait avancer la Nation et l’on contribue au développement régional en créant de l’emploi», fait-elle valoir. «C’est une approche qui devrait continuer à être valorisée et à être mise de l’avant», estime-t-elle.

Source: https://www.lenouvelliste.ca/actualites/tete-daffiche/faire-rayonner-la-nation-waban-aki-635e16018f2441faddf71f93cff44f94

Par |mars 19th, 2018|Catégories: Actualités, Presse|Commentaires fermés sur Faire rayonner la Nation Waban-Aki par Le Nouvelliste

LANCEMENT DU LIVRE “LA FORÊT DES DEUX MONDES”

C’est ce mercredi, à la Petite Chapelle Ste-Thérèse de Wôlinak, que le Conseil des Abénakis de Wôlinak lançait officiellement le livre scientifique La forêt des deux mondes écrit par monsieur Mario Marchand, historien. Grâce à cette publication, le conseil de bande ajoute ainsi une nouvelle dimension à la diffusion de son patrimoine.

Depuis près de deux décennies, le Conseil des Abénakis de Wôlinak est associé à différents  projets de recherches scientifiques en rapport avec la mise en valeur de la culture et du patrimoine  autochtone. Qu’on se souvienne du projet  Forêt Wataban réalisé en collaboration avec des chercheurs de différentes universités et dont l’objectif visait, entres autres, à initier les élèves  des écoles primaires à  la culture traditionnelle des Autochtones. Plus récemment, avec la recherche archéologique sur le territoire des  Abénakis de Bécancour, ce sont des jeunes étudiants de Wôlinak qui ont été sensibilisés au patrimoine et à la culture de leurs ancêtres.

Pour les Abénakis, comme pour la plupart des nations algonkiennes, la forêt représente toujours  le lieu ancestral de leur culture. En s’associant à l’historien Mario Marchand, c’est un regard critique qui est porté sur l’appropriation  de la forêt par la société moderne.

L’auteur du livre n’en est pas à ses débuts comme promoteur de la culture des Premières Nations dans la région. Au cours de sa carrière,  il a participé à des documentaires et publié des articles sur l’histoire des Autochtones de la Mauricie. Par ailleurs, au service du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, il a réalisé une importante recherche portant sur la définition et les limites du territoire ancestral des Abénakis au Québec. De plus, tout récemment, il a été le maître d’œuvre de la transformation de  la petite chapelle de Wôlinak en centre d’interprétation consacré à l’histoire de la mission des Abénakis de  Bécancour.

Son livre,  La forêt des deux mondes,  se situe dans la mouvance de l’anthropologie historique, c’est-à-dire qu’il aborde l’histoire en considérant des enjeux de société qui demeurent d’actualité.  Les Autochtones y trouvent une place prépondérante, car en tout premier lieu c’est bien de leur histoire qu’il est question dans cette publication. Cependant, cet ouvrage scientifique s’adresse également à tous ceux qui ont un intérêt pour la forêt et pour l’histoire de la Mauricie.

Il sera possible de se procurer le livre au coût de 35$ en appelant au Conseil des Abénakis de Wôlinak (819 294-6696) ou encore, au  Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, (819 294-1686). Le tirage du livre est cependant limité à cent exemplaires.

***
Synopsis du livre La forêt des deux mondes 

La forêt des deux mondes, représentations collectives
et transformation du paysage, Algonkiens et Euro-Canadien
en Mauricie (1534 à 1934).

 

L’historien Mario Marchand s’intéresse au changement culturel et à la transformation du paysage en Mauricie. Son livre traite de l’histoire culturelle de l’environnement concernant deux imaginaires sociaux: celui des Algonkiens et celui des Euro-Canadiens. De plus, les représentations collectives de la forêt sont envisagées comme des idées, des perceptions, voire des concepts qui prennent forme dans les mentalités. La transformation du paysage, quant à elle, traduit le rapport à l’environnement de deux mondes différents, et ce, pendant près de 400 ans.

Le principal objet du livre est la forêt des Autochtones, qui en demeure le fil conducteur. En conséquence, la forêt des Allochtones n’est le plus souvent envisagée que par rapport à l’autre. Redonner aux Autochtones une parole en comparaison des écrits des Allochtones (Blancs) est au cœur de la problématique de ce livre. En effet, pour l’auteur, la parole autochtone a une valeur historique indéniable dans la mesure où elle est mise en corrélation avec les écrits de témoins qui ont côtoyé les Autochtones et qui avaient les qualités nécessaires pour décrire le monde de la forêt.

Le livre La forêt des deux mondes se situe dans la mouvance de l’anthropologie historique, c’est-à-dire qu’il aborde l’histoire en considérant des enjeux de société qui demeurent d’actualité. Les Autochtones y trouvent une place prépondérante, car en tout premier lieu c’est bien de leur histoire qu’il est question dans cette publication. Cependant, cet ouvrage scientifique s’adresse également à tous ceux et celles qui ont un intérêt pour la forêt et pour l’histoire de la Mauricie.

Par |décembre 7th, 2017|Catégories: Actualités, Communiqués et Avis, Presse|Commentaires fermés sur LANCEMENT DU LIVRE “LA FORÊT DES DEUX MONDES”

WÔLINAK AURA SA PISCINE INTÉRIEURE

La piscine sera annexée au Gym Formule Fitness, derrière le bâtiment existant. ©(Photo TC Media – Sébastien Lacroix)

Des travaux débuteront prochainement, derrière le Gym Formule Fitness de Wôlinak, en vue de construire un nouveau bâtiment qui abritera une piscine de 32 pieds par 16 pieds.

L’endroit possédera aussi deux cuves de nage de 6 pieds par 10 pieds, qui permettra aux nageurs de travailler davantage en résistance à l’aide d’un élastique. Il s’agit d’une méthode offrant la chance de s’améliorer notamment au niveau technique.

Le projet est estimé à 434 000$, dont 175 000$ proviennent du Programme d’infrastructure communautaire de Canada 150 (PIC150). Une portion de 10% du budget, équivalant à 43 400$, est assumée par le Conseil des Abénakis de Wôlinak et le Secrétariat aux affaires autochtones fournit la différence. Par ailleurs, l’initiative est aussi soutenue par le Centre de santé de Wôlinak, qui a des fonds pour l’organisation d’activités.

«C’est un besoin qui a été véhiculé par des gens de la communauté et des environs. Depuis la fermeture de la piscine de l’école secondaire Les Seigneuries, à Saint-Pierre-les-Becquets, c’est quelque chose qui manque et on a décidé de répondre à ce besoin qui est non-assouvi pour l’instant», exprime Dave Bernard, directeur général du Conseil des Abénakis de Wôlinak.
Il précise toutefois que le Conseil est ouvert aux partenariats qui pourraient se conclure éventuellement.

Le bâtiment abritant la piscine, les cuves de nage et un sauna sera annexé au Gym. Ainsi, les vestiaires seront communs pour les deux sphères d’activité. Les travaux devraient être terminés pour le mois de décembre, car le projet doit être délivré au plus tard le 31 décembre 2017.

Un article de Joanie Mailhot du Courrier Sud

Par |juillet 12th, 2017|Catégories: Actualités, Presse|Commentaires fermés sur WÔLINAK AURA SA PISCINE INTÉRIEURE

Canada 150 : la richesse des cultures autochtones sera au cœur des célébrations

Le gouvernement du Canada appuie deux nouveaux projets communautaires sur les cultures autochtones au Québec.

De gauche à droite: M. Mario Marchand, Mme Florence Benedict, M. Denys Bernard, Mme Mélanie Joly, Mme Anne Bishoff, M. Dave Bernard et M. Louis Plamondon

C’est à Wôlinak que l’honorable Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien, a annoncé le 26 mai dernier le financement de deux nouveaux projets communautaires qui souligneront la richesse des cultures autochtones au Québec dans le cadre de Canada 150.

Le Conseil des Abénakis de Wôlinak a reçu près de 151 000$ pour son projet d’exposition intitulée « Mémoire vivante, la rivière au long détour » soulignant la place d’accueil et le lieu de mémoire de la mission Bécancour/Wôlinak. L’histoire des Abénakis sera, entre autres, mise en valeur par la réalisation de murales figuratives, d’une projection multimédia et d’une exposition d’artéfacts historiques tout au long de la saison estivale, et ce, dès le 21 juin prochain. « Avec l’exposition “Mémoire vivante, la rivière au long détour”, notre communauté retrouve sa place dans la grande histoire des Premières Nations ainsi qu’à Bécancour. » se réjouit M. Michel R. Bernard, chef du Conseil des Abénakis de Wôlinak.

Le Centre communautaire Saint-Pierre, quant à lui, a reçu un montant de 23 160$ pour l’aménagement d’un campement autochtone extérieur situé à proximité de ses installations, et ce, du 31 juillet au 3 août 2017, en collaboration avec le Conseil des Abénakis d’Odanak. En plus de faire connaître la culture autochtone et de favoriser un rapprochement culturel, ce projet initie les jeunes et les familles non autochtones à l’art et à la culture autochtones par la tenue de diverses activités. Comme le mentionne M. Gilbert Fafard, coordonnateur communautaire au Centre communautaire Saint-Pierre « Le campement autochtone extérieur que nous aménagerons en collaboration avec le Conseil des Abénakis d’Odanak permettra le rapprochement culturel entre les Autochtones et les non-Autochtones de la région de Drummondville et du Centre-du-Québec. En plus de favoriser une meilleure connaissance de notre passé et des mœurs des communautés autochtones du Québec, une telle activité nous donne l’occasion de mieux entrevoir notre avenir commun dans le Canada de demain. »

« Aucune relation ne compte plus aux yeux du gouvernement du Canada que celle qu’il entretient avec les peuples autochtones » souligne l’honorable Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien, « C’est pourquoi nous sommes fiers d’appuyer ces deux nouveaux projets communautaires qui permettront aux Canadiens de découvrir toute la richesse et l’histoire des cultures autochtones. Profitons de Canada 150 pour resserrer les liens qui nous unissent afin de léguer un bel héritage aux générations à venir. »

Il est important de rappeler que le gouvernement du Canada a accordé ces financements par l’entremise de Fonds Canada 150. Grâce à ce Fonds, le gouvernement appuie la tenue d’activités tant à l’échelle locale que nationale pour que les Canadiens d’un bout à l’autre du pays soient de la fête et ainsi faire de 2017 une année mémorable.

Par |mai 30th, 2017|Catégories: Actualités, Presse|Commentaires fermés sur Canada 150 : la richesse des cultures autochtones sera au cœur des célébrations

ACTUALITÉS

Un spectacle de Florent Vollant pour venir en aide à la rivière Bécancour

L’organisme Verte Irlande, qui anime la programmation culturelle sur le Site patrimonial Holy Trinity à Irlande, organise un grand spectacle bénéfice pour la protection de la rivière Bécancour, en collaboration avec l’Association pour la protection du Lac à la Truite d’Irlande (APLTI).

Il recevront, le 25 mai prochain, le célèbre auteur compositeur interprète innu Florent Vollant, qui a accepté de soutenir à cette cause.

Par-delà la simple levée de fonds (le profits seront versés à l’APLTI), ils souhaitent que cet événement soit une grande mobilisation pour l’environnement et pour la protection de nos cours d’eau.

Les billets sont déjà en vente en ligne à l’adresse suivante: https://lepointdevente.com/billets/vollant-irlande

Vous trouverez plus d’info sur ce spectacle sur leur site web: www.verteirlande.ca

Par |avril 24th, 2019|Catégories: Actualités|Commentaires fermés sur Un spectacle de Florent Vollant pour venir en aide à la rivière Bécancour

« La langue qui ne voulait pas mourir » | La Fabrique culturelle.tv

En cette Année internationale des langues autochtones, on ne peut imaginer une langue plus menacée que l’abénakis, qui n’est aujourd’hui parlée que par cinq personnes dans le monde. Parmi celles-ci, nous en avons réuni trois: Monique Nolett-Ille, enseignante à la retraite qui a tenu à bout de bras sa langue pendant 12 ans, jusqu’à ce qu’arrive Philippe Charland, un non-autochtone s’étant épris de cette langue au point de devenir l’enseignant de référence. Et puis il y a Daniel G. Nolett, directeur général du Conseil des Abénakis d’Odanak, pilier essentiel de la culture abénakise. Grâce à eux, le miracle de la survie de cette langue belle et complexe se poursuit.

Quant à la relève, elle s’incarne à travers Bianca Gill et Sigwanis Lachapelle, deux jeunes femmes qui continuent leur apprentissage, donnant ainsi espoir que, encore une fois, l’abénakis survivra et continuera de se faire entendre.

Mais pourquoi donc s’obstiner à garder vivante une langue qui n’est plus parlée que par une poignée de personnes? La question ne devrait même pas se poser:

«La langue, c’est la base de la culture. Si on perd la langue, on perd une grosse partie de la culture.» (Daniel G. Nolett)

http://www.kiuna-college.com

CRÉDITS

Coordination: Patrick Douville
Technicienne en production régionale: Stéphanie Collins
Réalisation, montage et caméra: Jean-Luc Daigle
Caméra: Renaud De Repentigny
Prise de son: Pierre Brouillette-Hamelin

Merci à Prudence Hannis et à tout le personnel de l’Institution Kiuna, à Odanak.

Par |avril 11th, 2019|Catégories: Actualités, Autres Publications|Commentaires fermés sur « La langue qui ne voulait pas mourir » | La Fabrique culturelle.tv

Une programmation culturelle diversifiée pour le Musée des Abénakis

Le Musée des Abénakis est heureux d’annoncer le lancement de sa programmation culturelle printanière et estivale 2019. Les activités proposées ont des thématiques diversifiées et surtout, elles sauront satisfaire petits et grands.

W8banaki sawaw8ganal; entre tradition et modernité
Le 18 mai, grâce à l’activité W8banaki sawaw8ganal; entre tradition et modernité, vous découvrirez les particularités des vêtements abénakis à travers le temps, de l’arrivée des Européens à aujourd’hui. Animée par le spécialiste du vêtement, Sylvain Rivard, cette activité vous permettra de comprendre comment les Pow-Wow d’aujourd’hui transforment l’esthétisme des vêtements et comment la symbolique des différentes Nations finit par s’entremêler.

Il s’agit d’une activité gratuite pour tous.

Le 60e Pow-Wow d’Odanak
Les 5, 6 et 7 juillet, profitez du site aménagé dans le quadrilatère historique de la communauté pour échanger avec des membres des Premières Nations. Venez admirer de magnifiques régalias, écouter les chants et la musique de groupes autochtones d’ici et d’ailleurs, regarder des danseurs en action et déguster certains mets traditionnels. De plus, le dimanche 7 juillet, le Musée offre l’entrée à demi-prix pour tous! Saisissez cette occasion et visitez l’exposition l’Indien au-delà d’Hollywood!

L’accès au site du Pow-Wow est gratuit.

Contes et légendes sous un ciel d’Alakwsak
Le 9 août en soirée, lors des Perséides, venez observer les étoiles filantes lors de l’activité de contes et légendes sous un ciel d’Alakwsak « étoiles » en plein air. En compagnie de Nicole O’Bomsawin, vous passerez une agréable soirée près du feu. Vous découvrirez la culture immatérielle des Abénakis, riche en histoire, en anecdotes et en légendes.

Des coûts sont liés à cette activité : 10 $ par adulte (8 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak), 8 $ pour les étudiants de 13 à 18 ans et 5 $ pour les enfants de 5 à 12 ans.

Maalhakws : les Abénakis et le frêne
Finalement, le 14 septembre, l’activité Maalhakws : les Abénakis et le frêne vous plongera dans la vie d’un jeune frêne. Voyez la place occupée par la nature et l’importance de cet arbre dans la culture des w8banakis. Apprenez comment repérer un frêne en forêt, comment en extraire sa fibre et comment travailler avec sa matière. Pour conclure l’activité, tous pourront confectionner de jolies œuvres à partir d’éclisses de frêne.

Des coûts sont liés à cette activité : 15 $ par adulte (12 $ pour les membres de la Société historique d’Odanak), 8 $ pour les étudiants de 13 à 18 ans et 5 $ pour les enfants de 5 à 12 ans.

Pour l’ensemble de ces activités (sauf pour le Pow-Wow), les inscriptions sont obligatoires, communiquez avec la réception du Musée des Abénakis au 450 568-2600 ou par courriel au [email protected] pour vous inscrire.

Par |mars 28th, 2019|Catégories: Actualités|Commentaires fermés sur Une programmation culturelle diversifiée pour le Musée des Abénakis

« Passionnés de région » : Suzie O’Bomsawim d’Odanak

Découvrez Suzie O’Bomsawin, directrice du Bureau du Ndakinna du GCNWA, et passionnée de sa région: la communauté d’Odanak.

CLIQUEZ ICI pour écouter la chronique complète.

Par |mars 28th, 2019|Catégories: Actualités|Commentaires fermés sur « Passionnés de région » : Suzie O’Bomsawim d’Odanak

INVITATION : Penser le lac Saint-Pierre de demain

Citoyens et citoyennes de la communauté d’Odanak, c’est le temps de parler de vos idées de projets pour le lac Saint-Pierre! Pour ce faire, le Comité ZIP et la Table de concertation régionale du lac Saint-Pierre vous invitent à leur forum « Penser le lac Saint-Pierre de demain : usages et biodiversité » les 17 et 18 avril prochain au centre municipal de Sainte-Ursule.

DÉROULEMENT DE L’ÉVÉNEMENT

  • La première journée, des conférenciers dresseront un portrait de l’offre d’activités actuelle autour du lac Saint-Pierre. Parce qu’il y a bien plus que la chasse et la pêche à faire dans cet environnement exceptionnel!
  • La deuxième journée, ce sera à vous de prendre la parole pour partager vos idées, vos commentaires et vos besoins. Les organisateurs seront là pour vous entendre. Tout ce que vous direz servira à élaborer les prochains projets du milieu, de manière à ce que votre vision de l’avenir du lac Saint-Pierre prenne vie!

COMMENT PARTICIPER?
Pour participer, vous pouvez vous procurer des billets à un coût minime à partir du site web ou de l’événement Facebook. Les dîners et pauses-cafés sont inclus.

POUR PLUS D’INFORMATION
Vous pouvez communiquer en tout temps avec le Comité ZIP du lac Saint-Pierre à propos du forum, de vos préoccupations ou de vos idées pour le lac Saint-Pierre au 819 228-1384 ou par courriel à [email protected]

Au plaisir de vous y rencontrer pour planifier activement l’avenir de votre lac Saint-Pierre!

L’équipe du Comité ZIP du lac Saint-Pierre et de la Table de concertation régionale du lac Saint-Pierre

Par |mars 26th, 2019|Catégories: Actualités|Commentaires fermés sur INVITATION : Penser le lac Saint-Pierre de demain

UNE RENCONTRE ENRICHISSANTE POUR LE BUREAU ENVIRONNEMENT ET TERRE DE WÔLINAK

Le bureau Environnement et terre de Wôlinak est fier d’avoir accueilli des membres de la communauté d’Ekuanitshit (située à Mingan, à environ 200 km à l’est de Sept-Iles) pour une visite-conseil en lien avec leur projet Compostage W.

Des dialogues constructifs, un partage d’information et la rencontre d’une équipe dynamique!

L’équipe du Bureau heureux d’avoir fait leur connaissance et espèrent que leurs échanges favoriseront l’essor de leur projet de compostage dans leur communauté.

Par |mars 26th, 2019|Catégories: Actualités|Commentaires fermés sur UNE RENCONTRE ENRICHISSANTE POUR LE BUREAU ENVIRONNEMENT ET TERRE DE WÔLINAK

BULLETIN D’INFORMATION

NOUVELLE ORIENTATION À LA RÉSIDENCE AU SOLEIL LEVANT

Le Conseil des Abénakis de Wôlinak, propriétaire de la Résidence au Soleil de Levant de Précieux-Sang, a fait savoir que les services de la Résidence au Soleil Levant seront bonifiés et orientés davantage vers une clientèle semi-autonome ou en perte d’autonomie, notamment vers les personnes qui vivent avec des troubles cognitifs.

Cette nouvelle orientation se veut tout d’abord de répondre à la demande pressante d’intégration de nouveaux résidents qui vivent avec la maladie d’Alzheimer. «La prévalence croissante de la maladie et des autres troubles neurocognitifs majeurs est un défi de taille pour la société et nous sommes conscients de la nécessité d’adapter les services destinés à ces personnes à la Résidence au Soleil Levant», nomme le directeur général du conseil de bande, Dave Bernard. «C’est pourquoi, nous avons décidé de réaménager le Pavillon C au deuxième étage, au même titre que le Pavillon A situé au premier étage».

«La résidence compte cinq pavillons dont 17 personnes qui résident dans le Pavillon A et ce nombre pourrait augmenter jusqu’à 32 personnes avec l’ajout du Pavillon C. De plus, le Pavillon D/E peut accueillir des personnes avec des troubles cognitifs légers ou des personnes semi-autonomes ou en perte d’autonomie jusqu’à 34personnes. Tandis que le Pavillon B est réservé à des lits de répits ou de convalescence (5 personnes)», rechérit M. Bernard.

«Ce qui distingue notre résidence à d’autres, c’est que nous pouvons offrir à nos résidents l’opportunité de changer de pavillon selon leur niveau de soins et ce, jusqu’à leur fin de vie. De plus, notre résidence peut accueillir jusqu’à six couples et ce, malgré leur différence de services des soins de santé, le facteur qui est le plus important chez-nous, c’est qu’ils puissent demeurer ensemble quoiqu’il arrive. Cela fait partie de nos valeurs et c’est là que notre phrase fétiche «C comme à la maison» prend tout son sens», ajoute la directrice générale, Martine Pépin.

Depuis un an, de grands changements ont été apportés à la résidence, entre autres, la gestion des soins infirmiers, l’arrivée de nouvelles préposées au bain, l’embauche de nouvelles ressources comme préposée aux bénéficiaires, le retour en force d’une cuisine fait maison avec nos cuisinières sur place, etc.

Et, ces changements se poursuivront au deuxième étage avec la mise à niveau aux normes pour l’accueil de nouveaux résidents dans le Pavillon C, spécialisé avec les personnes ayant des troubles neurocognitifs et la maladie d’Alzheimer. «Lorsqu’il est question de normes, il faut se conformer aux exigences suivantes: surveillance 24 h sur 24 h, soins infirmiers, gicleurs, poste de garde fermé, porte anti-fugue avec code et l’aménagement d’un milieu de vie agréable et motivant. Le réaménagement du Pavillon C répondra spécifiquement aux normes», explique Mme Pepin.

En somme, dès le 1erjuillet, la résidence pourra accueillir sept nouveaux résidents et les familles intéressées à visiter les lieux sont invitées à communiquer avec la directrice générale, Martine Pepin, au 819-294-1161, poste 1. Aussi, la résidence est à la recherche de perles rares pour combler son équipe de préposées aux bénéficiaires en vue de la réouverture du Pavillon C.

Source: Le Courrier Sud

Un nouvel écocentre à Odanak

De gauche à droite: Alain O’Bomsawin, conseiller; Samuel Dufour, directeur du Bureau environnement et terre d’Odanak; Florence Benedict, conseillère; Pascal Théroux, maire de Saint-François-du-Lac; Joannie Beaupré, chargé de projet GMR; Éric Descheneaux, maire de Pierreville; Rick O’Bomsawin, Chef d’Odanak; Jacques T. Watso, conseiller et Yolaine Lampron, directrice générale de Saint-Elphège

Le Conseil des Abénakis d’Odanak et son Bureau Environnement et Terre (BETO) sont fiers d’annoncer la construction d’un tout nouvel écocentre au sein de leur communauté. Les nouvelles installations, dont les travaux de construction débuteront à la mi-mai, seront également mises à la disposition des municipalités avoisinantes de Saint-Elphège, Saint-François-du-Lac et Pierreville. C’est donc près de 5 000 personnes qui pourront bénéficier de ce nouveau service dès le mois de juillet prochain, répondant ainsi à l’intérêt et au soucis grandissants en matière de protection de l’environnement.

L’ambitieux projet pourra en partie être réalisé grâce au financement de Services aux Autochtones Canada (SAC). L’honorable Seamus O’Regan, ministre des Services aux Autochtones, n’a d’ailleurs que de bons mots au sujet de ce dernier : « Félicitations aux Abénakis d’Odanak pour ce projet écoresponsable et rassembleur. Le gouvernement du Canada est fier d’appuyer cette initiative qui contribuera à la prospérité et à l’autonomie des résidents de la communauté et des municipalités avoisinantes. » Le nouvel écocentre est surtout un projet qui couronne les efforts environnementaux déployés depuis la fermeture du plus gros dépotoir clandestin de la région, il y a presque trois décennies. En effet, l’implantation d’une telle infrastructure représente un avancement significatif pour la gestion des matières résiduelles dans le secteur puisque l’accès aux écocentres situés à proximité (Drummondville et Pierre de Saurel) est une alternative peu envisageable. En 2018, le BETO avait d’ailleurs dressé un portrait des besoins de la communauté en évaluant l’utilisation et l’achalandage du centre de récupération de matières mixtes déjà en place. Les résultats flagrants de cette analyse et l’évaluation des possibilités de partenariat ont permis la mise en place d’un système adapté pour le futur écocentre et d’un projet de collaboration intermunicipal. Le Chef de la communauté d’Odanak, M. Rick O’Bomsawin se dit d’ailleurs très heureux de voir enfin ce projet se concrétiser « Tous les efforts, grands ou petits, nous permettent d’honorer nos rôles et responsabilités en tant que gardiens de cette terre. De plus, nous croyons que la collaboration avec les municipalités voisines renforce l’impact positif que cette initiative de recyclage aura sur nos terres. » Un avis que partage d’ailleurs le maire de la municipalité de St-François-du-Lac, M. Pascal Théroux qui se dit fier d’avoir une bonne collaboration avec la communauté d’Odanak puisque « celle-ci a contribué à combler un besoin urgent, soit l’élimination adéquate de diverses matières, à un coût raisonnable et accessible à proximité de notre territoire ».

L’élaboration de ce partenariat se veut non seulement être une plateforme d’entraide et de coopération favorisant les liens entre Autochtones et Allochtones, mais il vise également à offrir l’opportunité à la communauté d’Odanak de trier davantage les matières à la source via des filières de recyclage diversifiées, en plus de tendre vers une meilleure autonomie financière au niveau de la gestion des gros rebuts et des matériaux mixtes.

Comme le mentionne Joannie Beaupré, responsable de la gestion des matières résiduelles pour le BETO « L’entraide est une valeur emblématique de la culture autochtone. C’est donc très gratifiant pour les Abénakis d’Odanak d’être les instigateurs d’un partenariat d’envergure avec les villages autour, mais surtout d’avoir développé un tel projet en collaboration avec une majorité d’organismes autochtones tels que l’IDDPNQL, les services techniques du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, sans compter les précieux conseils des autres Nations qui sont passées par là. »
Le futur écocentre sera situé sur le même site que l’ancien dépotoir d’Odanak, toutefois, à partir du mois de juillet, ce dernier sera accessible via un nouveau segment financé par SAC. D’ici l’ouverture officielle de cet écocentre, la communauté d’Odanak tiendra un service d’appoint temporaire. Les matières acceptées, les règlements et modalités des utilisateurs, l’horaire d’ouverture, ainsi que l’itinéraire pour s’y rendre (intersection des rues Skamonal et Managuan), sont disponibles sur la page Facebook du Bureau Environnement et Terre d’Odanak. Le site de dépôt d’appoint sera ouvert à partir du 9 mai 2019 pour les résidents d’Odanak et à partir du 23 mai 2019 pour les résidents des autres municipalités.

RETOUR SUR L’AN UN DE LA CHAIRE UNESCO EN TRANSMISSION CULTURELLE CHEZ LES PREMIERS PEUPLES

La première chaire UNESCO de l’UQAC – Université du Québec à Chicoutimi célèbre sa première année d’existence. Cette chaire se concentre sur la transmission culturelle chez les Premiers peuples comme dynamique de mieux-être et d’empowerment.

David Bernard, agent de recherche pour la Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, et Marie-Ève Vollant, directrice du secteur culturel à l’Institut Tshakapesh , présentent les accomplissements de cette chaire.

ÉCOUTEZ L’ENTREVUE ICI!

AUTRES PUBLICATIONS

Projet W, le défilé – Une cinquième édition attendue

Dans quelques jours se tiendra, pour une cinquième année consécutive, le Projet W. Cet événement, qui se veut à la fois artistique et environnemental, permettra aux jeunes participants, âgés entre 2 et 17 ans, de défiler sur la passerelle en portant fièrement leurs créations, fabriquées principalement à partir de matériaux recyclés.

En effet, le 22 avril prochain, dès 19h, les jeunes du Projet W présenteront la cinquième édition de leur défilé au Centre des arts populaires de Nicolet. Comme cette édition se déroule le soir même du Jour de la Terre, il allait de soi que les jeunes créateurs abénakis portent leurs propres créations fabriquées de manière à respecter le développement durable.

Tel que le mentionne Jenny M’Sadoques Benoit, coresponsable du Projet W, « cet événement a pour but de démontrer aux gens de la région le savoir-faire de ces jeunes ainsi que la conscience environnementale dont ils ont fait preuve tout au long  du processus de création des vêtements faits à partir de divers matériaux recyclés. »

« Le défilé est une vitrine qui permet aux communautés de Wôlinak et d’Odanak de rayonner positivement au niveau régional », souligne Valérie Laforce, adjointe à la direction des services sociaux et responsable du Projet W.

Les billets sont actuellement en prévente au coût de 8$ au bureau du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, à Wôlinak, ainsi qu’à la salle familiale d’Odanak. Il sera également possible de vous en procurer à la porte le soir même du défilé, et ce, au coût de 10$.

Les différentes espèces en péril au cœur du projet

Pour une deuxième année consécutive, grâce à l’implication de Myriam Beauchamp, chargée de projets en changements climatiques au Bureau du Ndakinna du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, le projet W tentera de sensibiliser les participants ainsi que le public à une cause environnementale. Cette année, en plus de devoir respecter les objectifs du développement durable, le projet a comme préoccupation les différentes espèces en péril présentes au Québec, au Canada et à travers le monde. En tout, une vingtaine d’espèces connues et moins connues seront présentées au public lors du défilé grâce à divers objets promotionnels offerts sur place, à une vidéo et même grâce à la décoration de la salle.

Ce projet est une initiative du Service à l’Enfance et à la Famille des Premières Nations (SEFPN) du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, en collaboration avec le Bureau du Ndakinna.

EMPLOIS POUR LES ÉTUDIANTS AUTOCHTONES AU CÉGEP OU À L’UNIVERSITÉ

L’Agence de la santé publique du Canada a des postes à combler pour cet été et peut-être à plus long terme!

La Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits (DGSPNI) de Santé Canada souhaite recruter des étudiants autochtones pour travailler à son bureau de Montréal.

Des possibilités sont offertes dans les domaines de l’administration, des finances, des communications, du service à la clientèle, des soins infirmiers, de la santé environnementale et publique et des politiques.

C’est une occasion à saisir pour obtenir un emploi d’été enrichissant et motivant, relié à votre domaine d’étude au sein de la fonction publique fédérale. Vous pourriez aussi devenir éligible pour un emploi dans la fonction publique lorsque vous aurez terminé vos études.

Si vous êtes intéressé(e), vous devez postuler en ligne au Programme fédéral d’expérience de travail étudiant (PFETE) en indiquant « Autochtone » dans la section auto-déclaration à l’équité en matière d’emploi.

Apprenez-en plus sur les programmes de recrutement à Santé Canada et à l’Agence de la santé publique du Canada en CLIQUANT ICI.

Franc succès pour la 6e édition du cocktail-bénéfice du Musée des Abénakis

Amis et partenaires du Musée des Abénakis se sont réunis le 23 mars dernier pour participer à la sixième édition de son événement-bénéfice annuel. Grâce à la présence de la centaine de convives ainsi qu’à de nombreux commanditaires, le Musée des Abénakis est fier d’annoncer qu’il a amassé la somme de 29 000 $ qui permettra de contribuer à ses missions éducatives et culturelles.

À nouveau cette année, les participants de la soirée ont pu découvrir la richesse artistique et culinaire des Premières Nations et se sont plongés dans la culture contemporaine des Abénakis. Pour une sixième année consécutive, la découverte culinaire de la soirée a été confiée au chef Steve Bissonette du restaurant La Sagamité, situé à Wendake. Les invités ont entre autres pu apprécier des bouchées de tartare de wapiti, des brochettes de saucisses de bison et des croustillants de canard confit au rythme de la musique électro de Geronimo Inutiq, un DJ inuit, qui a su égayer la soirée.

Notre encan silencieux était également de retour – et sa réputation n’est plus à faire ! En effet, les 17 pièces d’artistes et artisans autochtones et allochtones proposées ont ravi l’ensemble des invités ; c’est près de 5 000$ qui ont été amassés grâce à l’encan ! En fin de soirée, des tirages de prix ont permis à 4 personnes chanceuses de remporter des forfaits escapades, dont un voyage à Essipit comprenant deux nuitées en condo ainsi qu’une croisière aux baleines, une nuitée à l’Hôtel-Musée des Premières Nations ainsi qu’un souper 5 services au restaurant La Sagamité pour deux personnes, deux nuitées en chalet EXP dans l’un des 5 parcs nationaux de la SÉPAQ ainsi qu’un iPad Air 2.

Le Musée des Abénakis tient à remercier chaleureusement tous ses partenaires – plus particulièrement ses commanditaires majeurs BLG, Desjardins, RBC et la SAQ –  ainsi que ses convives, sans qui cet événement n’aurait pas connu un aussi grand succès !

Le Musée des Abénakis est subventionné par le ministère de la Culture et des Communications et le Conseil des Abénakis d’Odanak.